Le dernier baiser à la morte (Marseille, vers 1930)

Le tombeau de la famille Lains est connu des Marseillais sous le nom du « Dernier baiser ». Élevé dans la nouvelle pinède créée au début de l’entre-deux-guerres, il est aisément repérable car proche de l’escalier qui longe l’ancien dépositoire et relie cette partie du cimetière, située sur une éminence, à une des  grandes allées de circulation.

Il est constitué par deux groupes sculptés superposés. Au niveau inférieur est représenté un lit sur lequel git une femme. Un homme est à son chevet et se penche pour l’embrasser. 

Au niveau supérieur, un ange adulte accueille la morte, qui est ainsi représentée deux fois, dans l’ultime moment de sa vie terrestre et, suppose-t-on, le premier dans l’au-delà. Elle est davantage encore présente en fait car, de part et autre du lit, deux grands médaillons de marbre renferment les photographies du couple.

Si l’on en juge par les quelques mentions retrouvées dans la presse et par les remarque que nous avons pu récolter lors de nos visites au cimetière, ce tombeau ne laisse pas indifférent : il a suscité et continue de susciter des avis opposés. Témoignage émouvant d’amour conjugal pour les uns, il est d’un réalisme déplacé, voire choquant pour d’autres. Ces derniers propagent des rumeurs peu crédibles : la femme aurait été en fait la maitresse de ce bourgeois barbichu – pourtant des alliances sont bien visibles à leurs doigts et l’on peut penser que le commanditaire du tombeau, à l’évidence l’homme, n’aurait pas rendu ainsi publique une liaison.

Ce groupe spectaculaire correspond en fait à un moment de la sculpture funéraire. D’une part il illustre son naturalisme, assez général à la fin du XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe, qui a été mis en évidence naguère par Franco Sborgi. D’autre part il participe de l’affirmation d’un au-delà bienheureux, qui est très forte sur certains tombeaux dans les premières décennies du siècle, après les conflits politico-religieux.

Ce naturalisme se manifeste tout particulièrement en Italie et ce tombeau est proche par exemple de plusieurs groupes sculptés du Staglieno de Gênes. Cette proximité avec des œuvres italiennes avait induit en erreur Philippe Ariès, qui a cru qu’il s’élève au cimetière du Château à Nice. Mais peut-être y a-t-il davantage qu’une influence. L’œuvre a été ordinairement rendue à Henry Raybaud (1879-1942), statuaire marseillais, professeur à l’école des Beaux-arts locale, membre de l’académie de Marseille, dont il pourrait s’agir du chef-d’œuvre si un examen attentif ne permettait de déceler, gravé dans la pierre de la partie basse, un patronyme italien quasiment caché, « Buselli ». On sait que les sculpteurs français du temps faisaient fréquemment réaliser leurs modèles par des praticiens italiens, habiles et aux prix attractifs. Dans ce cas, Buselli a-t-il simplement dégagé de la pierre une œuvre conçue par Raybaud ou est-il le véritable auteur du groupe inférieur dont l’élan et l’expressionnisme contrastent avec la fadeur de la partie supérieure ?

Régis Bertrand

Bibl : Franco Sborgi, « La théâtralisation de la mort dans la sculpture funéraire au XIXe siècle » dans R. Bertrand, A. Carol et J.-N. Pelen, Les narrations de la  mort (actes du colloque d’Aix, U.M.R. Telemme, 20-22 novembre 2003), Aix, Publications de l’Université de Provence, 2005, p. 225-239.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.