La République nous appelle, sachons vivre et sachons mourir… Forcalquier, vers 1880

cimetiere_de_forcalquier128-copieLe cimetière de Forcalquier (Alpes de Haute-Provence) n’est pas seulement connu pour ses hautes haies d’ifs. Il renferme un tombeau dont l’épitaphe a été qualifiée par Maurice Agulhon d’« étonnant morceau de naïve spiritualité laïque ». Son texte est le suivant :
« Reposent
BOUCHE V[ic]tor, 24 ans, / excellent fils, bon frère, / généreux ami, esprit libéral /
BOUCHE L[ambert] F[rançois] F[orcalquier], 75 ans, / tendre époux, affectueux père, / austère et loyal. /
BOUCHE H[ippoly]te, née Jacques, 82 ans, / vertueuse épouse, sensible mère, / compatissante aux infortunes d’autrui. [Suit un espace d’environ trois lignes sans texte]
Pendant leur existence, ils endurèrent / bien (sic) d’adversités, d’injustices et de / fâcheuses tribulations. Puis leur / vie s’hexala (sic) sereine, vers l’immen/sité sublime et mystérieuse./
Aujourd’hui leurs débris inertes sous / cette terre subissent fatalement les / transformations que les révolutions / du temps leur imposeront dans les / siècles infinis. /
La raison et les traditions de fa/mille les vouèrent au libéralisme / pur qui fut leur culte. /
Exempts de servilité, ils ne s’incli/nèrent devant aucune domination / avide ou envahissante. /
Ils eurent à subir l’odieuse arro/gance des réactions durant leurs / succès éphémères. /
Ils les dédaignèrent. /
Ils demeurèrent fidèles à la / démocratie sans cesse grandissante / dans la juste revendication de / ses droits. /
BOUCHE Eugène, âgé de 80 ans, mort le / 15 juin 1893, avec le regret de n’avoir / pu jouir longtemps des institutions républi/caines, glorification de la France et bonheur / avenir des peuples civilisés ».

Un couple de notables et ses deux fils
Lambert-François-Forcalquier Bouche était frère de Pierre-Balthazar Bouche, député à la Constituante, et neveu de François-Charles Bouche, député à la Législative. Il mourut le 26 octobre 1843 (l’acte lui donne 74 ans). Il était époux de Marie Hippolyte Jacques, morte le 21 septembre 1874 (on notera la disparition significative dans l’inscription du premier prénom, sans doute l’usuel pourtant). Ils avaient perdu leur fils aîné Victor le 10 avril 1836. Le second, Eugène Joseph (Bouche cadet), né le 20 mai 1813, décéda le 5 juin 1893, laissant 1000 f. à la musique de Forcalquier à condition qu’elle jouerait La Marseillaise le 14 juillet. Si la République était remplacée par un autre régime, elle devrait exécuter une marche funèbre.
Pur libéral, donc homme de gauche
C’est Eugène Bouche qui a fait élever ce tombeau. Il n’a guère pu faire graver ce texte que lorsque la IIIe République a commencé à s’affirmer, soit vraisemblablement après 1877 ou au cours de la décennie 1880. Il avait sans doute d’abord prévu de faire placer son épitaphe après celle de sa mère mais lui-même ou ses héritiers ont dû souhaiter conclure l’inscription par un texte plus long, qui déborde sur la doucine de la mouluration inférieure du cippe.
Mais ce notable qui se situait dans le sens de l’histoire n’aurait pu imaginer que son épitaphe renfermait un mot qui serait honni par la gauche un siècle et demi plus tard, ce « libéralisme pur qui fut leur culte ». Sa fossilisation sur le tombeau Bouche vient opportunément rappeler qu’il qualifia des convictions progressistes de la Révolution à la IIIe République.
Régis Bertrand
Bibl : « Le Cimetière de Forcalquier, précurseur du « cimetière-jardin » français », dans Régis Bertrand, Mort et mémoire. Provence, XVIIIe-XXe siècles, Une approche d’historien, Marseille, La Thune, 2011, p. 287-303.


Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *