Le repos « éternel » des pestiférés? Marseille 1720-1723

Détail du plan du chevalier de Pierron, 1785 (col part). Le cimetière Saint-Martin est indiqué par sa croix centrale. L’enclos Silvy devait être à proximité.

Lors du paroxysme de peste qui frappa Marseille en 1720, pendant les mois d’août et septembre, on dut improviser des lieux d’inhumation des cadavres. Des fosses furent en particulier creusées à la hâte à proximité immédiate de la partie nord de l’enceinte, par-delà les lices extérieures. Lors de la « procession autour des murs de la ville de Marseille par dehors » qui eut lieu le 31 décembre de cette année mémorable, quand ce long cortège contourna le bastion d’angle qui se trouvait au carrefour des actuels boulevard Maurice-Bourdet et avenue Charles Nédélec, en face de la gare Saint-Charles, et qu’il commença à marcher en direction de la Porte d’Aix, il dut longer ces fosses hâtivement et mal comblées. Selon le récit de Jean Goujon, intendant de Mgr de Belsunce : « De mesme, et suivant toujours led[its] murs du mesme costé, lad[ite] procession a passé dans des simetiere ou [est] une tres grande quantité de mort de cette maladie contagieuse et dont la plus part desd[its] mort nestoit qua demy couvert et on y voyaient les testes, les bras et jambes de divers mort et ayant traverssé tous ces cadavres, Monsgr a donné la benedixion aux terroir de ces cartiers la. Puis arivant a la porte d’Aix, a donné la benedixion a la ville et suivant toujours jusque a la rue de la Bourgade (sans doute la rue du Bon-Pasteur), ou estant vis a vis a donné la benedixion a la Bourgade (le faubourg) ». L’évêque a lui-même mentionné ce passage éprouvant dans une lettre du 3 janvier 1721 à un de ses correspondants, l’abbé de Gay : « Mardi dernier, je fis une procession avec le Très Saint Sacrement, tout autour de la ville, nous passâmes par nécessité au milieu d’un cimetière de pestiférés mal couverts de terre, ce qui fust un spectacle d’horreur estonnant ».
Certains de ces terrains allaient donner lieu à un procès. On avait en particulier utilisé un enclos appartenant à Maître Silvy, primicier (on dit aujourd’hui président) de l’université d’Aix, qui fit assigner les échevins de Marseille devant la Chambre des Requêtes du Parlement, pour les faire condamner à acheter ses terres, comme l’avaient fait les consuls d’Aix pour des terrains privés où l’on avait creusé des fosses. Les échevins n’acceptaient que de le dédommager. Le 13 juillet 1723 la chambre interdit aux parties d’y « remuer et creuser la terre » pendant trois ans. Mécontent, Silvy fit alors appel devant la Grand’Chambre en se fondant sur la notion de « repos éternel » du droit romain qui l’empêchait à jamais de labourer son bien, « devenu comme sacré ». L’avocat général Gaspard de Gueidan (1688-1767) invoqua « la raison et la religion » (chrétienne) pour affirmer que « le repos des âmes ne dépend nullement de la situation de leurs corps et que quelque part que ceux-ci reposent et de quelque manière qu’ils soient traités, les âmes ne reçoivent du bien ou du mal que de leurs œuvres ». Il estima que nécessité avait fait loi pour utiliser ces terrains proches de la ville et qu’ils devaient être tenus « comme des champs de bataille que personne n’est jamais tenu d’acheter ». Il proposa cependant de porter à dix ans l’interdiction de remuer la terre et donc l’indemnité, car à ces « tas immenses de morts mêlés avec des hardes pestiférées » il convenait de « donner un temps suffisant pour être réduit en ossemens et en cendres ». On pourrait au bout d’une décennie transférer ces restes dans un cimetière. L’arrêt reprit ces conclusions le 13 décembre 1723.
Il ne semble pas en fait que ces terrains aient été couverts de maisons car les plans des XVIIIe et début du XIXe siècle, sinon plus tard, les montrent sous forme de jardins ou d’espaces voués à l’artisanat. Le cimetière de la paroisse Saint-Martin y fut transféré en 1777. L’enclos Silvy semble avoir été inclus ensuite dans le périmètre sanitaire du grand cimetière Saint-Charles, créé à partir de celui de Saint-Martin. S’y développa alors une sorte de bidonville connu sous le nom de « La Californie ».
On aura noté ces délais de trois et dix ans préalables à des labours sur les fosses. Lors de la rédaction du décret sur les sépultures du 23 Prairial an XII (12 juin 1804), Chaptal, ministre de l’Intérieur, proposa un laps de temps trois ans pour le renouvellement des fosses communes – le conseil d’État le porta à cinq ans. Par ailleurs un avis du conseil d’État du 13 janvier 1805 vint préciser qu’il conviendrait d’attendre dix ans avant de fouiller un cimetière désaffecté. À cette date, la jurisprudence imprimée est, en la matière, quasi inexistante et il ne serait pas impossible que le recueil des discours de Gaspard de Gueidan ait été consulté.
Régis Bertrand

Bibl. :

[Gaspard de Gueidan de Valabre], Discours prononcés au Parlement de Provence par un de messieurs les avocats généraux,  Paris, Quillau, 1739-1745, 3 vol., t. I, p. 174-200

 

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.