NECROLOG

Le carnet Necrolog a été créé pour servir de support au programme CoRPS, financé par l’ANR de 2009 à 2013. Le programme CoRPS (Le Corps mort : Recherches historiques sur les Pratiques et le Statut du cadavre, Europe méridionale, XVIIIe-XXe siècle) entendait renouveler l’histoire de la mort en s’intéressant à l’histoire du cadavre du point de vue des représentations et des attitudes collectives à son égard, pendant la mise en place de la “modernité” qui voit s’effectuer une “transition funéraire” (Régis Bertrand) entre les pratiques de l’Ancien régime et celles du XXe siècle.
Depuis 2020, il abrite également  les pages du séminaire Histoire et anthropologie de la mort, soutenu par la Mission Interdisciplinarité d’Aix-Marseille Université. Ce séminaire inter-laboratoires est coordonné par Elisabeth Anstett (ADES) et Anne Carol (TELEMMe). Il a pour vocation d’amorcer une dynamique de discussion et de recherche autour  des études sur la mort et les morts. 

4 juin 2024 : Images et imaginaires du cadavre

Le 4 juin 2024 se tiendra dans l’amphithéâtre de la MMSH de 10 h à 16 h 30 une journée d’études portée par le séminaire Histoire et anthropologie de la mort
Elle sera également accessible en visio conférence via le lien suivant : 

 https://univ-amu-fr.zoom.us/j/88931465034?pwd=ZUEzamtWNTB2dE0yUzNOclVsaG9TUT09     

Cette journée d’études portera sur Images et imaginaires du cadavre.

Elle nous permettra d’entendre : 

Amandine MALIVIN, docteure en histoire, et chercheuse indépendante. Ses recherches portent sur l’histoire de la mort, du cadavre et des sensibilités. Elle est l’auteure de la thèse « Voluptés macabre : la nécrophilie en France au XIXe siècle » (2012, Université Paris 7 – Paris-Diderot) et de plusieurs articles dont « Amour d’outre-tombe » (Terrain [en ligne], 75|2021) et « L’affaire du Muy, et autres profanations nécrophiles » (in Anne Carol et Isabelle Renaudet (dir.), Des morts qui dérogent, PUP, 2023)
Des corps invisibles ? Représenter le cadavre et la nécrophilie dans l’art et la littérature (France, XIXe siècle) 
La nécrophilie – attirance sexuelle pour les cadavres – est largement représentée dans les sources médicales du XIXe siècle, où elle est dépeinte comme un des exemples les plus aberrants et monstrueux de perversion sexuelle. Si ces représentations limitent en général la nécrophilie à la seule profanation sexuelle des cadavres, il en est autrement dans les œuvres littéraires ou artistiques, où elle prend des formes et des significations plus variées. Pourtant, dans tous les cas, ce sont surtout les nécrophiles qui sont dépeints, aux dépens de cadavres qui, s’ils ne sont pas totalement absents, se font plus discrets. On peut alors s’interroger sur les formes données aux corps morts profanés dans l’art et la fiction, et sur les raisons déterminant les choix opérés par les auteurs et la artistes lorsqu’il s’agit de dépeindre ou de montrer ces corps, objets d’actes ou de désirs transgressifs difficilement représentables.

Clémentine GUIOL, doctorante en deuxième année au sein du Centre Alexandre Koyré de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Elle travaille actuellement à sa thèse de recherche en histoire culturelle britannique sous la direction de Laurence Talairach. Intitulée « Le cadavre féminin dans le Londres victorien : une incarnation de l’altérité », qui s’attache aux traitements funéraires et aux représentations culturelles des cadavres de femmes à l’époque victorienne sur le terrain particulier de la capitale britannique. 
Représenter les femmes victimes de meurtre dans la presse tabloïde victorienne : érotisme, sensationnalisme et violence genrée.
À l’époque victorienne (1837-1901), la presse tabloïde entretient une fascination pour les crimes violents et génère une abondance de représentations de cadavres de victimes. Au sein de cette production pléthorique, les images de cadavres féminins se distinguent des corps d’hommes et d’enfants dans la façon dont leur représentation allie l’érotisme au sensationnalisme. En étudiant à la fois les représentations textuelles et iconographiques de ces cadavres féminins violentés, nous proposons d’abord de retracer leur généalogie afin de les replacer dans une longue tradition de violence genrée dans la culture britannique. Cette analyse nous permettra ensuite de démontrer comment ces représentations sont à la fois le fruit de l’idéologie de genre victorienne, et comment elles participent à la consolider. Nous essaierons enfin de déceler comment ces illustrations macabres sont l’expression des fantasmes et des craintes de la société victorienne autour de la sexualité, de la criminalité et de la moralité.

Virginia DE LA CRUZ LICHET, maîtresse de conférences HDR à l’Université de Lorraine. Sa thèse, publiée en 2013, portait sur les portraits photographiques de défunts en Galice (XIXe et XXe siècles).  Ses derniers travaux portent sur les constructions mémorielles et les processus de deuil dans des contextes de violence politique et sociale en Amérique latine qui ont donné lieu à la réalisation de son HDR « La Colombie : Violence(s), Deuil(s), Mémoire(s). La création artistique, un espace de cohésion et de réparation symbolique au sein de la société.
Les représentations du cadavre. Notions, Images, Imaginaires
À l’époque contemporaine, et surtout à partir du XXe siècle, notre attitude face à la mort a changé . Si auparavant les morts et les vivants partageaient les mêmes espaces de vie, aujourd’hui ce n’est plus le cas. C’est au moment de la veillée que se faisait la présentation du défunt en société. Peu à peu, nous sommes passés de la présentation du corps à la représentation de celui-ci ; tout d’abord par l’artiste peintre, puis par le photographe. Ces pratiques, quel que soit le médium, avaient pour objectif de rendre hommage au défunt et de produire des objets-souvenirs pour faire le deuil. Mais représenter un « cadavre » n’est pas la même chose que représenter un « défunt ». Quel statut donner à un corps mort ? Et, par conséquent, quelles formes de représentation ? L’identité de la personne morte, le lien qui existe (ou pas) avec les vivants, la violence exercée sur le corps (pré ou post-mortem) sont des éléments qui peuvent déterminer le mode de représentation et la construction d’un imaginaire collectif autour de la mort. Cette communication propose une réflexion sur les notions de « cadavre » et de « défunt » en analysant des œuvres artistiques contemporaines (peinture, photographie, cinéma).

Sophie ZENON, artiste photographe. Après des études en histoire, en histoire de l’art et en anthropologie, elle initie sa pratique à la fin des années 1990 par des paysages réalisés en Mongolie entre 1996 et 2009, où elle voyage pendant plus de dix années. Marquée par cette expérience autant de vie qu’artistique, Sophie Zénon articule aujourd’hui son oeuvre autour de thèmes récurrents – la mémoire, l’histoire, la perte, le passage du temps – souvent évoqués au travers de la relation du corps au paysage. Des plaines de Mongolie aux paysages meurtris de l’Est de la France, des rizières du piémont italien de ses ancêtres aux momies de Palerme, elle créé des ponts entre histoire intime et patrimoniale, où “le présent est un réceptacle de temps et d’histoires accumulées (…) qu’elle cristallise par la trace, la métaphore et le merveilleux, en leur donnant une forme à chaque fois renouvelée ” (C. Coste, L’oeil, mai 2023).

IN CASE WE DIE (Momies de Palerme – La Danse).
Entre 2008 et 2011, Sophie Zénon a consacré plusieurs volets à la représentation du corps mort, réuni dans un cycle intitulé « In Case We Die ». En Occident, dans un contexte de déni de la mort, comment figurer l’infigurable ? Premier et troisième volets de ce cycle, Momies de Palerme et La Danse ont fait l’objet de nombreuses expositions – jusqu’à la plus récente à l’automne dernier à la Maison Robert Doisneau de Gentilly « Et nos morts? » – et ont été acquises par plusieurs institutions.  A l’occasion de ce colloque, elle revient sur sa pratique, sur ses motivations, sur ce qui l’a engagé à produire ces œuvres.

 

 

Conférence: Cadavres et pauvreté

Le programme de la conférence intitulée “Cadavres et pauvreté. Dénuement, précarité économique et pratiques funéraires de l’Antiquité à nos jours” organisé par Anne Carol (Aix-Marseille Université) et Elisabeth Anstett (CNRS) et qui se déroulera les 9 et 10 novembre 2023 à la Maison Méditerranéenne des Sciences Sociales d’Aix-en-Provence, est désormais disponible et accessible en ligne ici : https://necrolog.hypotheses.org/a-propos-du-seminaire-histoire-et-anthropologie-de-la-mort-amu/conference-cadavres-et-pauvrete-nov-2023 

La participation est ouverte à tous, et l’inscription gratuite mais obligatoire auprès des organisatrices  anne.carol@orange.fr ou elisabeth.anstett@univ-amu.fr 

Parution : Des morts qui dérogent


 

Marchandisation du cadavre et questions de nécro-économie

Le 9 février 2023, une journée d’études autour du thème Marchandisation du cadavre et questions de nécro-économie se tiendra à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en Provence), salle Duby, et en distanciel (https://univ-amu-fr.zoom.us/j/87907909770?pwd=WXBZUC9lVGVrQzMweWMyRzZONlV4dz09 ). Le programme est détaillé sur ce site (Histoire et anthropologie de la mort > 2023

L’ange de Monteverde : un chef d’oeuvre de l’art funéraire (1882)

L’ange sculpté en 1882 par Giulio Monteverde (1837-1917) pour le tombeau Oneto au Staglieno de Gênes a été souvent reproduit ou imité à travers le monde, comme Franco Sborgi (1944-2013) l’avait naguère montré dans sa monographie exemplaire du célèbre cimetière – encore sa collecte de répliques, de Budapest à Montréal, est-elle sans doute loin d’être exhaustive.
Ce grand ange féminin debout, les bras croisés sur la poitrine, les ailes strictement rangées derrière son dos, serre la trompette dont il va se servir pour annoncer la fin des temps et le jugement dernier. Recueilli et concentré, guettant le signal divin, il semble regarder sans le voir le visiteur. L’harmonie de sa silhouette, la virtuosité du drapé de sa tunique qui s’achève audacieusement par un pli cassé débordant sur la plinthe du tombeau en font une des meilleures oeuvres de l’artiste. L’Express a publié, il y a quelques années, la photographie d’une jeune femme qui s’était fait tatouer son image sur son dos, depuis ses épaules jusqu’à ses lombes.
Les répliques de l’ange de Monteverde ne sont ordinairement pas strictement des copies : leurs visages correspondent souvent à celui d’une jeune morte. Avec une conséquence que l’artiste n’avait sans doute pas prévue : certaines peuvent être jugées plus gracieuses ou plus émouvantes que l’original, voulu par Monteverde sobrement inexpressif.
La partie basse du tombeau Oneto est aujourd’hui couverte d’épitaphes mais il n’en était pas de même à la fin du XIXesiècle. Un cliché ancien suggère que la statue n’a pas été érigée à la mémoire d’une morte dont elle reproduirait les traits mais d’un homme qui n’est pas décédé prématurément. La pensée de l’artiste et de son  commanditaire a sans doute été de suggérer le parallélisme entre les morts déposés dans leur tombeau dans l’attente de la parousie et l’ange qui attend pareillement d’être chargé de l’annoncer. La réinterprétation très personnalisée qu’en proposent les répliques correspondent en fait à l’assimilation courante au XIXe siècle d’un(e) mort(e) juvénile à « un ange au ciel ».
Régis Bertrand

Bibliographie : Franco Sborgi, Staglieno e la scultura funeraria ligure tra ottocento e novecento, Torino, Artema, 1997, p. 158, 328-331, 400.

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort : 17 mars 2022

Avec le soutien de la Mission Interdisciplinarité Aix-Marseille Université se poursuit cette année le séminaire inter-laboratoires ADES-TELEMMe Histoire et anthropologie de la mort (https://necrolog.hypotheses.org/598 ). Trois journées ont déjà eu lieu :  Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

            La journée du 17 mars 2022 portera sur le thème Médecins et cadavres. Elle se déroulera de 10 h à 16 h 30, en hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge, Aix-en-Provence) et via Zoom.

Matin :

Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne
Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle
Clara Duterme, Valérie Robin Azevedo, (anthropologues, AMU, Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas singulier de gestion des cadavres ?

Cette journée est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Vous pouvez nous contacter si vous souhaitez manifester votre intérêt ou avoir des informations supplémentaires : Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Lien zoom :

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/85327882648?pwd=Zy9MeFBSc3hzRGdOa0hrSDdnV2FEZz09

ID de réunion : 853 2788 2648

Code secret : 732873

La mise en pièces de Gambetta

Vient de paraître :

La mise en pièces de Gambetta. Autopsie d’un corps politique, Jérôme Millon, 2022.

En avril 1909, le président de la République doit inaugurer le monument que la ville de Nice a élevé à la mémoire d’un des fondateurs du régime: Léon Gambetta, inhumé dans le cimetière municipal. Un dépôt de gerbes sur la tombe est prévu. La municipalité décide pour l’occasion de transférer les restes du grand homme dans un tombeau plus monumental que la modeste concession familiale où il repose depuis 1883. Il faut donc l’exhumer.

C’est un corps incomplet, très mutilé qui s’offre aux yeux des assistants: un corps décapité et privé de son bras droit, mais aussi de son cœur et d’une partie de ses entrailles. Comment en est-on arrivé là? Comment interpréter cette mise en pièces, qui ne se réduit pas à la simple fabrication de reliques ? C’est à ces questions que cette nécrographie s’efforce de répondre, en mobilisant les ressources de l’histoire de la médecine, de l’histoire des attitudes devant la mort et de l’histoire politique, et en suivant le corps de Gambetta au plus près, de sa blessure à l’éparpillement de ses restes.

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort : 3 décembre 2021

La prochaine séance du séminaire inter laboratoire ADES – TELEMMe Histoire et anthropologie de la mort  se tiendra le vendredi 3 décembre 2021.

Attention : le lieu physique et le lien zoom du séminaire changent à la mi-journée. 

 
La prochaine séance du séminaire interlaboratoire AMU  ADES – TELEMMe  Histoire et anthropologie de la mort se tiendra le 3 décembre prochain, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30
 
Elle aura lieu  en mode hybride : en présentiel à la Faculté de médecine de la Timone à Marseille, et via Zoom. 
 
Elle portera sur le thème Cadavres anonymes : 
La question des corps non-identifiés se rencontre dans les conditions de décès solitaires engendrées par l’anonymat urbain, dans tous les contextes marqués par les violences de masse ou lors des catastrophes qu’elles soient sanitaires, « naturelles » ou industrielles  lorsqu’un grand nombre de décès interviennent simultanément ; cette situation se traduit alors par la présence persistante et problématique de corps anonymes ou de restes humains qui demeurent parfois non-identifiés durant une période de temps extrêmement longue. La simple présence de ces cadavres anonymes, tout autant que leur prise en charge mortuaire et funéraire, pose alors aux sociétés comme aux individus de nombreuses questions (d’ordre techniques, juridiques, morales ou politiques) que cette journée de présentations et de discussion entend précisément aborder. 
Nous entendrons le matin Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale ; l’après-midi Elisabeth Anstett (CNRS)  sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse et Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale. 
 
N’hésitez pas à diffuser l’information auprès de tous ceux que ces sujets intéressent.  
 
Pour ceux qui souhaitent assister en présentiel : 
Le matin, le séminaire se tiendra à la Faculté de médecine de la Timone en salle de visioconférence, Rez de chaussée, aile bleue. L’après-midi, en salle 31 (3e étage, aile rouge)

 

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort : 6 mai 2021

La seconde séance se tiendra cette fois encore (nous le regrettons) intégralement en visioconférence, le 6 mai prochain, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30. 
Elle portera sur les Cadavres indésirables.
Interviendront le matin Maria Teresa Ferreira, archéologue et Anne Carol, historienne ; puis l’après-midi Carolina Kobelinski, anthropologue, et Isabelle Renaudet, historienne & Bruno Bertherat, historien.
 
Programme général du séminaire : Prog_AutourDuCadavre_V3-web