2024

Le séminaire inter-laboratoire Aix-Marseille Université Histoire et anthropologie de la mort, organisé conjointement par Elisabeth Anstett (CNRS, UMR Ades) et Anne Carol (Aix-Marseille Université, UMR Telemme) et consacré à l’étude des différentes modalités de traitement des cadavres et leurs enjeux, poursuit ses activités. Le programme pour 2024 prévoit deux journées d’études en juin (autour du thème “Images et imaginaires”) et novembre (autour de la question des collections scientifiques et patrimoniales de restes humains).

Mardi 4 juin 2024, salle Duby, MMSH, Aix-en-Provence

Images et imaginaires du cadavre.  (Voir la présentation détaillée de la journée ici)

Mardi 5 Novembre 2024, Aix-Marseille Université, Faculté des Sciences Médicales et Paramédicales (site Timone), Marseille

Les collections de restes humains  : histoire, modalités de conservation et enjeux

Participer à la réunion via le lien Zoom suivant :

Matinée : 10h-12h30

  • Bruno BIZOT suivi un double cursus de formation en archéologie et en anthropologie biologique. Il est conservateur du patrimoine au Ministère de la culture, DRAC, Service régional de l’archéologie de Provence Alpes Côte d’Azur depuis 30ans, et contribue depuis sa création en 2005 à la cogestion de l’ostéo-thèque régionale de Provence Alpes Côte d’Azur (PACA). Yann ARDAGNA est anthropologue biologiste, spécialiste de paléopathologie, ingénieur de recherche d’Aix-Marseille Université et membre de l’équipe BONES (Bio-anthropologie de l’OS, Nature, Evolutions, Sociétés) au sein de l’UMR 7268 Ades (Anthropologie Bio-culturelle, Droit, Ethique et Santé). Il est également gestionnaire de l’ostéo-thèque régionale PACA.
  • Quel avenir pour l’ostéo-thèque régionales PACA? L’ostéo-thèque régionale de PACA existe depuis une vingtaine d’années. Associant le Ministère de la culture et l’UMR 7268, elle a été créée dans un contexte bien différent de celui que nous connaissons actuellement.  La mise en place de cette structure fut en effet concomitante de deux faits majeurs. D’une part, la loi sur l’archéologie préventive, promulguée en 2001, a permis de progressivement intégrer dans les cahiers des charges des opérations de fouilles des moyens et procédures améliorant considérablement les conditions de collecte des informations et de traitement du matériel anthropo-biologique, notamment par l’implication d’archéo-anthropologues sur le terrain ; et d’autre part, la création à l’université de Marseille d’un enseignement de master spécifiquement dédié à l’anthropologie et l’archéo-thanatologie a largement contribué à former les spécialistes agissant sur les fouilles préventives. Ainsi la plupart des séries constituées avant les années 2000, ont fait l’objet de travaux universitaires et ont été sauvegardées. Par ailleurs, la législation a évolué en 2016, conférant désormais à l’État la propriété du matériel archéologique issu des fouilles préventives. Ainsi, les demandes de consultation des collections de notre ostéo-thèque, seule de son type pour toute la région PACA, ne faiblissent pas. On constate cependant que les objectifs et méthodes ont changé. Les demandes de prélèvements pour analyses isotopiques ou ADN sont maintenant dominantes. Cette évolution soulève chez les gestionnaires des collections anthropologiques un certain nombre d’interrogations. A contrario des datations radiocarbone qui, jusqu’à cette dernière décennie, représentaient l’essentiel des prélèvements « consommant » du matériel anthropologique, ces nouvelles analyses physico-chimiques ciblent en effet des segments osseux très précis et souvent rares (par ex. os pétreux).  Confronté au cas où l’analyse scientifique détruit un patrimoine non renouvelable, le ministère de la Culture a constitué le groupe de travail interdisciplinaire PAOHCE dont les conclusions, rendues en 2022, donnent aux services régionaux de l’archéologie les éléments permettant d’exercer au mieux le contrôle scientifique et patrimonial qui leur revient sur l’usage de ces vestiges. Outre les préconisations concernant le bienfondé des analyses en question, ce rapport livre également quelques éléments pratiques permettant aux gestionnaires d’optimiser et/ou mutualiser les prélèvements. Cette communication permettra aussi de revenir sur les perspectives ouvertes par ce rapport dans un contexte national paradoxalement marqué par le nombre croissant de squelettes découvert lors des fouilles préventives, et la réduction des moyens matériels et financiers disponibles pour leur étude.

 

  • Christophe LAMY (Université de Genève)
  • Titre et résumé à venir

Après midi : 14h-16h30

  • Laure CADOT  est restauratrice du patrimoine spécialisée dans la conservation des matériaux organiques et des restes humains et animaux en particulier. Diplômée en histoire de l’art, muséologie et recherche appliquée (École du Louvre) ainsi qu’en conservation-restauration et conservation préventive (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), elle travaille depuis une vingtaine d’année sur les enjeux de la patrimonialisation des restes humains sous toutes leurs formes, et sur les problématiques de conservation spécifiques à ces collections singulières. En parallèle de son activité exercée en tant qu’experte indépendante auprès des institutions publiques, elle coordonne depuis 2011 un séminaire de formation (Master 1) sur la conservation des restes humains et animaux à l’Ecole du Louvre, et intervient ponctuellement depuis 2008 au sein de la formation des conservateurs du patrimoine à l’Institut National du Patrimoine. Elle a été pensionnaire de l’académie de France à Rome – Villa Médicis pour l’année 2023-2024 où elle a développé son travail de recherche sur la question du renouvellement de la prise en charge des restes humains patrimoniaux, en ce début de XXIe siècle.. 
  • Titre et résumé à venir
  • Tricia CLOSE-KOENIG est historienne des sciences et de la médecine et ingénieure de recherche à l’UMR7363 SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe) et au DHVS (Département de l’Histoire des Sciences de la vie et de la Santé) de l’Université de Strasbourg. Ses travaux de recherche portent sur les restes humains dans les collections, la valorisation des collections d’anatomie pathologique, le diagnostic histopathologique du cancer et le système de classification des cancers. Déborah DUBALD est spécialiste de l’histoire des cultures matérielles de la nature, des sciences et de la santé et maîtresse de conférences de l’Université de Strasbourg, et également membre de l’UMR7363 SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe) et du DHVS (Département de l’Histoire des Sciences de la vie et de la Santé). Ses projets s’articulent autour de trois grandes directions : l’histoire des musées et des collections d’histoire naturelle ; les relations entre histoire des collections, cultures matérielles de la nature et histoire environnementale (notamment avec le collectif Collection<>Ecologies) ; et les usages des collections médicales, en particulier les restes humains, dans les pratiques académiques (recherche et enseignement) du 19e au 21e siècles. Tricia Close-Koenig et Déborah Dubald, sont toutes deux référentes pour les collections d’anatomie-pathologique de l’Université de Strasbourg.
  • Au fond du placard. Réflexion autour des collections de tissus humains collectés dans le cadre de la pratique médicale. Cette communication, effectuée à deux voix, portera sur les restes humains conservés dans le bâtiment de l’institut d’anatomie de la Faculté de Médecine de Strasbourg, et plus particulièrement sur les collections universitaires et autres préparations et fragments accumulés dans l’aile de l’ancien institut d’anatomie pathologique. Les restes humains qui nous intéressent posent en effet une série de questions spécifiques lié au contexte des collections médicales historiques (i.e., consentement, violences, colonisation, etc.), et plus particulièrement celle de leur catégorisation. Ces questionnements peuvent entraîner une forme de négligence pour des résidus, banalisés ou déclassés, issus de pratiques pédagogiques, thérapeutiques ou scientifiques anciennes et qui ne sont plus en conformité avec des standards contemporains de scientificité. Ainsi, nous reviendrons sur l’histoire singulière de la collection, notamment sa notoriété historique au 18e et 19e siècles, sa provenance issue de l’activité d’autopsie de routine et de diagnostic en laboratoire de l’Institut d’anatomie pathologique des années 1870 à 2004, sa « récupération » par un département d’histoire de la santé, sa mobilisation contemporaine dans des projets de recherches en biomédecine et en sciences humaines et sociales. Cela nous permettra d’interroger l’appartenance, de la propriété et/ou de la classification légale et patrimoniale de la collection par sa contextualisation, et de souligner plus particulièrement la tension existante entre restes humains, conservation et patrimonialisation.