L’ange de Monteverde : un chef d’oeuvre de l’art funéraire (1882)

L’ange sculpté en 1882 par Giulio Monteverde (1837-1917) pour le tombeau Oneto au Staglieno de Gênes a été souvent reproduit ou imité à travers le monde, comme Franco Sborgi (1944-2013) l’avait naguère montré dans sa monographie exemplaire du célèbre cimetière – encore sa collecte de répliques, de Budapest à Montréal, est-elle sans doute loin d’être exhaustive.
Ce grand ange féminin debout, les bras croisés sur la poitrine, les ailes strictement rangées derrière son dos, serre la trompette dont il va se servir pour annoncer la fin des temps et le jugement dernier. Recueilli et concentré, guettant le signal divin, il semble regarder sans le voir le visiteur. L’harmonie de sa silhouette, la virtuosité du drapé de sa tunique qui s’achève audacieusement par un pli cassé débordant sur la plinthe du tombeau en font une des meilleures oeuvres de l’artiste. L’Express a publié, il y a quelques années, la photographie d’une jeune femme qui s’était fait tatouer son image sur son dos, depuis ses épaules jusqu’à ses lombes.
Les répliques de l’ange de Monteverde ne sont ordinairement pas strictement des copies : leurs visages correspondent souvent à celui d’une jeune morte. Avec une conséquence que l’artiste n’avait sans doute pas prévue : certaines peuvent être jugées plus gracieuses ou plus émouvantes que l’original, voulu par Monteverde sobrement inexpressif.
La partie basse du tombeau Oneto est aujourd’hui couverte d’épitaphes mais il n’en était pas de même à la fin du XIXesiècle. Un cliché ancien suggère que la statue n’a pas été érigée à la mémoire d’une morte dont elle reproduirait les traits mais d’un homme qui n’est pas décédé prématurément. La pensée de l’artiste et de son  commanditaire a sans doute été de suggérer le parallélisme entre les morts déposés dans leur tombeau dans l’attente de la parousie et l’ange qui attend pareillement d’être chargé de l’annoncer. La réinterprétation très personnalisée qu’en proposent les répliques correspondent en fait à l’assimilation courante au XIXe siècle d’un(e) mort(e) juvénile à « un ange au ciel ».
Régis Bertrand

Bibliographie : Franco Sborgi, Staglieno e la scultura funeraria ligure tra ottocento e novecento, Torino, Artema, 1997, p. 158, 328-331, 400.

regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

More Posts


A propos regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.