2021

3 journées d’études ont été organisées en 2021.

La première journée s’est tenue le 17 mars 2021 intégralement en visio-conférence en raison de la situation sanitaire et à porté sur la question des Cadavres dangereux.  Que ce soit en situation de mortalité ordinaire, ou extraordinaire, de nombreuses sociétés se sont en effet retrouvées confrontées à des dépouilles représentant un danger ou un risque avéré ou supposé. Cadavres réellement ou potentiellement contagieux (comme dans le cas des épidémies de peste, ou plus récemment celles d’Ebola et du Covid) ou bien radioactifs (comme dans le cas des morts du Tsunami aux alentours de Fukushima), dépouilles de sorciers, de magiciens ou de tyrans réputés pour le pouvoir qu’ils exercent à distance dans le temps et l’espace voire par-delà la mort, la nécessaire prise en charge ces cadavres symboliquement ou physiquement dangereux oblige alors les sociétés à reconsidérer leur traitement funéraire au regard des normes en vigueur par ailleurs, et plus généralement repenser le rapport qui peut être entretenu avec ces dépouilles dangereuses. Les quatre intervenants de cette 3e journée de discussions ont ainsi abordé plusieurs exemples de traitements sociaux de cette dangerosité:  Régis Bertrand (historien, AMU, Telemme), Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku University, Japon), Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et  Gaëlle Clavandier (sociologue et anthropologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES)

La deuxième s’est tenue le 6 mai 2021 intégralement en visio-conférence en raison de la situation sanitaire et portait sur le thème des Cadavres indésirables. En effet, si les rites funéraires ont une fonction de cohésion sociale, il est des cadavres dont personne ne veut et dont le sort demeure suspendu ou en déshérence. Les morts peuvent se situer aux marges de la communauté (esclaves, S.D.F.), en avoir été exclus par leurs actes (tels les auteurs actes de terrorisme ou les criminels) ou pour leur dissidence politique ou religieuse, ou encore se trouver en position d’exil. La prise en charge de leurs dépouille soulève donc de nombreuses questions qu’il s’agisse des acteurs impliqués, des modalités concrètes de leur traitement et de leur degré de formalisation, ou encore des enjeux politiques ou symboliques éventuels. Intervenants :  Anne Carol (historienne, AMU, Telemme),  Maria-Teresa Ferreira (archéologue, Université de Coimbra, Portugal, associée ADES), Carolina Kobelinski (anthropologue sociale, CNRS, LESC) et Isabelle Renaudet (historienne, AMU, Telemme).

La troisième s’est déroulée le 3 décembre 2021 de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30 en mode hybride à la Faculté de médecine de la Timone à Marseille, et via Zoom.  Elle a porté sur le thème Cadavres anonymes. La question des corps non-identifiés se rencontre en effet dans les conditions de décès solitaires engendrées par l’anonymat urbain, dans tous les contextes marqués par les violences de masse ou lors des catastrophes qu’elles soient sanitaires, « naturelles » ou industrielles lorsqu’un grand nombre de décès interviennent simultanément ; cette situation se traduit par la présence persistante et problématique de corps anonymes ou de restes humains qui demeurent parfois non-identifiés durant une période de temps extrêmement longue. La simple présence de ces cadavres anonymes, tout autant que leur prise en charge mortuaire et funéraire, pose alors aux sociétés comme aux individus de nombreuses questions (d’ordre techniques, juridiques, morales ou politiques) que cette journée de présentations et de discussion entend précisément aborder.  Cette troisième journée d’étude a permis d’entendre successivement Bruno Bertherat (historien, Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (historien, Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale ; puis  Elisabeth Anstett (anthropologue sociale, CNRS)  sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse et Pascal Adalian (anthropologue biologique, AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale.