Colloque de clôture de l’ANR FunerAsie

Le colloque de clôture de l’ANR FunerAsie se tiendra le 4 novembre 2010 au campus CNRS Michel Ange, à Paris.

Responsable scientifique : Natacha Aveline

De par leur gigantisme, les mégalopoles d’Asie orientale sont confrontées de façon particulièrement aigüe aux grands défis urbains : saturation de l’espace, engorgement des réseaux, dégradation de l’environnement, creusement des inégalités sociales… Chercheurs et édiles se mobilisent pour passer au crible toutes les dimensions de la ville, à grand renfort decommunication. Toutes, sauf une : la question funéraire. Personne ne nous dit ce qu’il advient des morts dans ces agglomérations déca-millionnaires. La question se pose avec d’autant plus d’acuité que, précisément dans cette région, la démographie des morts est appelée à connaître la plus forte croissance au monde dans les décennies à venir. Comment gérer le gonflement de cette population invisible là où se joue la plus âpre concurrence entre les diverses activités humaines pour l’occupation des sols ? De quelle façon les diversescomposantes de l’industrie funéraire s’adaptent-elles à la demande accrue de sépultures et aux nouvelles attentes rituelles de sociétés urbaines en mutation rapide ? Dans ce colloque, des spécialistes du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud confronteront leurs observations de terrain pour éclairer les enjeux économiques, spatiaux et symboliques de la question funéraire dans la région la plus urbanisée de la planète.

Lieu : Paris (Métro : Michel-Ange Auteuil) salle Frédéric Joliot, Campus CNRS Gérard mégie, 3 rue Michel-Ange, 75016


Le colloque de clôture de l’ANR FunerAsie se tiendra le 4 novembre 2010 au campus CNRS Michel Ange, à Paris.

Responsable scientifique : Natacha Aveline

De par leur gigantisme, les mégalopoles d’Asie orientale sont confrontées de façon particulièrement aigüe aux grands défis urbains : saturation de l’espace, engorgement des réseaux, dégradation de l’environnement, creusement des inégalités sociales… Chercheurs et édiles se mobilisent pour passer au crible toutes les dimensions de la ville, à grand renfort decommunication. Toutes, sauf une : la question funéraire. Personne ne nous dit ce qu’il advient des morts dans ces agglomérations déca-millionnaires. La question se pose avec d’autant plus d’acuité que, précisément dans cette région, la démographie des morts est appelée à connaître la plus forte croissance au monde dans les décennies à venir. Comment gérer le gonflement de cette population invisible là où se joue la plus âpre concurrence entre les diverses activités humaines pour l’occupation des sols ? De quelle façon les diversescomposantes de l’industrie funéraire s’adaptent-elles à la demande accrue de sépultures et aux nouvelles attentes rituelles de sociétés urbaines en mutation rapide ? Dans ce colloque, des spécialistes du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud confronteront leurs observations de terrain pour éclairer les enjeux économiques, spatiaux et symboliques de la question funéraire dans la région la plus urbanisée de la planète.

Lieu : Paris (Métro : Michel-Ange Auteuil) salle Frédéric Joliot, Campus CNRS Gérard mégie, 3 rue Michel-Ange, 75016

Contact: aroquiam@msh-paris.fr

ATTENTION :CONTRÔLE à L’ENTRÉE, SE MUNIR DE PAPIERS D’IDENTITÉ

PROGRAMME

10 h : Allocution d’ouverture par N. AvelineDubach, coordinatrice du réseau ANR FunerAsie,Lyon), affectée à l’Institut de Recherches de laJaponaise (Tokyo).

10 h 15 Session 1. Formes plurielles de la place des morts dans l’agglomération de Tokyo

L’expérience mortuaire des sociétés urbaines nipponnes, des « funérailles traditionnelles » aux« funérailles contemporaines » : Katsumi Shimane, professeur de sociologie à l’université Senshu (Japon)

La destruction créatrice : éclatement du modèle de tombe familial et libération des forces d’innovation dans l’industrie funéraire nippone : Natacha Aveline- Dubach

Nouvelles concessions, nouveaux dispositifs cultuels : l’avènement d’un nouveau système de représentation des morts? Fabienne Duteil –Ogata, chercheur associé au du Laboratoire d’Anthropologie Urbaine

-12h30 : Déjeuner-

13 H 30 Session 2. Morts visibles et invisibles à Shanghai et dans la grande banlieue de Canton

La renaissance de l’industrie funéraire à Shanghai, cas exemplaire pour la Chine : Natacha Aveline –Dubach

De petits arrangements avec les morts : les rites funéraires à Shanghai, entre tradition et modernité : Maylis Bellocq, maître de conférences au département de chinois de l’université de Bordeaux

Les rites funéraires traditionnels face à l’explosion urbaine, le cas d’un village de la grande banlieue de Canton : Yukihiro Kawaguchi, maître de conférences en anthropologie à l’université du Tohoku (Sendai, Japon)

-15h45 : Pause café-

16h00 : Session 3. Réduire la place des morts à Séoul

Les espaces funéraires à Séoul, une histoire marquée par l’expérience coloniale : Ryôhei Takamura, maître de conférences en anthropologie à l’université d’Akita (Japon)

Le succès de la crémation en Corée du Sud : création de distinctions sociales et maintien de croyances anciennes : Elise Prébin, assistant professor à l’université Hanyang (Séoul)

Etat des lieux de l’industrie funéraire en Corée du Sud : Shidug Kim, chercheur au Musée National Folklorique de Corée

18h15 : clôture du colloque

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.