Archives du mot-clé Corps morts Révolution

Martine Lapied et Jacques Guilhaumou : résumé

Jacques GUILHAUMOU et Martine LAPIED

ANR CoRPS

Résumé de l’intervention de la session de novembre 2009

L’utilisation du corps mort dans les  antagonismes politiques révolutionnaires

Le cadavre est au cœur des rituels de la Révolution française  comme en témoignent les cérémonies en l’honneur des martyrs de la liberté, et plus particulièrement celle autour du corps de Marat. Mais les cadavres présents sur la scène révolutionnaire peuvent aussi être ceux des ennemis exécutés dans des mouvements punitifs.

– A Avignon où les antagonismes politiques sont violents, l’état épouvantable du cadavre du révolutionnaire Lescuyer, massacré par une foule d’opposants à la municipalité radicale, sert de justification aux massacres de prison qui suivent son meurtre. Les 60 cadavres des massacrés de la Glacière sont ensuite utilisés en témoignage de la barbarie des révolutionnaires radicaux par le camp opposé.

Les actes de violence exercés sur des cadavres que l’on retrouve fréquemment,  aussi bien à Marseille en 1790, Avignon en 1791, Paris en septembre 1792, témoignent d’une volonté d’humiliation, d’anéantissement des adversaires.

– Les engagements autour du corps de Marat révèlent les forces politiques antagonistes en présence. Son exhibition devant le peuple de Paris est destinée à provoquer un mouvement de sympathie, dans un sentiment partagé d’affliction, et un désir de vengeance. Au-delà de l’effroi provoqué par la putréfaction du corps, une émotion sublime se met en place par un mouvement rhétorique au cœur de l’exposition funèbre.

Cependant, l’engagement de Charlotte Corday face au corps de Marat mort se veut un témoignage de son système de croyance et une affirmation de l’aspect vertueux de son action. A son engagement, répond l’engagement jacobin qui enclenche la mise à l’ordre du jour de la Terreur.

– Les partis antagonistes utilisent  cette politique du cadavre destinée à provoquer l’émotion, dans le Sud-est, comme à Paris, partout où les oppositions politiques sont affirmées.

martinelapied

Professeur émérite à l'université de Provence ; membre de l'UMR TELEMME MMSH Travaux sur les pratiques politiques locales du XVIIe siècle à la Révolution française; la place des femmes dans la vie politique pendant l'Ancien Régime et sous la révolution : pratiques et représentations ; l'opéra comme outil d'étude des représentations.

More Posts