Photographier les morts comme des vivants

Voici une photographie au format carte, tel que l’a répandu Disdéri au 001milieu du XIXe siècle. A priori, elle montre une dame d’un certain âge, assise dans un fauteuil, occupée à un ouvrage de broderie. Elle n’est pas datée, malheureusement, pas plus que ne figurent à son verso le nom et l’adresse du photographe.
Pourtant, il ne s’agit pas d’une photographie tout à fait ordinaire : cette photographie est en fait une photographie mortuaire, et cette femme est morte, mise en scène comme si elle était vivante.
Qu’est-ce qui permet de dire qu’il s’agit d’un photographie mortuaire? Plusieurs indices le laissent deviner :
– les yeux sont dans le vague, légèrement divergents.
– le décor est étrange : pourquoi mettre ce fauteuil bourgeois dans ce qui est apparemment un décor extérieur, cour ou autre ? La seule explication est qu’il fallait avoir suffisamment de lumière, et que les circonstances ne permettaient pas de choisir réellement le jour et l’heure du portrait.
– surtout, la position du modèle est bien trop relâchée. Elle est presque affalée, ce qui est inconcevable pour une dame de la bonne bourgeoisie, qui a appris dès son jeune âge à se tenir bien droite, légèrement appuyée au dossier du fauteuil.
Pourquoi, alors, cette mise en scène ?
Dans les premiers temps du daguerréotype et de photographie, de nouvelles couches sociales issues de la bourgeoisie accèdent au privilège de se faire tirer le portrait. On garde la trace photographique des grands événements de la vie, et l’on échange ces portraits dans le cercle des sociabilité et de la famille. Mais que faire lorsque l’on a pas eu le temps ou l’occasion de faire une photo du vivant de la personne ? La représentation de cadavres mis en scène dans les attitudes de la vie (et notamment les enfants en bas âge) n’est pas l’effet d’une pulsion morbide, elle répond simplement au désir de garder un souvenir de la personne aimée, le plus proche possible du vivant.
Anne Carol

Pour aller plus loin : Joëlle Bolloch, Post mortem, Actes Sud, coll. Photo Poches, 2007.

 

 

 


Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *