Toulon, 1883 : l’anticléricalisme au cimetière

6 2 Toulon Fontaine et croix extérieure (1.3.5 cité dans le texte) - copie_lLorsque l’on progresse à travers le cimetière de Toulon en suivant l’allée centrale, on observe qu’il est dominé par une grande croix de fer, fort visible. On pourrait d’abord croire qu’il s’agit, comme en maints autres cimetières, de la croix centrale de l’ancien cimetière catholique – qui correspondait à l’essentiel de l’enclos jusqu’à la « neutralisation » (laïcisation) des cimetières par la loi du 14 novembre 1881. Mais parvenu au palier supérieur, au niveau d’un large fontaine qui occupe le centre d’un carrefour, on découvre que la croix n’est pas en fait établie dans le cimetière mais s’élève derrière son mur d’enceinte. Le contournement du cimetière permet de vérifier que ce monument est érigé sur un terrain immédiatement contigu, aujourd’hui amoindri par des voies de circulation

Une fontaine contre une croix
Henri Dutasta (1843-1889), professeur de philosophie au lycée, a été élu maire en 1878. Républicain radical, libre penseur, élu sur un programme anticlérical, il affirme en 1883 que la grande croix de bois du cimetière est vermoulue et constitue un danger et il la fait enlever. Émile Costel, directeur de l’organe conservateur La Sentinelle du Midi, ouvre une souscription pour une nouvelle croix. Mais Dutasta a l’habileté de faire établir à la place de l’ancienne « une fontaine à quatre canons, réclamée depuis longtemps par les personnes qui ont à entretenir des fleurs sur leurs tombes ». Depuis les décennies précédentes, les plantes à fleurs en pot tendent à supplanter les couronnes d’immortelles séchées sur les tombeaux et les fosses communes et les demandes d’installation de points d’eau à l’intérieur des cimetières sont un indice de cette mutation des offrandes florales.

La croix surmonte à nouveau le cimetière
L’archiprêtre de la cathédrale, Mgr Tortel, achète alors la parcelle mitoyenne du cimetière et le vendredi saint 8 avril 1887, la croix de fer actuelle, haute de plus de onze mètres et d’une envergure de plus de cinq mètres, y est solennellement dressée. Le cimetière se retrouve à nouveau placé sous la protection divine, de même que le quartier qui le surmonte. Les successeurs d’H. Dutasta tenteront vainement de dérober la croix à la vue par des plantations de cyprès dans le cimetière.

Une affaire significative
Cette affaire, qui s’accompagne d’une forte violence verbale dans les deux camps, semble exemplaire des affrontements entre croyants et athées sous la IIIe République, trop souvent réduits à leur simple dimension politique et, dans ce cas et bien d’autres, fréquemment considérés à tort comme des incidents pittoresques. La conservation ou la suppression mais aussi la restauration ou le remplacement des croix centrales des cimetières après 1881 devrait au contraire faire l’objet d’études fines et être prises en compte dans les monographies de cimetières. Rien n’est anecdotique au cimetière.

Régis Bertrand
Etude détaillée : Marius Autran, Images de la vie seynoise d’antan, tome IV, Manugraph La Seyne, 1992, p. 241-263.
http://marius.autran.pagesperso-orange.fr/oeuvres/tome4/dutasta_et_la_croix.html#ANCRE2.


Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *