Archives pour la catégorie Ressources

Physiologie de la Veuve : La marche de l’Histoire sur France Inter

L’émission La marche de l’Histoire de Jean Lebrun (France Inter) du 10 mai a été consacrée à l’histoire médicale de la guillotine.
Vous pouvez l’écouter sur http://rf.proxycast.org/m/media/273073201426.mp3?c=culture&p=La+marche+de+l%27histoire_11739&l3=20120511&l4=&media_url=http%3A%2F%2Fmedia.radiofrance-podcast.net%2Fpodcast09%2F11739-10.05.2012-ITEMA_20367523-0.mp3

 

 

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

L’étude des cimetières français contemporains : problèmes de méthodes

Régis BERTRAND

Cet article est paru en espagnol dans la revue Traces, n° 58, Las ciencias sociales y la muerte, diciembre 2010, p. 71-81

A la fin de la décennies 1970, Michel Vovelle et moi avons conduit à l’Université d’Aix-Marseille une expérience d’étude de terrain des cimetières provençaux par relevé direct sur un questionnaire imprimé des données observables, dont les résultats ont été publiée en 1983 (Vovelle & Bertrand 1983). Cette enquête doit être replacée dans cette période heureuse pour la recherche française en sciences humaines où les historiens découvraient de nouveaux « territoires » et exploraient, de façon parfois jubilatoire, méthodes et sources nouvelles. En Provence, Michel Vovelle avait, en compagnie de Gaby Vovelle, visité les églises pour recenser les autels des âmes du Purgatoire (M. Vovelle & G. Vovelle 1970). Bernard Cousin rassemblait le corpus des ex-voto peints en visitant systématiquement les chapelles de la région (Cousin 1983). Maurice Agulhon conduisait ses premiers relevés de « statuomanie » contemporaine (repris dans Agulhon 1988) et sa grande recherche sur les effigies de la République (Agulhon 1979, 1989, 2001).

Trois décennies plus tard, soit le temps d’une génération, on ne saurait dire que nous avons fait beaucoup d’émules. Trois thèses ont été fondées sur le principe de l’enquête directe de terrain au moyen d’une grille imprimée, celles de Madeleine Lassere sur le cimetière de la Chartreuse à Bordeaux (Rudigoz-Lassere 1986), de Jacqueline Cuvier sur les tombeaux du cimetière de Nice (Cuvier 2002) de Frédéric Thébault sur ceux d’Alsace (Thébault 2004), ainsi qu’un ouvrage remarquable sur le cimetière de Loyasse à Lyon (Hours & al. 1996). D’autres initiatives de nature associative ont été aussi menées à bien – ainsi par la Société d’émulation du Jura (Brelot 1997). Des aspects du patrimoine des cimetières ont été étudiés à partir d’un corpus obtenu par enquête de terrain : les plaques en porcelaine de Limoges (Ferrer & Grandcoing 2000), les vitraux des édicules funéraires (Tessier 2006), les croix de métal (Ministère de la région wallonne 1992).

Certes l’enquête de terrain est assez peu répandue chez les historiens français en ce début du XXIe siècle. En fait, les monuments commémoratifs des hommes illustres ou des morts des guerres établis sur les places publiques ont, au cours des dernières décennies, suscité le plus grand nombre de travaux de leur part (en dernier lieu Chaline & Moulinet 2008) . Le temps de notre enquête avait aussi été celui d’une oeuvre majeure, celle du sémiologue et sociologue Jean-Didier Urbain, sur le cimetière d’Occident (Urbain 1978 et 1989), qui a eu lui-même peu d’émules en la matière, à l’exception récente de Gian-Marco Vidor (Vidor 2008).

L’enquête de terrain se heurte, il est vrai, à des difficultés matérielles qui ne sauraient être sous-estimées : les déplacements jusqu’au cimetière exigent du temps et ont un coût. Les relevés dépendent des saisons, doivent se faire sous le grand soleil d’été ou dans le froid de l’hiver, sont gênés et parfois empêchés par la pluie ou la neige. L’enquêteur peut éventuellement se heurter à l’incompréhension, la mauvaise grâce sinon l’hostilité de quelques représentants des administrations municipales, en tout premier lieu le personnel du cimetière.

Aussi, ai-je cru pouvoir tirer ici, avec le recul du temps, un bilan des problèmes de méthodes que nous avons dû affronter lors de cette expérience. Je soulignerai en effet que l’évolution technologique est venue transformer ses conditions matérielles. Les appareils de photographie numérique permettent désormais des relevés accélérés, d’autant qu’il est possible de contrôler immédiatement la qualité des clichés pris, en particulier la lisibilité des inscriptions. La récolte de données sur une fiche imprimée peut se borner sur place à la localisation administrative d’un tombeau dans le cimetière, ses dimensions, ses matériaux. Le reste peut être détaillé ensuite à loisir par le chercheur dans son bureau à partir des clichés et saisi sur son ordinateur – alors que le traitement de notre enquête était resté manuel. Autre avantage des clichés systématiques : ils permettent d’établir par référence aux catalogues iconographiques l’identification d’un personnage sacré ou allégorique ou d’un symbole au lieu de devoir trancher de façon incertaine sur le terrain.

  1. 1. Lectures et recherches préalables

Deux préalables sont indispensables à une étude de terrain : des lectures préliminaires et l’esquisse d’une problématique.

Nous étions, en tant qu’historiens, assez inexpérimentés dès lors qu’il s’agissait de constituer nos propres sources par collecte de données de terrain. Nos deux modèles étaient l’enquête d’ethnologie et les fouilles archéologiques. Le relevé par l’observation fine d’une multitude de données au moyen d’une grille constituée d’une série de questions, suivi de leur traitement, devait permettre de dégager des constats et de formuler des hypothèses. Le degré d’originalité des faits observés pourrait être apprécié par comparaison avec d’autres sites.

A la différence de l’archéologue, qui ignore en général ce qu’il va découvrir et qui détruit la strate archéologique au fur et à mesure qu’il la fouille, l’historien peut se faire une première idée du « terrain », préalable aux relevés, puis retourner à loisir au cimetière les relevés achevés s’il doit vérifier une donnée. Alors que l’archéologue antique ne dispose que de très peu de textes, l’« archéologue de l’époque contemporaine » bénéficie de la documentation manuscrite, imprimée et photographique qu’il est indispensable de combiner à l’étude de terrain, lorsque cela est possible. Car si l’observation directe procure une masse considérable de renseignements que ne sauraient apporter les archives, les sources manuscrites et imprimées aident à la compréhension du terrain en informant sur l’histoire du cimetière. La confrontation de l’archive et du terrain est la démarche la plus fructueuse. Le dépouillement des archives permet d’identifier le noyau ancien et les agrandissements des cimetières actuels, de retrouver les plus anciens tombeaux, d’affiner leur datation et de suivre le lotissement progressif et les transformations de l’enclos.

Les cimetières des grandes villes françaises, et avant tout ceux de Paris, ont constitué dans les deux premiers tiers du XIXe siècle de telles curiosités qu’ils ont fait naître des publications qui décrivent des monuments et citent des épitaphes. Il convient de consulter avant et après un relevé de terrain ces ouvrages qui révèlent des monuments disparus, les transformations qu’ont pu subir ceux qui sont conservés et qui procurent les textes d’inscriptions devenues parfois illisibles. On peut ainsi voir au Père-Lachaise, à l’angle du chemin de la Vierge et de la rotonde Casimir-Périer, un tombeau ruiné, surmonté de la statue qui a donné son nom au chemin, érodée au point d’être informe. Quelques mots sont à peine lisibles sur son socle ; or l’inscription a été publiée par les auteurs du XIXe siècle. Elle révèle une vie assez exceptionnelle : « Ici repose Christophe Edouard François comte de Malet, ancien officier de cavalerie, veuf en 1816 d’Athénaïse de Jumilhac et depuis, prêtre de la sainte église romaine, né à Paris en 1784, décédé dans la même ville en 1843 et réuni à son épouse bien-aimée le 28 août 1843, jour anniversaire de leur mariage, fondateur de la congrégation de Sainte-Marie-de-Lorette » (autres exemples dans Bertrand 2005).

L’enquête iconographique permet d’entrevoir des tombeaux aujourd’hui effondrés ou détruits ; elle révèle surtout des décors végétaux vivaces ou éphémères. La parure arbustive des cimetières créés au cours du XIXe siècle tend à atteindre le terme de son existence. Les clichés montrent les couronnes et  croix d’immortelles séchées, pour lesquelles subsistent sur les tombeaux des patènes et crochets.

2. La problématique

Il convient d’établir une problématique, soit de définir d’abord de façon  sommaire puis de plus en plus précise ce que l’on veut rechercher. Elle va engager le cahier des charges de l’enquête et implique de définir à la fois les sources et aussi la grille de questionnement qui va être leur être appliquée. Elle impose pour cette grille des choix : définir des éléments qui seront considérés comme pertinents et donc seront relevés ; préciser l’étendue et le degré de finesse de ce relevé ; mesurer l’échantillon qui sera pris en compte et les modalités de son établissement.

Notre ambition, qui est manifeste dans la trop longue grille d’enregistrement des données que nous avions élaborée (Vovelle & Bertrand 1983, p. 154-159), était trop large. Un stationnement de plusieurs dizaines de minutes était nécessaire devant un tombeau doté d’ornements et d’inscriptions pour remplir la grille. En un temps où se pratiquait une histoire globalisante, qui tentait d’épuiser une source, nous avions prévu d’enregistrer quasiment toutes les données observables d’un monument. Notre souci était aussi de conserver une trace (en général simplement écrite, car la photographie était alors assez onéreuse) de l’état d’un cimetière à un moment donné. Nous avons effectivement enregistré des couronnes de fleurs séchées, de perles enfilées, de fils de fer, de céramique, un petit mobilier de vases, statuettes, plaques, en grande partie disparu aujourd’hui. La réalisation systématique des clichés numériques devrait désormais permettre de concilier cette visée patrimoniale avec les exigences de la recherche par l’enregistrement d’un état des lieux. Ces clichés peuvent être ensuite soumis à une série de questionnements sélectifs, qui consistent à choisir un paramètre et à en rechercher les attestations ou les caractéristiques ou les variations dans les cimetières d’une aire donnée.

3. De multiples questionnements

3.1. L’implantation du cimetière

Parmi les problèmes que pose le cimetière français, le premier est celui de son implantation dans l’espace humanisé et ses rapports avec les lieux de culte. En 1776 Louis XVI a interdit les inhumations dans les églises et ordonné le transfert à terme des cimetières hors des enceintes. Ces principes ont été systématisés au sortir de la Révolution par le décret du 23 Prairial an XII (12 juin 1804), fondement de la législation funéraire française. Le cimetière contemporain s’élabore, à Paris et dans les grandes villes, au cours des premières décennies du XIXe siècle Ses principaux traits sont ensuite adaptés progressivement au milieu rural (Lassere 1997, Bertrand 2003).

Néanmoins des cimetières villageois n’ont jamais été transférés et sont restés dans l’immédiate proximité de l’église paroissiale. Dans certains cas, celle-ci n’était pas au centre de l’agglomération ; dans d’autres, l’agglomération s’est déplacée ou est faite de maisons non jointives. Ces cimetières révèlent les limites d’une enquête de terrain qui ne serait pas sous-tendue par l’archive et la bibliographie érudite : elle laisserait croire à leur établissement à l’ombre de la vieille église vers 1880 ou même 1930-1950, dates des plus anciens décès signalés sur les tombeaux. Ces derniers sont venus tardivement marquer des « aires familiales », soit des tombes coutumières existant depuis des siècles.

Les cimetières transférés au début du XIXe siècle étaient initialement situés hors de l’agglomération mais ils ont été parfois rattrapés par elle – ainsi à Paris. L’on ne peut connaître les raisons du choix de leur localisation qu’à travers les archives. Des facteurs d’hygiène ont pu intervenir (le souci que le vent dominant ne rabatte pas les odeurs du cimetière vers l’agglomération), la profondeur des terres, voire les itinéraires locaux du transport des morts. Il est fréquent que le cimetière soit transféré dans la direction du cimetière précédent, ce qui allonge le cheminement pour l’atteindre sans modifier les parcours en usage.

Le lien avec l’église peut être varié. De nombreuses délibérations municipales concernant le choix d’un emplacement pour le nouveau cimetière suggèrent que le trajet de l’église au cimetière ne devait pas être trop long ni trop ardu, en fonction des modalités de transport des corps : dans les régions où ils étaient portés sur un brancard la distance est moindre que dans celles ou l’on employait un char ou un corbillard. On observe aussi fréquemment sur le terrain le souci de voir le clocher depuis le cimetière. Ce qui peut éventuellement s’expliquer par l’habitude qu’avaient les prêtres, lorsque les cimetières étaient contigus aux églises, de réciter les dernières prières en se tournant vers la croix du clocher. En fait, voir le clocher était aussi rassurant sans doute pour les vivants qui se trouvaient enfermés dans l’enclos. Enfin l’existence d’une chapelle périurbaine a parfois déterminé l’emplacement d’un nouveau cimetière. Seule l’étude d’archives permet de distinguer ces implantations réalisées à l’époque contemporaine des cimetières qui ont persisté autour de très anciens sanctuaires.

3.2. La clôture du cimetière

Les modalités d’isolement du cimetière de l’espace qui l’environne, le matériau, la hauteur de la clôture et les rapports entre l’intérieur et l’extérieur qu’elle infère sont apparemment des phénomènes régionaux de longue durée. En Provence, s’opposent depuis le XVIIIe siècle au moins le cimetière de Basse-Provence aux clôtures hautes, en pierre, doublées par des haies de cyprès, et celui de la Haute-Provence montagnarde, aux clôtures basses, parfois en haies vives ou en barrière de bois, sans souci de cacher l’intérieur de l’enclos, même s’il est situé au cœur de la zone habitée, près de l’église.

3.3. La porte du cimetière et les signes confessionnels

Le cimetière urbain a souvent une porte cochère, parfois d’allure monumentale ; elle peut porter ou avoir porté une inscription religieuse – c’est le cas de celle du Père-Lachaise à Paris par exemple. L’épigraphie et les signes (croix) ou la symbolique sculptée des portails différenciaient les entrées des cimetières, qui étaient confessionnels jusqu’en 1881: inscriptions en hébreu pour les cimetières juifs, parfois en latin pour les catholiques, avec des citations des évangélistes ou des apôtres au nom précédé de « saint », ce qui n’était pas le cas de celles des cimetières protestants, en français.

Le cimetière catholique renfermait ordinairement une croix centrale qui indiquait que l’enclos était béni. Dans certaines régions, elle servait aussi à la bénédiction des rameaux, quand le cimetière se trouvait à côté de l’église, d’où son nom de « croix hosannière » (de l’antienne Hosanna in excelsis, chantée pendant la cérémonie). Elle a souvent servi de tombeau au clergé local. Des municipalités anticléricales l’ont supprimée à la fin du XIXe siècle. A la suite d’agrandissements des cimetières, elle peut être aujourd’hui placée en position latérale et constituer, lorsqu’elle a été conservée, un témoin de l’ordonnance initiale. Portail et croix peuvent porter des dates qui marquent non la création de l’enclos mais un « embellissement » ultérieur. Il existe aussi des cas de transfert de la croix du cimetière précédent dans le nouveau.

3.4. La distribution intérieure

La distinction marquée entre espace d’inhumation et espace de circulation a été posée en principe lors de l’aménagement du Père-Lachaise, ouvert en 1804. Cette urbanisation du cimetière se perfectionnera jusqu’à atteindre au milieu du XIXe siècle une formule-type dans les grands cimetières urbains. Un réseau de voies carrossables dessert et délimite  des « sections » ou carrés ». A l’intérieur de ceux-ci, un réseau secondaire de type capillaire permet d’atteindre chaque tombeau. Ces voies ont une autre fonction, qui est de permettre l’ouverture des caveaux et les manoeuvres nécessaires pour y introduire un cercueil. 30 % du sol d’un cimetière peuvent être occupé par les espaces de circulation et même davantage.

Dans la plupart des cimetières, les places très en vue, situées le long des principales allées semblent avoir été recherchées et l’examen des tarifs de concession montre qu’elles étaient souvent plus chères que celles situées « dans le rang », à l’intérieur des carrés. Pouvaient être plus onéreuses encore celles dites « isolées », où les concessions n’étaient pas jointives.

3.5. Les distinctions confessionnelles

Quasiment toutes les communes de France avaient avant 1881 un cimetière catholique ayant reçu une bénédiction. Avaient été exceptées de cette bénédiction deux portions de terrain à l’intérieur de l’enclos, l’une réservée aux enfants morts-nés et l’autre aux non-catholiques ou aux exclus de la sépulture catholique. Ces portions ont disparu en général après la loi de 1881 qui laïcisait les cimetières. Les cimetières créés au XIXe siècle comprenaient souvent des enclos protestant et juif, contigus au cimetière catholique, avec une entrée particulière pour chacun. Ils ont souvent disparu mais ils restent identifiables par les inscriptions et les signes que portent les tombeaux, par des irrégularités dans le tracé viaire ou la persistance de leurs portes. Dans les villes historiquement divisées entre deux confessions, les cimetières confessionnels non catholiques ont pu subsister jusqu’à nos jours. Parce qu’ils étaient isolés les uns des autres, ou étaient propriété des consistoires et non de la commune – cas du cimetière protestant de Nimes (Vovelle & Bertrand 1983). Ou parce que la population n’ayant pas souhaité l’application de la loi de 1881, les murs séparant cimetières catholique et protestant ont subsisté. C’est le cas par exemple à Alès, dans les Cévennes. Cette législation ne s’applique pas en Alsace (Thébault 2004).

3.6. Les modalités de lotissement des enclos

Deux types tendent à s’opposer à travers la France: Dans certaines régions, le lotissement en concessions s’est fait à partir de la croix centrale, considérée comme la place la plus honorable. Les plus anciennes concessions peuvent s’agglutiner autour d’elle. Avec une variante: la zone située le long des murs de l’église, si le cimetière est resté contigu au sanctuaire, est depuis le Moyen Age un emplacement recherché, celui des inhumations privilégiées sub stillicidio (sous la gouttière), peut-être parce que le ruissellement de la pluie sur les tombeaux était considéré comme une forme d’eau bénite, plus certainement à cause de la forte charge de sacralité de l’édifice. L’alternative est le lotissement le long des murs de l’enclos, qui ont servi de support à des plaques et permettaient de peindre des repères de limites entre concessions. C’est, par exemple, le cas provençal.

4. L’étude des tombeaux

Le cimetière a connu au cours des deux derniers siècles une évolution marquée en général par le recul des fosses communes et des simples tombes au profit des concessions et des tombeaux pérennes. Ces derniers constituent le principal aspect résiduel de l’état ancien du paysage funéraire, les inhumations précaires ne pouvant être connues sauf conservation exceptionnelle, que par les descriptions et l’iconographie.

4.1. Evolutions des tombeaux

Les tombeaux antérieurs à 1840-1850 sont rares hors des grandes villes. Ils sont souvent individuels, fréquemment de taille relativement réduite et peuvent porter des épitaphes longues (Bertrand 2005). Entre 1850-1870 et 1920-1950 se situe la période de l’âge d’or des cimetières français, marquée par l’apparition de tombeaux hors du commun par la taille, le matériau, les sculptures et aussi de formules de série répétées avec de petites variantes à un très grand nombre d’exemplaires, caractéristiques du développement de la propriété de la concession parmi les classes moyennes. Les épitaphes tendent à devenir familiales et à se réduire à des données d’état civil. A partir de 1840-1850 la christianisation du cimetière catholique par les croix dressées est devenue massive – du moins est-elle aujourd’hui perceptible à travers les tombeaux pérennes, car elle a peut-être débuté avec les croix de bois des fosses communes (Bertrand 2003).

Après 1950-1970, les formules de série sont prépondérantes, d’autant qu’il s’agit de la seule strate chronologique pour laquelle les tombeaux des catégories les plus modestes, ceux des fosses communes et des concessions temporaires, sont encore en partie en place. La christianisation des cimetières devient de plus en plus discrète, la croix s’enfonce littéralement dans la stèle ou disparaît. Cependant la christianisation subsiste davantage dans le mobilier. La foi militante peut aussi se manifester de façon minoritaire mais de plus en plus visible par l’inscription ou l’effigie.

4.2. Le problème de la datation des tombeaux

La datation des tombeaux est un problème délicat. Un repère simpliste est constitué par la date de la plus ancienne inhumation. Mais des notables ont été enterrés dans leur propriété à une époque où il n’était pas possible de construire un tombeau dans un petit cimetière villageois. Ces tombeaux, ou du moins les restes qu’ils protégeaient, ont pu être ensuite transférés dans le nouveau cimetière. Les monuments d’un cimetière précédent, désaffecté et supprimé, ont pu être transportés dans le nouvel enclos. La réfection récente de tombeaux anciens a conduit à l’effacement de toute l’épigraphie ou à de considérables modernisations, voire à la construction d’un tombeau neuf. Il en est de même sur les concessions à l’abandon : elles peuvent être « reprises » par l’autorité municipale et recevoir alors un nouveau monument. Des concessions ont été acquises « à l’avance », du vivant de leur destinataire.

La bonne datation d’un tombeau combine l’étude critique des indices fournis par des éléments stylistiques, par la forme et le contenu de l’épigraphie : la gravure lapidaire a évolué au cours du XIXe siècle, gravure à l’antique profonde au début, puis gravure en carré, puis gravure à fleur de pierre de la fin du siècle (Thebault 2004). Elle est souvent validée par la convergence des dates fournies par les épitaphes des tombeaux voisins.

4.3. La sélection des tombeaux étudiés

Comment affronter l’immensité répétitive des rangées de tombeaux ? Selon la problématique, par échantillonnage ou par collecte sélective d’un élément. Échantillonnage pour une problématique posée en termes quantitatifs d’apparition, de diffusion, d’évolution : il convient de déterminer des zones d’inhumation homogènes des différentes périodes, de relever pour chacune un échantillon de tombeaux. Ainsi pour une étude sur la christianisation du cimetière par les croix, la grille relèvera des éléments tels que le matériau, la structure (croix incorporée à une structure horizontale, détachée), la taille, la forme (croix ou crucifix), la présence d’autres éléments christianisants dans l’épigraphie (« O crux ave, spes unica ») ou la statuaire. Ces paramètres seront ensuite analysés de façon sérielle et leurs courbes correlées, pour tenter de dégager une évolution globale (Vovelle & Bertrand 1983, Rudigoz-Lassere 1986, Thebault 2004).

Collecte sélective dans le cas par exemple de l’enquête patrimoniale wallonne qui avait pour but un inventaire typologique des croix de fonte funéraires sortant des fabriques françaises ou belges (Ministère de la région wallonne 1992). Le relevé de terrain a consisté dans le parcours systématique des cimetières en ne retenant que les tombeaux à croix de fonte. Pour les productions locales dont on possédait les catalogues ou qui étaient déjà répertoriées, un pointage des exemplaires suffisait. Pour les pièces non répertoriées encore, la description par l’écrit et la photographie s’est accompagnée de mensurations précises et de la recherche des marques de fabrique. Les autres éléments du tombeau et son épigraphie n’intervenaient que comme éléments du contexte et de repérage. J. Cuvier a suivi une méthode de ce type dans ses études de l’architecture funéraire et des statues du cimetière de Nice (Cuvier 2002).

Pour l’échantillonnage, compte tenu du caractère très général des résultats souhaités, un échantillon numérique assez faible suffit, s’il est bien constitué, c’est-à-dire par relevé selon une table de hasard (la forme des « carrés » divisés en « rangs » s’y prête bien). A condition, répétons-le, que les échantillons soient homogènes, qu’un paramètre spécifique ne viennent pas perturber un prélèvement. Ainsi dans les courbes de notre étude du grand cimetière de Marseille (Vovelle & Bertrand 1983), les décennies 1880-1900 se caractérisaient par un effondrement brutal de la statuaire religieuse et plus largement par la baisse de la plupart des caractéristiques des tombeaux. Or ces années correspondent en France à des rapports très conflictuels entre l’Eglise et l’Etat ; d’où la conclusion que le cimetière reflétait une grave crise politique et religieuse. Ces tombeaux étaient par leurs matériaux, leurs formes, leurs dimensions, beaucoup plus modestes que ceux des décennies antérieures et postérieures, ce qui aurait dû nous alerter. J’ai découvert ultérieurement que dans la diagonale qui avait été tracée à travers les quinze premiers carrés du cimetière, presque tous se trouvaient correspondre à des concessions perpétuelles, sauf les carrés 10 et 11 dans lesquels avaient été relevés les deux échantillons de la fin du siècle : il s’agissait d’anciennes fosses communes transformées en concessions cinquantenaires ou centenaires à la fin du XIXe siècle. L’absence de statues religieuses n’était qu’apparente et venait d’un distinguo de la grille : nous avions considéré que la statue faisant corps avec le tombeau, haute d’au moins 30 cm, était un élément d’un monument, alors que la statuette posée ou scellée sur le tombeau était rangée dans la catégorie du « mobilier ». La population sans doute plus modeste qui avait élevé ces tombeaux n’avait pu qu’y déposer de petites statuettes de série, qui n’avaient pas été prises en compte dans les comptages.

Il convient pendant le relevé de s’en tenir strictement aux principes posés. Si l’on utilise une table de hasard, on jugera parfois que le tombeau voisin de celui qu’elle désigne est plus suggestif ou mieux conservé. Mais modifier ses données serait fausser l’échantillon. En revanche, si le tombeau est manifestement postérieur au reste de l’échantillon parce que récemment refait, il faut effectivement le remplacer par un autre tombeau choisi selon les mêmes principes de hasard.

Une collecte qualitative peut évidemment être faite pour des tombeaux d’exception avec des fiches spéciales tenant compte de leur complexité. Elle est d’autant plus légitime qu’ils ont été construits dans le but de les distinguer des autres (Cuvier 2002). Une grille intermédiaire peut servir à relever ou du moins localiser et identifier rapidement de façon systématique une donnée telle que toute la statuaire d’un cimetière ou les plus anciennes dates des épitaphes d’un carré pour le dater, faute d’archives.

Le problème des termes descriptifs employés dans les relevés est essentiel. Un vocabulaire spécifique a été établi par professionnels de la marbrerie et historiens d’art. Il en est de même pour les types de croix et les symboles.

En conclusion, je soulignerai qu’il convient de déterminer en fonction du problème posé la source la plus pertinente, qui n’est pas toujours l’examen du terrain. Ainsi, l’étude de la localisation du cimetière par rapport à l’agglomération et aux chemins ou celle de sa distribution intérieure peut être plus aisée à partir d’un plan détaillé ou de photographies aériennes. Une visite du terrain viendra détecter des détails que la documentation sur papier ou immatérielle ne permet pas de préciser.

Compte tenu du caractère très répétitif de nombre de paramètres des tombeaux de série, un échantillon réduit mais bien choisi suffit à dégager les données essentielles. La faible culture statistique de la corporation historienne l’a conduite naguère à des échantillons numériques trop lourds et même à des relevés ou dépouillements intégraux, qui sont d’autant plus superflus que le degré supplémentaire de précision apporté par rapport à un échantillon disparaît dans la représentation graphique ou cartographique utilisée.

Je rappellerai enfin que l’essentiel reste à faire en France : la cartographie de la variation à travers les régions de grands paramètres (hauteur de la clôture, types de caveaux), l’étude typologique des tombeaux des cimetières parisiens et de la plupart des grandes villes, voire de ceux de la vaste  banlieue parisienne.

Agulhon, Maurice 1988, Histoire vagabonde. I – Ethnologie et politique dans la France contemporaine. Gallimard, Bibliothèque des Histoires, Paris.

Agulhon, Maurice 1979, 1989, 2001, Marianne au combat (…). Marianne au pouvoir (…). Les métamorphoses de Marianne (…). Flammarion, Paris.

Bertrand, Régis 2003 – Historique des cimetières. Cimetières mémoire des lieux, Société pour la protection des Paysages et de l’esthétique de la France : 5-12, Paris.

Bertrand, Régis 2005 – Que de vertus…. Les épitaphes édifiantes des débuts du XIXe siècle. In Bertrand Régis, Carol Anne & Pelen Jean-Noël (éd.), Les narrations de la mort, Publications de l’Université de Provence : 241-255, Aix.

Brelot, Claude-Isabelle (dir.) 1997, Tombes d’autrefois. Société d’émulation du Jura, Lons-le-Saulnier.

Chaline, Nadine-Josette & Moulinet, Daniel 2008, Gardiens de la mémoire. Les monuments aux morts de la Grande guerre dans l’Allier. Amis du Patrimoine Religieux en Bourbonnais, Yzeure.

Cousin, Bernard 1983, Le miracle et le quotidien, les ex-voto provençaux images d’une société. Sociétés, mentalités, cultures, Aix.

Cuvier Jacqueline 2002, « L’architecture funéraire, reflet des comportements socio-culturels – l’exemple de Nice 1830-1930 » Thèse de doctorat en lettres modernes, Université de Nice, dactylographiée.

Ferrer, Jean-Marc & Grandcoing, Philippe 2000, Des funérailles de porcelaine. L’art de la plaque funéraire en porcelaine de Limoges au XIXe siècle. Culture & Patrimoine en Limousin, Limoges.

Hours, Henri, Maryannick Lavigne-Louis & Marie-Madeleine Vallete d’Osia 1996, Lyon. Le cimetière de Loyasse. Préinventaire des monuments & richesses artistiques, Lyon.

Ministère de la région wallonne 1992, La fonte en Wallonie. Les croix de nos aïeux. Héritage de Wallonie, Editions du Perron, Liège.

Lassere, Madeleine 1997, Villes et cimetières en France de l’Ancien Régime à nos jours. Le territoire des morts. L’Harmattan, Paris.

Rudigoz-Lassere, Madeleine 1986, Le cimetière de la Chartreuse à Bordeaux, des origines à nos jours. Thèse de doctorat en histoire contemporaine, université de Bordeaux III, dactylographiée.

Tessier, Yvan 2006, Les métamorphoses des vitraux dans les cimetières de Paris. Hirlé, Paris.

Thebault, Frédéric 2004, Le patrimoine funéraire en Alsace. Du culte des morts à l’oubli, 1804-1939. Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg.

Urbain, Jean-Didier 1978, La société de conservation. Etude sémiologique des cimetières d’ Occident. Payot, Paris.

Urbain, Jean-Didier 1989, L’archipel des morts. Le sentiment de la mort et les dérives de la mémoire dans les cimetières d’Occident. Payot, Paris.

Vidor, Gian-Marco 2008, Biografia di una necropoli italiana del XIXe secolo : il Cimitero della Certosa di Bologna. Thèse en histoire, co-tutelle de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et Scuola di Alti Studi Fondazione Collegio San Carlo, Modena, dactyl.

Vovelle, Gaby & Michel 1970, Vision de la mort et de l’au-delà en Provence du XVe au XXe siècle d’après les autels des âmes du Purgatoire. A. Colin, Paris.

Vovelle, Michel & Bertrand, Régis 1983, La ville des morts, essai sur l’imaginaire urbain contemporain d’après les cimetières provençaux. Editions du C.N.R.S., Paris.


* La présente recherche a bénéficié d’une aide de l’ANR-08-BLAN-0164-01, projet CoRPS, directrice Anne Carol de l’Université de Provence que je tiens à remercier.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

Le corps des guillotinés

Le corps des guillotinés
Conférence d’A. Carol aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois le 11 octobre 2009

Quel est le statut du corps du guillotiné? Le guillotiné a-t-il des droits sur son propre corps?A qui appartient-il? Pour quels usages? Ecoutez la conférence sur http://www.rdv-histoire.com/?q=node/662
NB : La conférence débute deux minutes après le début de l’enregistrement

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

Martine Lapied et Jacques Guilhaumou : résumé

Jacques GUILHAUMOU et Martine LAPIED

ANR CoRPS

Résumé de l’intervention de la session de novembre 2009

L’utilisation du corps mort dans les  antagonismes politiques révolutionnaires

Le cadavre est au cœur des rituels de la Révolution française  comme en témoignent les cérémonies en l’honneur des martyrs de la liberté, et plus particulièrement celle autour du corps de Marat. Mais les cadavres présents sur la scène révolutionnaire peuvent aussi être ceux des ennemis exécutés dans des mouvements punitifs.

– A Avignon où les antagonismes politiques sont violents, l’état épouvantable du cadavre du révolutionnaire Lescuyer, massacré par une foule d’opposants à la municipalité radicale, sert de justification aux massacres de prison qui suivent son meurtre. Les 60 cadavres des massacrés de la Glacière sont ensuite utilisés en témoignage de la barbarie des révolutionnaires radicaux par le camp opposé.

Les actes de violence exercés sur des cadavres que l’on retrouve fréquemment,  aussi bien à Marseille en 1790, Avignon en 1791, Paris en septembre 1792, témoignent d’une volonté d’humiliation, d’anéantissement des adversaires.

– Les engagements autour du corps de Marat révèlent les forces politiques antagonistes en présence. Son exhibition devant le peuple de Paris est destinée à provoquer un mouvement de sympathie, dans un sentiment partagé d’affliction, et un désir de vengeance. Au-delà de l’effroi provoqué par la putréfaction du corps, une émotion sublime se met en place par un mouvement rhétorique au cœur de l’exposition funèbre.

Cependant, l’engagement de Charlotte Corday face au corps de Marat mort se veut un témoignage de son système de croyance et une affirmation de l’aspect vertueux de son action. A son engagement, répond l’engagement jacobin qui enclenche la mise à l’ordre du jour de la Terreur.

– Les partis antagonistes utilisent  cette politique du cadavre destinée à provoquer l’émotion, dans le Sud-est, comme à Paris, partout où les oppositions politiques sont affirmées.

martinelapied

Professeur émérite à l'université de Provence ; membre de l'UMR TELEMME MMSH Travaux sur les pratiques politiques locales du XVIIe siècle à la Révolution française; la place des femmes dans la vie politique pendant l'Ancien Régime et sous la révolution : pratiques et représentations ; l'opéra comme outil d'étude des représentations.

More Posts