La couronne de la rue des Vignoles

La couronne de la rue des Vignoles [1]

C’est gisant parmi un tas d’objets déposés sur le trottoir que cette couronne mortuaire en céramique a été trouvée rue des Vignoles il y a quelques années par l’un d’entre nous[2], à proximité du Père-Lachaise, le célèbre cimetière parisien, situé une centaine de mètres plus au nord, d’où elle provient peut-être.
Produite en série, elle est le témoignage banal d’un culte des morts qui s’est développé en particulier dans les cimetières au XIXe siècle et dont la tombe est le temple. Sa prolifération rejoint celle des plaques funéraires et des autres couronnes de fleurs fraîches, séchées ou artificielles, auxquelles s’ajoutent celle des statuettes et des plaques[3]. Déposés sur la tombe ou accrochés à elle, tous ces objets disent la volonté de maintenir un lien affectif avec le défunt, souvent exprimé aussi par des mots gravés. L’usage funéraire des fleurs, qui remonte à l’Antiquité, a été réintroduit à partir de la Révolution et symbolise depuis le culte des morts[4], comme le montrent ses multiples déclinaisons. L’églantine et le myosotis (« Ne m’oubliez pas ») sont deux des fleurs les plus fréquemment utilisées. On les retrouve, reposant sur un lit de feuilles vertes qui font ressortir leurs couleurs fanées par le temps, dans la couronne de la rue des Vignoles.
On ignore les circonstances qui ont amené cette couronne à quitter ou ne pas rejoindre la tombe à laquelle elle était destinée. Le vandalisme ou le vol est une cause possible. Son abandon sur la voie publique signale le peu d’intérêt qu’on lui accorde aujourd’hui, à la différence des grilles entourant les tombes ou des statuettes, qui sont parfois l’objet d’un véritable trafic. Les couronnes en céramique sont tombées en désuétude et le culte des morts n’a plus la force qu’il avait au moment où cette couronne a été fabriquée, sans doute au tournant des XIXe et XXe siècles. Son destin invite aussi à s’interroger sur celui du souvenir des morts. Quoi qu’en disent les épitaphes, les regrets ne sont pas éternels. L’arrêt du fleurissement de la tombe est le prélude à son abandon et les objets funéraires deviennent alors les vestiges d’un rite familial disparu, comme peut-être cette couronne jetée un jour dans la rue des Vignoles.

Bruno Bertherat

[1] Remerciements à Christian Chevandier et à Régis Bertrand.
[2] Au 33 par Christian Chevandier, début 2013 (diamètre extérieur de la couronne hors fleurs : 26 cm). Elle orne désormais la couverture du livre issu de deux journées d’étude que nous avions organisées avec Christian Chevandier (Bruno Bertherat dir., Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, Avignon, Éditions universitaires d’Avignon, 2015).
[3] Laure Finance, « Plaques et couronnes funéraires : témoignages de reconnaissance et d’affection », in Régis Bertrand et Guénola Groud dir., Cimetières et tombeaux. Patrimoine funéraire français, Paris, Éditions du patrimoine, 2016, p. 190-193 ; Odile Ducros, Les Perles et les fleurs dans l’art funéraire et l’art décoratif des XIXe et XXe siècles, Paris, Société des écrivains, 2009.
[4] Régis Bertrand, Mort et mémoire. Provence, xviiie-xxe siècles. Une approche d’historien, Marseille, La Thune, 2011, p. 139-155.


Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.