Le corps des guillotinés

Le corps des guillotinés
Conférence d’A. Carol aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois le 11 octobre 2009

Quel est le statut du corps du guillotiné? Le guillotiné a-t-il des droits sur son propre corps?A qui appartient-il? Pour quels usages? Ecoutez la conférence sur http://www.rdv-histoire.com/?q=node/662
NB : La conférence débute deux minutes après le début de l’enregistrement

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website


A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

2 réflexions sur « Le corps des guillotinés »

  1. Bonjour,
    Questions étranges sans doute : le corps d’un guillotiné était-il remis à la famille ou des ayants-droit ? A quelles conditions ? Ou bien l’administration pénitentiaire en gardait-elle la ‘maîtrise’ ?
    Merci.

  2. Bonjour, depuis la Révolution le corps était remis à la famille si elle en faisait la demande, à charge pour elle de le faire inhumer sans “appareil” particulier, c’est-à-dire sans publicité (politique par exemple). Peu de familles les demandaient. Dans ce cas, c’était l’administration qui décidait de son devenir : soit donné à la Faculté de médecine soit inhumé dans le cimetière du lieu de l’exécution, à charge de la commune de s’en occuper. Les guillotinés étaient souvent enterrés à part bien que rien dans la loi ne justifie cet ostracisme. Je me permets de vous renvoyer à mon livre Physiologie de la Veuve qui consacre un chapitre à cette question. Bien à vous A. Carol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.