A lire

Philippe BOUTRY, Pierre-Antoine FABRE, Dominique JULIA dir., Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux Révolutions, Paris, Ed. de l’EHESS, 2009, 2 vol, 903 p.
Un ouvrage collectif issu d’une grande enquête du C.A.R.E., qui devrait faire date dans la redécouverte par les historiens des reliques, laquelle a donné lieu en France depuis une quinzaine d’années à des travaux importants. Entre leur condamnation radicale par Calvin et leur destruction par les « religionnaires » puis les révolutionnaires (y compris les bolcheviks), l’époque moderne est, de façon croissante, l’ère du soupçon pour les reliques, surtout si elles sont réputées paléochrétiennes. Mais le besoin de « corps saints » ne tarit pas de la part des fidèles et des clercs, de même que  la multiplicité des pratiques collectives dont elles sont l’objet à travers l’Europe catholique (et orthodoxe) et l’Amérique latine.
R. Bertrand

Jean-Michel SANCHEZ, Jérusalem, Rome, Compostelle et … la Provence, reliques et reliquaires, Méolans-Revel, Editions grégoriennes, 2009, 207 p.
L’ouvrage, écrit par un spécialiste d’art religieux, envisage la plupart des questions soulevées par les reliques catholiques et leurs usages, en étudiant plus particulièrement des exemples du Sud-est français. De remarquables illustrations montrent l’ostension des restes dans les reliquaires et suggèrent combien les reliques ont constitué une forme de la présence visuelle des restes de corps morts dans les cultures anciennes.
R. Bertrand

Jacqueline Cuvier (avec la collaboration de Yannick Arnolfo), L’art funéraire à Nice, une histoire remarquable, un patrimoine méconnu, Nice, Fédération des associations du Comté de Nice, 316 p.
Cet ouvrage se situe dans le prolongement de la thèse sur les monuments funéraires de Nice soutenue par l’auteur en 2002, nourrie d’une très vaste et attentive enquête de terrain et d’archives. Tous les cimetières de Nice sont étudiés y compris les modestes enclos des hameaux du terroir, à travers des parcours commentés, accompagnés de notices biographiques, illustrés de nombreux clichés en couleurs. L’appartenance de la ville jusqu’en 1860 aux états de la couronne de Savoie, la riche clientèle cosmopolite attirée par le séjour hivernal (qui a créé les cimetières russe et anglais) puis celle des retraités de la Côte d’Azur, parfois illustres, confèrent un intérêt majeur à ce patrimoine funéraire d’une exceptionnelle variété et souvent d’une grande qualité qui forme un des plus beaux ensemble sculpté français, comme Ph. Ariès l’avait naguère remarqué. Des index et une pochette de plans des principaux cimetières permettent un repérage facile des monuments sur le terrain. La postface d’Olivier Vernier dégage l’apport et les richesses de ouvrage.

regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

More Posts


A propos regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.