L’enterrement du corps d’un guillotiné, 3 juin 1894

Cette gravure est la couverture du supplément illustré du Petit Parisien du 3 juin 1894. Elle représente l’arrivée au cimetière d’Ivry du fourgon transportant le corps de l’anarchiste Emile Henry, guillotiné le 21 mai 1894. Elle illustre les changements intervenus  à la fin du XIXe siècle dans le traitement du corps des suppliciés.
Alors que le code pénal et le décret de prairial (1804) sur les cimetières ne prévoyaient pas de traitement particulier pour ceux-ci, les usages maintenaient une forme d’ostracisme à leur égard, révélateur du caractère inextinguible de leur dette sociale aux yeux d’une grande partie de l’opinion. 
Après l’exécution, la loi stipulait depuis la Révolution que le corps du condamné était remis à sa famille si elle en faisait la demande, ce qui était rarement le cas. Si personne ne le réclamait, le corps pouvait être remis à la Faculté de médecine,  pour servir à des travaux anatomiques ou à des expérimentations. Ce qu’il en restait après la dissection échouait dans les collections médicales phrénologiques ou était inhumé collectivement avec d’autres restes des amphithéâtres. Si ce n’était pas le cas, le corps était enterré dans une portion (un « carré) à part du cimetière ou dans un cimetière particulier si la ville en possédait plusieurs, généralement le moins prestigieux. A Paris, ces cimetières de relégation, où sont aussi enterrés les restes de amphithéâtres de dissection ou les corps non identifiés de la Morgue sont d’abord le cimetière de Clamart ou du Montparnasse(1860) puis celui d’Ivry, en 1874, surnommé le « champ des navets » pour son caractère désolé. Jusqu’en 1877, à Paris, les corps étaient inhumés sans bière, à même le sol, en présence de l’aumônier qui avait assisté le condamné pendant l’exécution.

Dans les années 1880, une sensibilité nouvelle se développe vis à vis du devenir des corps des condamnés. Une bière est désormais prescrite pour l’inhumation, comme on le voit sur la gravure. En outre, le condamné commence à exprimer ses dernières volontés quant au traitement de son corps, notamment à refuser d’être porté à l’amphithéâtre ; cette volonté est respectée à partir de 1888. On pourra s’étonner de ne pas voir figurer de prêtre sur la gravure  mais Emile Henry, anarchiste,  avait refusé les secours de la religion. Outre la  présence de la troupe et des gendarmes, requis pour prévenir tout débordement des partisans de l’anarchie, on voit sur la gravure la présence de nombreux ouvriers juchés sur les murs du cimetière dont l’accès leur a été interdit.  L’exécuteur fait passer le panier dans lequel se trouve le corps et la tête d’E. Henry à un fossoyeur. Un commissaire de police (ou peut-être le chef de la sûreté, Goron) surveille la scène. D’après ce dernier, le corps aurait ensuite été exhumé pour être restitué à la famille d’Henry, qui l’aurait enterré dans la tombe familiale à Brunoy.

Anne Carol
Bibliographie : 
Anne Carol, Physiologie de la veuve. Une histoire médicale de la guillotine, Champvallon, 2013 ; Au pied de l’échafaud. Pour une histoire sensible de l’exécution, Belin, 2018.
Bruno Bertherat, « Les tombes des criminels en France (métropole) à l’époque contemporaine », in Martine Charageat, Bernard Ribémont et Mathieu Soula dir., Corps en peines. Manipulations et usages des corps dans la pratique pénale depuis le Moyen Âge, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 297-330.

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.