La modernité vue du cimetière – et dans le cimetière (Brétigny-sur-Orge, vers 1850)

Cette lithographie « dessinée d’après nature » par Champin (collection de l’auteur) nous offre une image assez surprenante et point seulement parce que le paysage a bien changé, car Brétigny-sur-Orge (aujourd’hui Essonne) a connu depuis une importante urbanisation. Au milieu du XIXe siècle, l’endroit paraît totalement rural. Au premier plan le cimetière ; à l’arrière-plan le donjon de Montlhéry. Une unique maison, près du cimetière, dont on voit le toit et la cheminée qui fume. A gauche, l’amorce d’une forêt. En fait, le cimetière est contigu à l’église paroissiale Saint-Pierre mais l’artiste ne l’indique en rien.
Au cœur de ce paysage bucolique, un remblai rectiligne suggère le tracé de la voie ferrée de la ligne Paris-Tours de la compagnie du Paris-Orléans, qui existe toujours (un grave déraillement s’y est produit en gare de Brétigny le 12 juillet 2013). On l’identifie à un train qui passe, son panache de fumée faisant écho à celui de la chaumière. A l’évidence, l’artiste a voulu tirer parti du contraste entre ce cimetière rural, cette ruine médiévale et ce symbole par excellence de la modernité de son temps qu’est le chemin de fer.
Or le cimetière lui aussi participe d’une certaine forme de modernité. Il n’est certes pas viabilisé comme les grands cimetières urbains, les inhumations sont assez désordonnées et il est tenu avec quelque négligence par ce fossoyeur qui semble regarder passer le train. Pourtant des « signes indicatifs de sépultures » y sont apparus, et même quelques tombeaux. Si l’on admet qu’il a été dessiné avec un relatif réalisme (on va en fournir une preuve), on observera même que les grandes stèles à fronton et acrotères pourraient correspondre à de premières concessions perpétuelles. En ces années médianes du siècle, ce cimetière n’est déjà plus le terrain vague de naguère et le moment viendra où, sans doute à l’occasion d’un agrandissement, il sera strictement réorganisé et ses tombeaux seront alignés en rangées comme on peut le voir aujourd’hui. Car il s’agit de la partie la plus ancienne de l’actuel cimetière de la rue du Guet de Saint-Pierre. Seule la croix centrale y est de nos jours reconnaissable, telle qu’elle est figurée sur la lithographie.

Régis Bertrand

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.