Projet scientifique

Le programme de recherches CoRPS est développé sur un financement ANR à partir de l’UMR 6570 Telemme (Temps, Espaces, Langages, Europe Mérionale – Méditerranée) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence)

CoRPS est né du souhait de prolonger la tradition universitaire aixoise de l’histoire de la mort, et du besoin de donner une épaisseur historique aux travaux issus des sciences humaines portant sur la place du cadavre dans nos sociétés actuelles ; le noyau de l’équipe est donc formé d’historiens. Son originalité réside dans l’approche choisie, résolument concrète, qui consiste à partir de l’objet cadavre pour étudier les pratiques successives qui s’y appliquent. D’autres chercheurs ont été intégrés à l’équipe, dans un souci d’interdisciplinarité (droit, médecine, philosophie, politologie, anthropologie) et d’insertion internationale (France, Italie, péninsule ibérique).
Le corps mort est susceptible, depuis l’époque moderne, de deux types de traitement : l’un répondant à une logique de sacralisation par les familles et les proches, encore inscrite dans une perspective eschatologique et participant d’une revendication croissante de l’identité individuelle, l’autre à une logique de réification et d’anonymat imposée par l’hygiène publique et les progrès de la science. Le corps mort se trouve donc depuis 3 siècles au centre d’un écheveau d’enjeux contradictoires et pris dans une dynamique plurielle, aux temporalités superposées. C’est la complexité de ces enjeux que CoRPS entend explorer en abordant le corps mort par trois approches.

Manipulation, usages et statut du corps mort
Une première approche concerne  les pratiques allant de la mort constatée à l’escamotage du corps.
Les premiers rites mortuaires marquent à la fois le passage vers la mort et le constat que ce passage s’est opéré ; outre les gestes immédiats comme la fermeture des yeux, ils comportent des rites religieux  et des rites civils, plus récents. La présentation du corps mort étant une constante des sociétés méridionale, on s’interrogera sur la toilette mortuaire, les lieux et les moments de l’exposition, le transport éventuel du corps « à découvert ». Enfin, on n’oubliera pas les procédés de conservation, de l’embaumement à la thanatopraxie en passant par les masques ou portraits mortuaires, prélèvement de reliques.
Les utilisations scientifiques du corps s’opposent ou composent à des degrés divers avec le cette ritualité. Comment concilier le respect du cadavre avec les autopsies, les dissections et expériences, les premières greffes, les utilisations muséologiques ? Les dérives commerciales ne seront pas négligées, qu’il s’agisse du commerce de corps à l’hôpital, au cimetière et par le bourreau, des trafics d’organes contemporains ou  des « reliques ».
Enfin, les formes d’exhibition en une mise en scène macabre seront étudiées, qu’il s’agisse de corps célèbres ou anonymes ; de même l’utilisation fictionnelle du corps mort, au théâtre et à l’opéra.

La gestion sociale des corps ordinaires
Ce second volet du programme s’attache au funéraire ; l’adieu et/ou l’usage consommés, que fait-on du corps ? Quelle place -concrète et non seulement symbolique- garde-t-il dans la sphère des vivants ?
Les rites funèbres seront étudiés dans leur dimension gestuelle et matérielle. Qui sont les acteurs de ces rites (des confréries aux professionnels des pompes funèbres)? Quel est le contenu concret de ces pratiques ? Se pose, par exemple, la question du contenant, des moyens de transport, des étapes et des itinéraires jusqu’au lieu d’inhumation ou de crémation, de la composition des convois et des gestes ultimes effectués sur la tombe.
Dans nos sociétés méridionales, la norme est restée longtemps l’inhumation. Le cimetière était d’abord un lieu de consumation physico-chimique des corps comme en témoignent les législations hygiénistes adoptées depuis l’Ancien Régime. Mais cet espace public est devenu aussi un lieu de souvenir et d’identification où s’opère une privatisation inattendue des tombeaux. Comment ce culte des morts s’est-il constitué?
Par ailleurs, les populations des pays envisagés dans le projet CoRPS n’ont pas tous adopté la même attitude face à l’alternative crématiste : on sait par exemple le succès rencontré par cette pratique en Italie du Nord. Il conviendra d’expliquer ces différences.

L’anomie mortuaire
Une partie des recherches de CoRPS sera consacrée, enfin, aux cas où l’on s’écarte, volontairement ou non, des modèles mortuaires et funèbres définis précédemment.
Les corps marginaux ou non socialisés représentent un premier exemple de ces pratiques spécifiques, où les logiques utilitaristes pèsent plus lourdement. Seront ainsi mis en parallèle le traitement des corps anonymes, recueillis sur la voie publique (morgues), celui des corps des condamnés à mort, ou celui des corps des fœtus.
Les morts en masse constituent un autre cas de figure potentiellement anomique. Les morts de guerre posent des problèmes liés à leur nombre, à l’état des corps (en raison des techniques de combat) et à l’idéologisation croissante des conflits. On s’intéressera aussi au traitement des morts des épidémies, de la peste  au choléra, des catastrophes naturelles (par exemple le tremblement de terre de Lisbonne en 1755), ou industrielles.
Les corps absents constituent un autre cas limite. L’aire méditerranéenne permet de se pencher sur deux exemples: celui des morts en mer ou en montagne, (le cas des cimetières marins sera particulièrement scruté), celui des corps des disparus politiques comme dans le cas espagnol.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts