NECROLOG

Le carnet Necrolog rassemble des informations d’un groupe de recherche d’historiens universitaires travaillant sur l’histoire de la mort.
Ce groupe a été fondé par Bruno Bertherat (MCF Université d’Avignon et des pays du Vaucluse), Régis Bertrand (Professeur émérite Université d’Aix-Marseille), Anne Carol (PR Université d’Aix-Marseille) et Isabelle Renaudet (PR Université d’Aix-Marseille).
Il est issu du programme CoRPS, financé par l’ANR de 2009 à 2013. Le programme CoRPS (Le Corps mort : Recherches historiques sur les Pratiques et le Statut du cadavre, Europe méridionale, XVIIIe-XXe siècle) entendait renouveler l’histoire de la mort en s’intéressant à l’histoire du cadavre du point de vue des représentations et des attitudes collectives à son égard, pendant la mise en place de la « modernité » qui voit s’effectuer une « transition funéraire » (Régis Bertrand) entre les pratiques de l’Ancien régime et celles du XXe siècle. 

La République nous appelle, sachons vivre et sachons mourir… Forcalquier, vers 1880

cimetiere_de_forcalquier128-copieLe cimetière de Forcalquier (Alpes de Haute-Provence) n’est pas seulement connu pour ses hautes haies d’ifs. Il renferme un tombeau dont l’épitaphe a été qualifiée par Maurice Agulhon d’« étonnant morceau de naïve spiritualité laïque ». Son texte est le suivant :
« Reposent
BOUCHE V[ic]tor, 24 ans, / excellent fils, bon frère, / généreux ami, esprit libéral /
BOUCHE L[ambert] F[rançois] F[orcalquier], 75 ans, / tendre époux, affectueux père, / austère et loyal. /
BOUCHE H[ippoly]te, née Jacques, 82 ans, / vertueuse épouse, sensible mère, / compatissante aux infortunes d’autrui. [Suit un espace d’environ trois lignes sans texte]
Pendant leur existence, ils endurèrent / bien (sic) d’adversités, d’injustices et de / fâcheuses tribulations. Puis leur / vie s’hexala (sic) sereine, vers l’immen/sité sublime et mystérieuse./
Aujourd’hui leurs débris inertes sous / cette terre subissent fatalement les / transformations que les révolutions / du temps leur imposeront dans les / siècles infinis. /
La raison et les traditions de fa/mille les vouèrent au libéralisme / pur qui fut leur culte. /
Exempts de servilité, ils ne s’incli/nèrent devant aucune domination / avide ou envahissante. /
Ils eurent à subir l’odieuse arro/gance des réactions durant leurs / succès éphémères. /
Ils les dédaignèrent. /
Ils demeurèrent fidèles à la / démocratie sans cesse grandissante / dans la juste revendication de / ses droits. /
BOUCHE Eugène, âgé de 80 ans, mort le / 15 juin 1893, avec le regret de n’avoir / pu jouir longtemps des institutions républi/caines, glorification de la France et bonheur / avenir des peuples civilisés ».

Un couple de notables et ses deux fils
Lambert-François-Forcalquier Bouche était frère de Pierre-Balthazar Bouche, député à la Constituante, et neveu de François-Charles Bouche, député à la Législative. Il mourut le 26 octobre 1843 (l’acte lui donne 74 ans). Il était époux de Marie Hippolyte Jacques, morte le 21 septembre 1874 (on notera la disparition significative dans l’inscription du premier prénom, sans doute l’usuel pourtant). Ils avaient perdu leur fils aîné Victor le 10 avril 1836. Le second, Eugène Joseph (Bouche cadet), né le 20 mai 1813, décéda le 5 juin 1893, laissant 1000 f. à la musique de Forcalquier à condition qu’elle jouerait La Marseillaise le 14 juillet. Si la République était remplacée par un autre régime, elle devrait exécuter une marche funèbre.
Pur libéral, donc homme de gauche
C’est Eugène Bouche qui a fait élever ce tombeau. Il n’a guère pu faire graver ce texte que lorsque la IIIe République a commencé à s’affirmer, soit vraisemblablement après 1877 ou au cours de la décennie 1880. Il avait sans doute d’abord prévu de faire placer son épitaphe après celle de sa mère mais lui-même ou ses héritiers ont dû souhaiter conclure l’inscription par un texte plus long, qui déborde sur la doucine de la mouluration inférieure du cippe.
Mais ce notable qui se situait dans le sens de l’histoire n’aurait pu imaginer que son épitaphe renfermait un mot qui serait honni par la gauche un siècle et demi plus tard, ce « libéralisme pur qui fut leur culte ». Sa fossilisation sur le tombeau Bouche vient opportunément rappeler qu’il qualifia des convictions progressistes de la Révolution à la IIIe République.
Régis Bertrand
Bibl : « Le Cimetière de Forcalquier, précurseur du « cimetière-jardin » français », dans Régis Bertrand, Mort et mémoire. Provence, XVIIIe-XXe siècles, Une approche d’historien, Marseille, La Thune, 2011, p. 287-303.

Notes de lecture : Viva la Muerte! Politica et cultura de lo macabro, Madrid, 2014

viva-la-muerte
Ce livre étudie, à travers un parcours pluriséculaire, « los mecanismos psicologicós y colectivos de representación de [la muerte] » et plus particulièrement cette imprégnation macabre qui semble un aspect significatif de la perception que les Espagnols et leurs voisins ont pu avoir de la culture ibérique : « España es un país que se deleita en la muerte » (p. 57). S’il est permis à l’auteur de ces lignes d’évoquer ses études dans l’enseignement secondaire français des années 1960, en un temps où l’on devait mémoriser « par coeur » des poèmes, les rares vers espagnols dont je me souvienne encore, à cause de leur étrangeté pour un adolescent français, sont des passages d’une œuvre de Gustavo Adolfo Bécquer, retrouvée d’ailleurs dans l’ouvrage : « Cerraron sus ojos / que aún tenía abiertos (…) ¡Dios mío, qué solos / se quedan los muertos! » et d’une autre, très connue, de Federico García Lorca : « Quién te ha quitado la vida / Cerca del Guadalquivir ? ». C’est dire d’emblée l’importance de ce travail, fondé sur d’amples recherches et nourri de nombreuses références, dont l’équivalent n’existe pas pour la France, pays où les études sur la mort se sont pourtant précocement développées dans le dernier tiers du XXe siècle, sans doute parce que le macabre n’y est pas considéré comme un éventuel élément constitutif d’une identité nationale. Rappelons en revanche que L’Homme espagnol de B. Bennassar, paru en 1975, renfermait significativement un dernier chapitre intitulé « Mourir bien » dont nombre de références se retrouvent dans le présent livre.
L’étude s’ouvre, comme l’annonce son titre, sur l’évocation de la cérémonie universitaire qui eut lieu à Salamanque le 12 octobre 1936 au cours de laquelle le général José Millán-Astray interrompit Miguel de Unamuno pour crier « ¡Mueran los intelectuales! ¡Viva la muerte! ». Les auteurs en offrent d’emblée une mise au point détaillée et précise, recoupant les sources, reconstituant les faits, les replaçant dans leur contexte. L’événement semble révélateur du double substrat qui contribue à nourrir voire exacerber la culture macabre espagnole à l’époque contemporaine : la violence politique et guerrière qu’incarne le général et aussi « la inteligencia pesimista » de Unamuno, soit le sentiment aigu de la décadence et du déclin de l’Espagne qu’a manifesté la Génération de 98.
Le mérite des deux auteurs est de proposer ensuite un vaste retour en arrière jusqu’au Moyen Âge à la recherche de ces antécédents macabres, fondé surtout sur les oeuvres littéraires et artistiques – peintures et pour le XXe siècle, films. Ils se montrent attentifs aussi aux travaux des historiens. Ils soulignent les différences avec des temps plus proches : « El peso determinante de la religión diferencia claramente la actitud medieval de la visión de nuestros dias » – il doit en rester cependant une imprégnation catholique implicite et diffuse. La circulation des modèles à travers l’Europe instruite est forte dès le Moyen Age. Les danses macabres peintes ou imprimées, les terreurs millénaristes ou les natures mortes baroques ne sont pas une particularité espagnole – d’autant que sont cités des écrits en « langue vulgaire » alors qu’une large partie des textes médiévaux est en latin, langue internationale d’alors – mais les auteurs soulignent p. 113 le très long succès espagnol du thème de la danse macabre. Remarque essentielle : il convient certes de recenser les échos ibériques de la face noire de la Renaissance, de la dimension macabre du baroque, de la « necrofilia romántica », mais aussi d’observer leur permanence et surtout leurs redécouvertes, relectures et réutilisations par les générations ultérieures, en particulier, ajouterais-je, lorsque se fixe entre XIXe et XXe siècle le grand récit des histoires littéraires et artistiques nationales, selon le tri sélectif des anthologies, recueils et manuels.
De fait ces héritages semblent revitalisés et même exaltés par la montée du nationalisme sur fond de déclin et, après la première guerre mondiale, par la « mitología de la muerte violenta », infligée ou reçue « por Dios y por España », du fascisme espagnol. L’étude de la guerre civile fait l’objet de développements importants, également attentifs à l’aménagement spectaculaire du Valle de los Caïdos comme aux exhumations des charniers. Néanmoins, parmi la trentaine d’illustrations que compte l’ouvrage, on note l’absence d’un des clichés les plus connus du conflit, qui montre des cadavres de religieuses extraits de leurs cercueils et exposés sur les marches d’une église. Un dernier chapitre et la conclusion, fort substantiels, reviennent si nécessaire en arrière et vont jusqu’aux mutations de l’époque la plus récente pour suivre, à travers par exemple l’impact de la corrida, du guerillero et plus récemment des attentats terroristes, l’image que les étrangers ont pu se former de « la España negra » et aussi celle de la « cultura de la muerte » chez les Espagnols eux-mêmes, reconnue sinon posée en principe par Unamuno ou bien Lorca. Les auteurs soulignent avec recul qu’il s’agit d’une « construcción intelectual ». Cependant les représentations collectives d’un peuple sont en soi un élément de sa réalité vécue, qu’elles influencent. Les recherches très récentes sur l’histoire fort évolutive des émotions et des affects auraient pu nuancer çà et là quelques remarques incidentes sur leur « expresión casi intemporal » – ainsi p. 145.
Des notes, une ample bibliographie et un index des noms cités achèvent de faire de ce livre un ouvrage de référence. Ajoutons que par la qualité d’une écriture alerte et la précision de ses formules, il se lit avec un intérêt soutenu. Il devrait inspirer d’autres recherches et susciter des réflexions et débats féconds.

Régis Bertrand
Rafael Núñez Florencio, Elena Núñez Gonzalez, ¡Viva la muerte! Politica y cultura de lo macabro, Marcial Pons, Ediciones de Historia, S. A., Madrid, 2014, 476 p. Isbn : 978-84-92820-96-2

Appel à communications/ Call for Papers Transmortality. The Materiality and Spatiality of Death, Burial and Commemoration

Appel à communication pour un colloque les 3-4 mars 2017 à Luxembourg
Transmortality 2017
The Materiality and Spatiality of Death, Burial and Commemoration
Death, dying and burial produce artefacts and occur in a spatial context. The interplay between such materiality, spatiality and the bereaved who commemorate the dead yields interpretations and creates meanings that can change over time. In this conference, we want to explore this interplay by going beyond the consideration of simple grave artefacts on the one hand and graveyards as a space on the other to examine the specific interrelations between materiality, spatiality, the living and the dead.
We invite papers from all disciplines, from academics and professionals alike, to reflect on the materiality and spatiality of death, burial and commemoration – for example, concerning cemeteries and other spaces of remembrance. We suggest the following non-exhaustive list of themes:
–  Agency of materiality and spatiality
–  Theoretical considerations regarding materiality and spatiality in sepulchral culture
–  Innovative research methods in this field
–  Ethics in the study of death, burial and commemoration
–  Ideology and/or politics
–  Regional and cultural contexts, including migration and transborder issues related to sepulchral culture
We welcome and strongly encourage the submission of ongoing research projects, such as doctoral theses. There is no limit on disciplines, research fields, approaches, regions, periods, confessions, etc. This open invitation extends to professional groups and lay people concerned with taking care of those who are dying or bereaved, as well as of bodies that have already expired, and of memorialisation. However, all considered papers need to be explicit in their consideration of issues of materiality and spatiality in death, burial or commemoration.

There is no conference fee. Reimbursement for travel and/or accommodations costs might be possible upon application.

For more information about the conference, please visit https://transmortality.uni.lu/

Appel et renseignements : Call for Papers Transmortality 2017

Toulon, 1883 : l’anticléricalisme au cimetière

6 2 Toulon Fontaine et croix extérieure (1.3.5 cité dans le texte) - copie_lLorsque l’on progresse à travers le cimetière de Toulon en suivant l’allée centrale, on observe qu’il est dominé par une grande croix de fer, fort visible. On pourrait d’abord croire qu’il s’agit, comme en maints autres cimetières, de la croix centrale de l’ancien cimetière catholique – qui correspondait à l’essentiel de l’enclos jusqu’à la « neutralisation » (laïcisation) des cimetières par la loi du 14 novembre 1881. Mais parvenu au palier supérieur, au niveau d’un large fontaine qui occupe le centre d’un carrefour, on découvre que la croix n’est pas en fait établie dans le cimetière mais s’élève derrière son mur d’enceinte. Le contournement du cimetière permet de vérifier que ce monument est érigé sur un terrain immédiatement contigu, aujourd’hui amoindri par des voies de circulation

Une fontaine contre une croix
Henri Dutasta (1843-1889), professeur de philosophie au lycée, a été élu maire en 1878. Républicain radical, libre penseur, élu sur un programme anticlérical, il affirme en 1883 que la grande croix de bois du cimetière est vermoulue et constitue un danger et il la fait enlever. Émile Costel, directeur de l’organe conservateur La Sentinelle du Midi, ouvre une souscription pour une nouvelle croix. Mais Dutasta a l’habileté de faire établir à la place de l’ancienne « une fontaine à quatre canons, réclamée depuis longtemps par les personnes qui ont à entretenir des fleurs sur leurs tombes ». Depuis les décennies précédentes, les plantes à fleurs en pot tendent à supplanter les couronnes d’immortelles séchées sur les tombeaux et les fosses communes et les demandes d’installation de points d’eau à l’intérieur des cimetières sont un indice de cette mutation des offrandes florales.

La croix surmonte à nouveau le cimetière
L’archiprêtre de la cathédrale, Mgr Tortel, achète alors la parcelle mitoyenne du cimetière et le vendredi saint 8 avril 1887, la croix de fer actuelle, haute de plus de onze mètres et d’une envergure de plus de cinq mètres, y est solennellement dressée. Le cimetière se retrouve à nouveau placé sous la protection divine, de même que le quartier qui le surmonte. Les successeurs d’H. Dutasta tenteront vainement de dérober la croix à la vue par des plantations de cyprès dans le cimetière.

Une affaire significative
Cette affaire, qui s’accompagne d’une forte violence verbale dans les deux camps, semble exemplaire des affrontements entre croyants et athées sous la IIIe République, trop souvent réduits à leur simple dimension politique et, dans ce cas et bien d’autres, fréquemment considérés à tort comme des incidents pittoresques. La conservation ou la suppression mais aussi la restauration ou le remplacement des croix centrales des cimetières après 1881 devrait au contraire faire l’objet d’études fines et être prises en compte dans les monographies de cimetières. Rien n’est anecdotique au cimetière.

Régis Bertrand
Etude détaillée : Marius Autran, Images de la vie seynoise d’antan, tome IV, Manugraph La Seyne, 1992, p. 241-263.
http://marius.autran.pagesperso-orange.fr/oeuvres/tome4/dutasta_et_la_croix.html#ANCRE2.

Parution : Aux origines des cimetières contemporains

Parution en mars 2016 du livre collectif dirigé par Régis Bertrand et Anne Carol
Aux origines des cimetières contemporains.
Les réformes funéraires de l’EurElectre_979-10-320-0045-8_9791032000458ope Occidentale (XVIIIe-XIXe siècle).

Le cimetière, tel nous les connaissons aujourd’hui, n’a pas toujours existé : il est apparu au tournant des XVIIIe et XIXe siècles dans l’Europe méridionale. Sa création et son organisation répondaient aux impératifs hygiénistes portés par les Lumières, et que le décret du 23 prairial an XII (1804) a érigés comme normes d’abord en France, puis dans l’Europe napoléonienne.
Ce livre retrace pour la première fois la genèse et l’évolution du cimetière contemporain et de la législation funéraire en France du XVIIIe siècle à nos jours. Il restitue les enjeux politiques, religieux et sanitaires de son « invention » et de sa gestion, les transformations de son usage, reflet des sensibilités nouvelles à l’égard de la mort et du développement du « culte » du souvenir des morts.
Il établit aussi un panorama de ses avatars en Europe (Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Angleterre…), offrant ainsi une chronologie fine des réformes funéraires et du rôle qu’y joue le modèle français. A ce titre, et par la reproduction en annexe des principaux textes de loi français sur les cimetières entre 1776 et 1904, il devrait constituer une référence pour l’histoire des pratiques mortuaires et mémorielles modernes.
Introduction (R. Bertrand, A. Carol)

Première partie : LE DECRET DU 23 PRAIRIAL AN XII : ANTECEDANTS ET POSTERITE EN FRANCE
1 – Le cimetière ancien : les morts parmi les vivants (Régis Bertrand)
2 – Inhumer les morts hors des églises et des villes ? (Régis Bertrand, Rafael Mandressi)
3 – Prémices d’un cimetière nouveau dans le dernier tiers du XVIIIe siècle (Régis Bertrand)
4 – Révolution et Consulat : origines et genèse du décret du 23 prairial an XII (Régis Bertrand)
5 – Le décret de prairial précisé (1804-1870) (Régis Bertrand)
6 –Perception et gestion sanitaires des cimetières au XIXe siècle (Anne Carol)
7 – Le décret de prairial en question (1870-1905) (Régis Bertrand)
8 – Que reste-t-il du décret de prairial ? La législation funéraire française aux XXe et XXIe siècles (Olivier Vernier)

Deuxième partie : IMPACT ET DIFFUSION DE LA LÉGISLATION FUNÉRAIRE FRANCAISE EN EUROPE
9 – Le décret de prairial et l’architecture funéraire. Etudes de cas du Grand Empire (Frédéric Bertrand)
10 – La formation du cimetière contemporain en Belgique (Xavier Deflorenne)
11 – Le cas portugais (Michèle Janin-Thivos)
12 – Du camposanto à la nécropole : législation et pratiques funéraires en Espagne au XIXe siècle (Isabelle Renaudet)
13 – L’impact de l’édit de Saint-Cloud : permanences et nouveautés dans l’administration de la mort en Italie (XVIIIe-XIXe siècles) (Serenella Nonnis)
14- Bologne : à l’avant-garde de la réforme funéraire en Italie (Gian Marco Vidor)
15 – Naples : une réforme difficile (Diego Carnevale, Brigitte Marin)
16 – D’autres modèles ? Les cimetières anglo-saxons (Frédéric Bertrand)

Conclusion (Régis Bertrand, Anne Carol)

ANNEXES
1. Déclaration royale de 1776
2. Décret du 23 prairial an XII
3. Principaux textes législatifs français de 1843 à 1904

Photographier les morts comme des vivants

Voici une photographie au format carte, tel que l’a répandu Disdéri au 001milieu du XIXe siècle. A priori, elle montre une dame d’un certain âge, assise dans un fauteuil, occupée à un ouvrage de broderie. Elle n’est pas datée, malheureusement, pas plus que ne figurent à son verso le nom et l’adresse du photographe.
Pourtant, il ne s’agit pas d’une photographie tout à fait ordinaire : cette photographie est en fait une photographie mortuaire, et cette femme est morte, mise en scène comme si elle était vivante.
Qu’est-ce qui permet de dire qu’il s’agit d’un photographie mortuaire? Plusieurs indices le laissent deviner :
– les yeux sont dans le vague, légèrement divergents.
– le décor est étrange : pourquoi mettre ce fauteuil bourgeois dans ce qui est apparemment un décor extérieur, cour ou autre ? La seule explication est qu’il fallait avoir suffisamment de lumière, et que les circonstances ne permettaient pas de choisir réellement le jour et l’heure du portrait.
– surtout, la position du modèle est bien trop relâchée. Elle est presque affalée, ce qui est inconcevable pour une dame de la bonne bourgeoisie, qui a appris dès son jeune âge à se tenir bien droite, légèrement appuyée au dossier du fauteuil.
Pourquoi, alors, cette mise en scène ?
Dans les premiers temps du daguerréotype et de photographie, de nouvelles couches sociales issues de la bourgeoisie accèdent au privilège de se faire tirer le portrait. On garde la trace photographique des grands événements de la vie, et l’on échange ces portraits dans le cercle des sociabilité et de la famille. Mais que faire lorsque l’on a pas eu le temps ou l’occasion de faire une photo du vivant de la personne ? La représentation de cadavres mis en scène dans les attitudes de la vie (et notamment les enfants en bas âge) n’est pas l’effet d’une pulsion morbide, elle répond simplement au désir de garder un souvenir de la personne aimée, le plus proche possible du vivant.
Anne Carol

Pour aller plus loin : Joëlle Bolloch, Post mortem, Actes Sud, coll. Photo Poches, 2007.

 

 

 

Parution : L’embaumement. Une passion romantique France XIXe siècle

Vient de paraître chez Champ Vallon
Anne Carol, L’embaumement, une passion romantique. France XIXe siècle, 248 p.
Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensécouvertures par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.
Entre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles. L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.
C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

Parution : Les sources du funéraire

Pour tous ceux que l’histoire de la mort  intéresse, un outil de travail et de réflexion utile :  Bruno Bertherat dir., Les sources du funéraires en France à l’époque contemporaine, Editions Universitaires d’Avignon, juin 2015.

La mort est l’horizon de chacun, tout comme les funérailles et le deuil, aujourd’hui comme hier. Mais aujourd’hui ne ressemble pas à hier et les traces du passé tendent à disparaître. Ce livre a pour but de montrer la richesse et la fragilité des sources 410DT7YY3yLdu funéraire en France à l’époque contemporaine. Celle-ci est caractérisée par une véritable culture funéraire, qui s’est mise progressivement en place à partir de la Révolution française et a produit un vaste patrimoine de papier et de pierre, dont les cimetières sont le symbole. Mais cette culture funéraire a évolué depuis deux siècles accélérant la disparition de nombreuses sources et suscitant une prise de conscience sur la nécessité de leur conservation et de leur étude. Ce livre est donc un premier état des lieux qui offre un panorama des sources disponibles et montre leur mise en valeur scientifique et la protection patrimoniale dont elles font l’objet.

Quatrième de couverture : « Qu’est-ce que le funéraire ? C’est un ensemble, nous dit-on ici, de discours, de représentations et de pratiques sociales autour de la mort, des funérailles, du deuil et de la mémoire des disparus. Et pourquoi ce funéraire est-il si important ? Parce qu’il perpétue la mémoire d’une communauté, écarte la rupture entre la société des vivants et celle des morts. Pour la première fois, une équipe de chercheurs en sciences humaines et sociales et de conservateurs du patrimoine brasse les sources du funéraire, en livre les clés d’accès, dévoile les enjeux et l’importance de ce patrimoine pour les sociétés à venir. »
Table des matières : tables des matières Sources du funéraire