Ad majorem Felicis gloriam. Le mausolée de Félix de Beaujour (cimetière du Père-Lachaise)

 

Le visiteur qui cherche à atteindre le point culminant du Père-Lachaise a un repère : il voit, au fur et à mesure de son ascension, se profiler entre les arbres et les chapelles un très haut monument. Lorsqu’il est parvenu au sommet de la 48edivision, il peut lire au-dessus de sa porte l’inscription suivante : « Félix de Beaujour, né à Callas en Provence le 28 décembre 1765, mort à Paris le 1er juillet 1836 ».
Louis Féris, selon son acte de baptême  dans les registres de son village natal, fils du marchand François Féris et d’Anne Giraud, fit une belle carrière diplomatique et politique sous sept régimes qui lui permit de devenir, lorsqu’il fut anobli par Louis XVIII en 1818, le baron Louis-Auguste  Félix de Beaujour. Il présida le Tribunat, fut consul général à Washington de 1804 à 1811, inspecteur général des établissements français dans le Levant en 1817, député des Bouches-du-Rhône de 1831 à 1834. Louis Philippe le fit pair de France en 1835.
Il a trouvé deux moyens de transmettre son nom à la postérité. Les deux prix qu’il a fondés et qui sont toujours décernés. Celui, quinquennal, de l’Académie des sciences morales et politiques dont il fut membre sur « les moyens de prévenir ou soulager la misère » et celui, annuel, de l’Académie de Marseille, dont il fut membre associé. Et surtout son tombeau, qui est l’œuvre la plus connue de François-Alexis Cendrier (1803-1893), architecte des compagnies ferroviaires du Paris-Orléans et du Paris-Lyon.
Le monument a inspiré des notices diverses sur Internet. Elles lui affectent des dimensions fort variables. César Daly en a pourtant procuré une élévation et une coupe munies d’une échelle, ce qui permet de préciser qu’il mesure hors du sol 20 mètres et est surmonté d’une verrière conique d’1,70 m. La partie enterrée fait 5,20 m, dalle de fondations comprise. De plan circulaire, il a, au-dessus d’une base où s’ouvre la porte, la forme d’un cône concave très étiré, ouvert à sa pointe. Si l’on excepte de douteuses interprétations érotiques, celle qui propose d’y lire une lanterne des morts paraît assez pertinente, bien que la coupe de Daly ne suggère aucun moyen de suspendre un foyer lumineux. L’analogie formelle est évidente avec le phare de Cordouan, construit de 1584 à 1611 à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde. Quant aux recherches rémanentes au XVIIIe siècle sur les formes verticales en architecture funéraire, il suffira de citer le Projet pour un cimetière de Paris de Louis-Jean Desprez qui eut le Prix d’émulation de 1766 et en particulier le dessin de la chapelle avec ses étonnants pyramidions cannelés et ses deux salles superposées. Le profil de la verrière vient du couvrement du mausolée des Jules à Saint-Rémy-de-Provence.
La porte permet d’entrer dans une première salle où contrairement à ce qui a été écrit, rien ne permet de célébrer la messe. il n’y a d’ailleurs aucun signe religieux. Le décor est à la gloire du commanditaire, dont on entrevoit le portrait en médaillon et peut-être ceux d’autres membres de sa famille. L’épitaphe est répétée sur la frise. Une trappe donne accès à la crypte, divisée en deux parties successives. Celle située sous le plafond en forme de coupole renferme, autour d’une plateforme annulaire, des sarcophages, dont celui de Félix de Beaujour. La partie inférieure est entourée de cases destinées à recevoir des cercueils. L’ensemble est accessible par des échelles.
Ce monument constitue un chef-d’œuvre de la stéréotomie du XIXe siècle. Il ne semble plus entretenu. Par sa qualité et son rôle dans le paysage du cimetière, il mériterait d’être classé Monument Historique et pris en charge par la collectivité. Parmi les cercueils qu’il renferme, figure celui de l’amiral Jaurès, plus oublié encore que Félix de Beaujour. Imaginons un instant que Jean Jaurès, le petit-cousin de l’amiral, ait échappé au révolver de Raoul Villain mais soit mort à Paris de la grippe espagnole. Peut-être aurait-on cherché où l’enterrer en urgence, faute de pouvoir le transporter sur son sol natal d’Albi (d’où il a été transféré au Panthéon), et aurait-on pensé au mausolée de ce très lointain parent, dont la vaniteuse épitaphe aurait pu être évincée au profit de ce mort bien plus illustre.
Régis Bertrand
Bibl. : César Daly, Architecture funéraire contemporaine. Spécimens de tombeaux, chapelles funéraires, mausolées, sarcophages, stèles, pierres tombales, croix etc, choisis principalement dans les cimetières de Paris (…), Paris, Ducher et cie, 1871, 1ère section-B, pl. 1 et 2.
Richard A. Etlin, The Architecture of Death. The Transformation of the Cemetery in Eighteenth-Century Paris, Cambridge et London, The M.I.T. press, 1984 et rééd. 1987, p. 43-49 (Desprez)

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.