Parution : L’embaumement. Une passion romantique France XIXe siècle

Vient de paraître chez Champ Vallon
Anne Carol, L’embaumement, une passion romantique. France XIXe siècle, 248 p.
Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensécouvertures par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.
Entre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles. L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.
C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

Parution : Les sources du funéraire

Pour tous ceux que l’histoire de la mort  intéresse, un outil de travail et de réflexion utile :  Bruno Bertherat dir., Les sources du funéraires en France à l’époque contemporaine, Editions Universitaires d’Avignon, juin 2015.

La mort est l’horizon de chacun, tout comme les funérailles et le deuil, aujourd’hui comme hier. Mais aujourd’hui ne ressemble pas à hier et les traces du passé tendent à disparaître. Ce livre a pour but de montrer la richesse et la fragilité des sources 410DT7YY3yLdu funéraire en France à l’époque contemporaine. Celle-ci est caractérisée par une véritable culture funéraire, qui s’est mise progressivement en place à partir de la Révolution française et a produit un vaste patrimoine de papier et de pierre, dont les cimetières sont le symbole. Mais cette culture funéraire a évolué depuis deux siècles accélérant la disparition de nombreuses sources et suscitant une prise de conscience sur la nécessité de leur conservation et de leur étude. Ce livre est donc un premier état des lieux qui offre un panorama des sources disponibles et montre leur mise en valeur scientifique et la protection patrimoniale dont elles font l’objet.

Quatrième de couverture : « Qu’est-ce que le funéraire ? C’est un ensemble, nous dit-on ici, de discours, de représentations et de pratiques sociales autour de la mort, des funérailles, du deuil et de la mémoire des disparus. Et pourquoi ce funéraire est-il si important ? Parce qu’il perpétue la mémoire d’une communauté, écarte la rupture entre la société des vivants et celle des morts. Pour la première fois, une équipe de chercheurs en sciences humaines et sociales et de conservateurs du patrimoine brasse les sources du funéraire, en livre les clés d’accès, dévoile les enjeux et l’importance de ce patrimoine pour les sociétés à venir. »
Table des matières : tables des matières Sources du funéraire

Parution : La mort à l’oeuvre

1MortoeuvreAux PUP, parution de La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art, dirigé par Anne Carol et Isabelle Renaudet.

Ce livre reprend les travaux de deux journées d’études, en septembre 2011 et septembre 2012, organisées dans le cadre de l’ANR CoRPS.
table des matières

Dans l’histoire des attitudes collectives face à la mort, les œuvres d’art constituent une source dont l’intérêt a été souligné par les travaux de Michel Vovelle ou de Philippe Ariès. Peu d’études spécifiques ont pourtant été consacrées à ce qui incarne la mort à l’œuvre, c’est-à-dire le corps mort, et à ses représentations artistiques en tant que tel.
C’est donc l’objet cadavre et les façons dont l’art l’utilise, se l’approprie et le met en scène que ce livre entend explorer, en les confrontant aux relations que les sociétés passées et présentes entretiennent avec la mort. Littérature gothique, photographies mortuaires, tableaux académiques, installations contemporaines, gravures satiriques, gastronomie, opéras, reliquaires contemporains et autres formes d’expression créatrices sont ainsi convoqués par des historiens de la mort, du corps et de l’art pour déchiffrer les fluctuations des sensibilités et des familiarités.
Face à la multiplicité des entrées possibles, le choix s’est fait d’une approche selon trois questions simples : à quelles conditions et selon quelles normes esthétiques, à un moment donné, le cadavre peut-il devenir un objet d’art ? Quelles sont dans ce cas ses fonctions dans le dispositif artistique ? Et enfin, quelles relations le cadavre entretient-il avec l’art funéraire – en d’autres termes, comment l’art de la mort se nourrit-il de son propre objet ?

couverture

Parution : Corps et cadavres

Le numéro 11 de  Corps. Revue interdisciplinaire éditée par le CNRS est paru. Il est consacré à Quelle conscience de son corps?

Trois dossiers composent ce numéro, dont Corps et cadavres dirigé par Anne Carol et David Le Breton.

Au sommaire :

Anne CAROL, David LE BRETON, Introduction Corps

David LE BRETON, Liminalités du cadavre : quelques réflexions anthropologiques

Rafael MANDRESSI, L’Identité du défunt. Représentations du visage des cadavres dans les livres d’anatomie (xvie-xixe siècle)

Marie-Frédérique BACQUÉ, Dominique Merg-Essadi, Des corps immémoriaux…Devenir du corps de l’enfant mort autour de la naissance. Deuils social et psychologique des parents

Isabelle RENAUDET, Du corps absent à la mise en scène de la figure du martyr. Le cas de José Antonio Primo de Rivera

Pierre Le Coz, Pourquoi l’exhibition des cadavres a-t-elle été interdite en France ?

Fiorenza GAMBA, Cadavres exquis

Bruno BERTHERAT. La dame au chapeau. La photographie des femmes mortes en France à l’époque de Bertillon

Pascal HINTERMEYER, Diffusion de la crémation et maîtrise de la thanatomorphose

Corps et cadavre à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme le 21 novembre

La prochaine séance du séminaire « Le corps : Expériences, identités, cultures » de l’UMR Telemme aura lieu le

MERCREDI 21 NOVEMBRE 2012, 9h30-12h Salle Temime (101)

LA MORT et LE CADAVRE

Anne Carol (UDAM, Telemme) : Cadavres exquis? Quelques réflexions autour du cadavre et de l’art culinaire.
Dans le prolongement des deux journées d’étude sur les usages et les représentations du cadavre dans l’art, on proposera quelques pistes de réflexion sur l’art culinaire et le cadavre : dans quelle mesure la chair morte est-elle acceptable dans l’art culinaire ? quelles sont les limites au « bon goût » en la matière ?

Gian Marco Vidor (Centre d’histoire des émotions, Institut Max Planck, Berlin) : Les cimetières au XIXe siècle : le cas italien.
Les nécropoles  au XIXeme siècle sont encore caractérisées par la copénétration et l’interaction des éléments de la ville des morts du Moyen-Âge, de l’espace funéraire imaginé et planifié par la pensée de l’Age de Lumière et des aspects typiques de la culture funéraire du XIXeme siècle. En faisant référence en particulier à l’histoire du cimetière de la Chartreuse de Bologne, c’est  sur cette dimension polysémique et polymorphe des nécropoles modernes que ce séminaire se focalisera.

Usages et représentations du cadavre dans l’art : deuxième session, 28-29 septembre 2012

28 – 29 septembre 2012
UMR TELEMME ANR CoRPS – Axe 2 groupe 1 Le corps
MMSH – salle Paul-Albert Février

Vendredi 28 septembre, 9 h – 12 h 30 : présidence Régis Bertrand (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME)

Introduction : Anne Carol (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME)

Magali Théron (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME) : Entre théorie et pratique : représenter les « chairs mortes » et « les corps sans vie, pesants, terrestres », dans la peinture du XVIIe siècle

Laurence Talairach (Université de Toulouse Le Mirail) : Du cadavre en putréfaction au corps enterré vivant : Le rôle du corps mort chez Wilkie Collins

Bruno Bertherat (Université d’Avignon et des pays du Vaucluse) : Ophélie à la Morgue. Singularités et variantes dans les représentations du cadavre au xixe siècle

14 h – 17 h : présidence Damien Boquet (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME)

Frédérique Desbuissons (Institut National d’Histoire de l’Art, Université de Reims) : La peinture faisandée. Un fantasme de haut goût dans le second XIXe siècle.

Régis Bertrand (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME) : Pierre-Paul Prud’hon, La justice et la vengeance divine poursuivant le crime (1804-1808)

Rafael Mandressi (Centre Alexandre Koyré, CNRS) Le cru et le cuit : les visibilités cadavériques de Joel-Peter Witkin et de Günther von Hagens 

Anne Carol, Régis Bertrand (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME) : Présentation des travaux de l’artiste Murielle Belin

 

Samedi 29 septembre, 9 h 30 -13 h : présidence Joelle Bolloch (Musée d’Orsay)

 

Sophie Zénon (artiste photographe) : « In Case We Die ». Présentation des travaux récents de l’artiste Sophie Zénon

Berangère Soustre de Condat Rabourdin (anthropologue médico-légal, docteur en histoire): L’apparato funereo. Pratiques représentatives du corps mort : le cas de la Sicile et de l’espace anglo-saxon

Isabelle Renaudet (Université d’Aix-Marseille, UMR TELEMME) : Photographies post-mortem: entre trajectoires individuelles et imaginaire collectif. L’exemple des collections photographiques du Muséu del Pueblu d’Asturies

Gian Marco Vidor (Centre pour l’histoire des émotions. Institut Max Planck, Berlin) : Fantasmagorie des vivants-morts. La photographie post-mortem de l’époque victorienne à Youtube

 

Le marché de la mort : un séminaire de la MSH Paris Nord

vendredi 9 novembre 2012, de 10h à 13h
à Fondation Maison des sciences de l’homme
190-198 avenue de France, 75013
métro Quai de la gare
Tél : 01 49 54 20 00
Entrée libre et gratuite

Au programme

« Au marché des défunts »

Bruno Bertherat, Christian Chevandier
Paris dernier voyage. Histoire des Pompes funèbres
Paris, La Découverte 2008

Pascale Trompette
Le marché des défunts
Paris, Presses de Sciences Po, 2008

Lectrices
Florence Ollivier et Stéphanie Hennette Vauchez

Ce séminaire vise à rendre raison de la floraison saisissante depuis le milieu des années 90 en histoire, sociologie, anthropologie, science politique, d’ouvrages consacrés aux questions du corps, de la santé, de l’administration du vivant. Elle incite à inventorier, par delà singularités apparentes et spécificités disciplinaires, les pensés et impensés communs à cette humeur du temps si soucieuse du destin du corps et du biologique. Ce séminaire se tient sous l’égide conjointe de la MSH Paris Nord et du PRI « Médecine, santé et sciences sociales » de la Fondation MSH Paris et est intégré dans deux masters de l’EHESS.

Organisateurs scientifiques
Dominique Memmi
directrice de recherche en science politique et sociologie, CNRS
06 64 24 61 80 dominique.memmi@csu.cnrs.fr

Stéphanie Hennette Vauchez
professeure de droit, université Paris Ouest Nanterre

Sébastien Lemerle
maître de conférence, sociologie, université Paris Ouest Nanterre

Lo splendore della forma. La scultura negli spazi della memoria, de M. Felicori et F. Sborgi

Mauro FELICORI et Franco SBORGI, a cura de, Lo splendore della forma. La scultura negli spazi della memoria, [Roma], Luca sossella editore, 395 p. 2012, ISBN 978-88-97356-04-2

Ce livre élégant, très pertinemment illustré, est issu d’un colloque naguère tenu à Vérone à l’initiative de l’Association of Significant Cemeteries in Europe, présidée par Mauro Felicori, qui avait précédemment publié chez le même éditeur et dans la même collection Mauro Felicori, a cura de, Gli spazi della memoria. Architettura dei cimiteri monumental Europe, 2005. Il rassemble, outre une importante étude introductive de F. Sborgi, une trentaine de contributions*. Si l’Italie y est représentée par douze d’entre elles, d’autres portent sur l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Croatie, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Irlande, le Portugal, la Roumanie, le Royaume-uni, la Slavonie.  Une très grande variété de problématiques et de sujets sont examinés. Quelques auteurs étudient une thématique, l’identité sociale, les cimetières de la guerre ou les mémoriaux de l’holocauste. L’ensemble constitue, comme l’indique à juste titre la quatrième de couverture « la  plus complète et la plus à jour des réunions d’études d’histoire des arts à travers tout le continent » consacrée à un aspect majeur de l’art du XIXe et parfois du XXe siècle, longtemps très mal pris en compte par la recherche.

  • dont celle d’un membre de l’ANR, Régis Bertrand.