Archives du mot-clé guillotine

Physiologie de la Veuve : La marche de l’Histoire sur France Inter

L’émission La marche de l’Histoire de Jean Lebrun (France Inter) du 10 mai a été consacrée à l’histoire médicale de la guillotine.
Vous pouvez l’écouter sur http://rf.proxycast.org/m/media/273073201426.mp3?c=culture&p=La+marche+de+l%27histoire_11739&l3=20120511&l4=&media_url=http%3A%2F%2Fmedia.radiofrance-podcast.net%2Fpodcast09%2F11739-10.05.2012-ITEMA_20367523-0.mp3

 

 

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine

Paru chez Champ Vallon le 19 avril  2012 :

A. Carol, Physiologie de la Veuve. Une histoire médicale de la guillotine.

Conçue par un médecin et par un chirurgien, la guillotine succède aux supplices d’Ancien régime  et invente la mort pénale idéale : prompte et douce. Mais des doutes surgissent très vite sur son instantanéité. Comment concevoir qu’une tête séparée en une fraction de seconde du corps soit immédiatement et totalement privée de vie, de conscience, de sensation ? Et si la mort infligée n’est pas immédiate, quelle souffrance le décapité n’endure-t-il pas !
Cette possibilité physiologique, discutée très tôt par les médecins, envahit l’art, l’imaginaire et les débats autour de la peine de mort tout au long du XIXe siècle. Elle alimente un dialogue entre la société et ces experts autour de l’humanité de la guillotine et ses alternatives possibles. Mais elle offre aussi aux médecins partagés entre le désir de rassurer leurs contemporains et celui d’assouvir leur curiosité de physiologistes des conditions d’expérimentation proches de la vivisection, qu’il s’agisse de vérifier la survie éventuelle au pied de l’échafaud ou de tenter de transfuser les têtes exsangues au laboratoire. Se pose alors la question du corps du condamné, de ses usages, de sa dignité au regard de la médecine et de la société, et des pouvoirs qui s’exercent sur lui ; un corps dont les condamnés n’affirmeront que tardivement le droit à disposer post mortem, à la fin du XIXe siècle.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts