Tous les articles par Anne Carol

A propos Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

4 juin 2024 : Images et imaginaires du cadavre

Le 4 juin 2024 se tiendra dans l’amphithéâtre de la MMSH de 10 h à 16 h 30 une journée d’études portée par le séminaire Histoire et anthropologie de la mort
Elle sera également accessible en visio conférence via le lien suivant : 

 https://univ-amu-fr.zoom.us/j/88931465034?pwd=ZUEzamtWNTB2dE0yUzNOclVsaG9TUT09     

Cette journée d’études portera sur Images et imaginaires du cadavre.

Elle nous permettra d’entendre : 

Amandine MALIVIN, docteure en histoire, et chercheuse indépendante. Ses recherches portent sur l’histoire de la mort, du cadavre et des sensibilités. Elle est l’auteure de la thèse « Voluptés macabre : la nécrophilie en France au XIXe siècle » (2012, Université Paris 7 – Paris-Diderot) et de plusieurs articles dont « Amour d’outre-tombe » (Terrain [en ligne], 75|2021) et « L’affaire du Muy, et autres profanations nécrophiles » (in Anne Carol et Isabelle Renaudet (dir.), Des morts qui dérogent, PUP, 2023)
Des corps invisibles ? Représenter le cadavre et la nécrophilie dans l’art et la littérature (France, XIXe siècle) 
La nécrophilie – attirance sexuelle pour les cadavres – est largement représentée dans les sources médicales du XIXe siècle, où elle est dépeinte comme un des exemples les plus aberrants et monstrueux de perversion sexuelle. Si ces représentations limitent en général la nécrophilie à la seule profanation sexuelle des cadavres, il en est autrement dans les œuvres littéraires ou artistiques, où elle prend des formes et des significations plus variées. Pourtant, dans tous les cas, ce sont surtout les nécrophiles qui sont dépeints, aux dépens de cadavres qui, s’ils ne sont pas totalement absents, se font plus discrets. On peut alors s’interroger sur les formes données aux corps morts profanés dans l’art et la fiction, et sur les raisons déterminant les choix opérés par les auteurs et la artistes lorsqu’il s’agit de dépeindre ou de montrer ces corps, objets d’actes ou de désirs transgressifs difficilement représentables.

Clémentine GUIOL, doctorante en deuxième année au sein du Centre Alexandre Koyré de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Elle travaille actuellement à sa thèse de recherche en histoire culturelle britannique sous la direction de Laurence Talairach. Intitulée « Le cadavre féminin dans le Londres victorien : une incarnation de l’altérité », qui s’attache aux traitements funéraires et aux représentations culturelles des cadavres de femmes à l’époque victorienne sur le terrain particulier de la capitale britannique. 
Représenter les femmes victimes de meurtre dans la presse tabloïde victorienne : érotisme, sensationnalisme et violence genrée.
À l’époque victorienne (1837-1901), la presse tabloïde entretient une fascination pour les crimes violents et génère une abondance de représentations de cadavres de victimes. Au sein de cette production pléthorique, les images de cadavres féminins se distinguent des corps d’hommes et d’enfants dans la façon dont leur représentation allie l’érotisme au sensationnalisme. En étudiant à la fois les représentations textuelles et iconographiques de ces cadavres féminins violentés, nous proposons d’abord de retracer leur généalogie afin de les replacer dans une longue tradition de violence genrée dans la culture britannique. Cette analyse nous permettra ensuite de démontrer comment ces représentations sont à la fois le fruit de l’idéologie de genre victorienne, et comment elles participent à la consolider. Nous essaierons enfin de déceler comment ces illustrations macabres sont l’expression des fantasmes et des craintes de la société victorienne autour de la sexualité, de la criminalité et de la moralité.

Anaelle LAHAEYE, docteur en histoire de l’art de l’Université de Paris 1. Sa thèse, soutenue en 2023 sous la direction de P. Wat,  s’intitulait Face au cadavre : peinture, estampe, dessin (1808-1914). Elle est archiviste pour l’INSEI (Institut national de recherche et de formation sur l’éducation inclusive) et chercheuse associée au laboratoire de recherche de l’institution (le GRHAPES). 
Faire face au cadavre par l’image (France, XIXe siècle).
Les dépouilles sont omniprésentes dans la peinture française du XIXe siècle. Des crucifixions aux scènes de batailles en passant par les portraits posthumes, elles contaminent tous les genres. Cependant, les morts arborent des iconographies très variées. Afin de comprendre ces disparités et leurs évolutions, il est indispensable d’analyser le contexte historique qui a vu naître les œuvres. En effet, les rituels funéraires, les productions culturelles ou les évènements politiques sont autant de facteurs qui influent sur les imaginaires relatifs aux corps des défunts dans une société donnée. Or ces perceptions sont intériorisées par les individus, y compris les artistes, ce qui impacte les choix de représentation. Nous chercherons donc à esquisser les interrelations et les ruptures entre les images des cadavres et les imaginaires qui les entourent.  

Sophie ZENON, artiste photographe. Après des études en histoire, en histoire de l’art et en anthropologie, elle initie sa pratique à la fin des années 1990 par des paysages réalisés en Mongolie entre 1996 et 2009, où elle voyage pendant plus de dix années. Marquée par cette expérience autant de vie qu’artistique, Sophie Zénon articule aujourd’hui son oeuvre autour de thèmes récurrents – la mémoire, l’histoire, la perte, le passage du temps – souvent évoqués au travers de la relation du corps au paysage. Des plaines de Mongolie aux paysages meurtris de l’Est de la France, des rizières du piémont italien de ses ancêtres aux momies de Palerme, elle créé des ponts entre histoire intime et patrimoniale, où “le présent est un réceptacle de temps et d’histoires accumulées (…) qu’elle cristallise par la trace, la métaphore et le merveilleux, en leur donnant une forme à chaque fois renouvelée ” (C. Coste, L’oeil, mai 2023).

IN CASE WE DIE (Momies de Palerme – La Danse).
Entre 2008 et 2011, Sophie Zénon a consacré plusieurs volets à la représentation du corps mort, réuni dans un cycle intitulé « In Case We Die ». En Occident, dans un contexte de déni de la mort, comment figurer l’infigurable ? Premier et troisième volets de ce cycle, Momies de Palerme et La Danse ont fait l’objet de nombreuses expositions – jusqu’à la plus récente à l’automne dernier à la Maison Robert Doisneau de Gentilly « Et nos morts? » – et ont été acquises par plusieurs institutions.  A l’occasion de ce colloque, elle revient sur sa pratique, sur ses motivations, sur ce qui l’a engagé à produire ces œuvres.

 

 

Parution : Des morts qui dérogent


 

Marchandisation du cadavre et questions de nécro-économie

Le 9 février 2023, une journée d’études autour du thème Marchandisation du cadavre et questions de nécro-économie se tiendra à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en Provence), salle Duby, et en distanciel (https://univ-amu-fr.zoom.us/j/87907909770?pwd=WXBZUC9lVGVrQzMweWMyRzZONlV4dz09 ). Le programme est détaillé sur ce site (Histoire et anthropologie de la mort > 2023

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort : 17 mars 2022

Avec le soutien de la Mission Interdisciplinarité Aix-Marseille Université se poursuit cette année le séminaire inter-laboratoires ADES-TELEMMe Histoire et anthropologie de la mort (https://necrolog.hypotheses.org/598 ). Trois journées ont déjà eu lieu :  Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

            La journée du 17 mars 2022 portera sur le thème Médecins et cadavres. Elle se déroulera de 10 h à 16 h 30, en hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge, Aix-en-Provence) et via Zoom.

Matin :

Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne
Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle
Clara Duterme, Valérie Robin Azevedo, (anthropologues, AMU, Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas singulier de gestion des cadavres ?

Cette journée est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Vous pouvez nous contacter si vous souhaitez manifester votre intérêt ou avoir des informations supplémentaires : Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Lien zoom :

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/85327882648?pwd=Zy9MeFBSc3hzRGdOa0hrSDdnV2FEZz09

ID de réunion : 853 2788 2648

Code secret : 732873

La mise en pièces de Gambetta

Vient de paraître :

La mise en pièces de Gambetta. Autopsie d’un corps politique, Jérôme Millon, 2022.

En avril 1909, le président de la République doit inaugurer le monument que la ville de Nice a élevé à la mémoire d’un des fondateurs du régime: Léon Gambetta, inhumé dans le cimetière municipal. Un dépôt de gerbes sur la tombe est prévu. La municipalité décide pour l’occasion de transférer les restes du grand homme dans un tombeau plus monumental que la modeste concession familiale où il repose depuis 1883. Il faut donc l’exhumer.

C’est un corps incomplet, très mutilé qui s’offre aux yeux des assistants: un corps décapité et privé de son bras droit, mais aussi de son cœur et d’une partie de ses entrailles. Comment en est-on arrivé là? Comment interpréter cette mise en pièces, qui ne se réduit pas à la simple fabrication de reliques ? C’est à ces questions que cette nécrographie s’efforce de répondre, en mobilisant les ressources de l’histoire de la médecine, de l’histoire des attitudes devant la mort et de l’histoire politique, et en suivant le corps de Gambetta au plus près, de sa blessure à l’éparpillement de ses restes.

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort : 3 décembre 2021

La prochaine séance du séminaire inter laboratoire ADES – TELEMMe Histoire et anthropologie de la mort  se tiendra le vendredi 3 décembre 2021.

Attention : le lieu physique et le lien zoom du séminaire changent à la mi-journée. 

 
La prochaine séance du séminaire interlaboratoire AMU  ADES – TELEMMe  Histoire et anthropologie de la mort se tiendra le 3 décembre prochain, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30
 
Elle aura lieu  en mode hybride : en présentiel à la Faculté de médecine de la Timone à Marseille, et via Zoom. 
 
Elle portera sur le thème Cadavres anonymes : 
La question des corps non-identifiés se rencontre dans les conditions de décès solitaires engendrées par l’anonymat urbain, dans tous les contextes marqués par les violences de masse ou lors des catastrophes qu’elles soient sanitaires, « naturelles » ou industrielles  lorsqu’un grand nombre de décès interviennent simultanément ; cette situation se traduit alors par la présence persistante et problématique de corps anonymes ou de restes humains qui demeurent parfois non-identifiés durant une période de temps extrêmement longue. La simple présence de ces cadavres anonymes, tout autant que leur prise en charge mortuaire et funéraire, pose alors aux sociétés comme aux individus de nombreuses questions (d’ordre techniques, juridiques, morales ou politiques) que cette journée de présentations et de discussion entend précisément aborder. 
Nous entendrons le matin Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale ; l’après-midi Elisabeth Anstett (CNRS)  sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse et Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale. 
 
N’hésitez pas à diffuser l’information auprès de tous ceux que ces sujets intéressent.  
 
Pour ceux qui souhaitent assister en présentiel : 
Le matin, le séminaire se tiendra à la Faculté de médecine de la Timone en salle de visioconférence, Rez de chaussée, aile bleue. L’après-midi, en salle 31 (3e étage, aile rouge)

 

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort : 6 mai 2021

La seconde séance se tiendra cette fois encore (nous le regrettons) intégralement en visioconférence, le 6 mai prochain, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30. 
Elle portera sur les Cadavres indésirables.
Interviendront le matin Maria Teresa Ferreira, archéologue et Anne Carol, historienne ; puis l’après-midi Carolina Kobelinski, anthropologue, et Isabelle Renaudet, historienne & Bruno Bertherat, historien.
 
Programme général du séminaire : Prog_AutourDuCadavre_V3-web

Ad majorem Felicis gloriam. Le mausolée de Félix de Beaujour (cimetière du Père-Lachaise)

 

Le visiteur qui cherche à atteindre le point culminant du Père-Lachaise a un repère : il voit, au fur et à mesure de son ascension, se profiler entre les arbres et les chapelles un très haut monument. Lorsqu’il est parvenu au sommet de la 48edivision, il peut lire au-dessus de sa porte l’inscription suivante : « Félix de Beaujour, né à Callas en Provence le 28 décembre 1765, mort à Paris le 1er juillet 1836 ».
Louis Féris, selon son acte de baptême  dans les registres de son village natal, fils du marchand François Féris et d’Anne Giraud, fit une belle carrière diplomatique et politique sous sept régimes qui lui permit de devenir, lorsqu’il fut anobli par Louis XVIII en 1818, le baron Louis-Auguste  Félix de Beaujour. Il présida le Tribunat, fut consul général à Washington de 1804 à 1811, inspecteur général des établissements français dans le Levant en 1817, député des Bouches-du-Rhône de 1831 à 1834. Louis Philippe le fit pair de France en 1835.
Il a trouvé deux moyens de transmettre son nom à la postérité. Les deux prix qu’il a fondés et qui sont toujours décernés. Celui, quinquennal, de l’Académie des sciences morales et politiques dont il fut membre sur « les moyens de prévenir ou soulager la misère » et celui, annuel, de l’Académie de Marseille, dont il fut membre associé. Et surtout son tombeau, qui est l’œuvre la plus connue de François-Alexis Cendrier (1803-1893), architecte des compagnies ferroviaires du Paris-Orléans et du Paris-Lyon.
Le monument a inspiré des notices diverses sur Internet. Elles lui affectent des dimensions fort variables. César Daly en a pourtant procuré une élévation et une coupe munies d’une échelle, ce qui permet de préciser qu’il mesure hors du sol 20 mètres et est surmonté d’une verrière conique d’1,70 m. La partie enterrée fait 5,20 m, dalle de fondations comprise. De plan circulaire, il a, au-dessus d’une base où s’ouvre la porte, la forme d’un cône concave très étiré, ouvert à sa pointe. Si l’on excepte de douteuses interprétations érotiques, celle qui propose d’y lire une lanterne des morts paraît assez pertinente, bien que la coupe de Daly ne suggère aucun moyen de suspendre un foyer lumineux. L’analogie formelle est évidente avec le phare de Cordouan, construit de 1584 à 1611 à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde. Quant aux recherches rémanentes au XVIIIe siècle sur les formes verticales en architecture funéraire, il suffira de citer le Projet pour un cimetière de Paris de Louis-Jean Desprez qui eut le Prix d’émulation de 1766 et en particulier le dessin de la chapelle avec ses étonnants pyramidions cannelés et ses deux salles superposées. Le profil de la verrière vient du couvrement du mausolée des Jules à Saint-Rémy-de-Provence.
La porte permet d’entrer dans une première salle où contrairement à ce qui a été écrit, rien ne permet de célébrer la messe. il n’y a d’ailleurs aucun signe religieux. Le décor est à la gloire du commanditaire, dont on entrevoit le portrait en médaillon et peut-être ceux d’autres membres de sa famille. L’épitaphe est répétée sur la frise. Une trappe donne accès à la crypte, divisée en deux parties successives. Celle située sous le plafond en forme de coupole renferme, autour d’une plateforme annulaire, des sarcophages, dont celui de Félix de Beaujour. La partie inférieure est entourée de cases destinées à recevoir des cercueils. L’ensemble est accessible par des échelles.
Ce monument constitue un chef-d’œuvre de la stéréotomie du XIXe siècle. Il ne semble plus entretenu. Par sa qualité et son rôle dans le paysage du cimetière, il mériterait d’être classé Monument Historique et pris en charge par la collectivité. Parmi les cercueils qu’il renferme, figure celui de l’amiral Jaurès, plus oublié encore que Félix de Beaujour. Imaginons un instant que Jean Jaurès, le petit-cousin de l’amiral, ait échappé au révolver de Raoul Villain mais soit mort à Paris de la grippe espagnole. Peut-être aurait-on cherché où l’enterrer en urgence, faute de pouvoir le transporter sur son sol natal d’Albi (d’où il a été transféré au Panthéon), et aurait-on pensé au mausolée de ce très lointain parent, dont la vaniteuse épitaphe aurait pu être évincée au profit de ce mort bien plus illustre.
Régis Bertrand
Bibl. : César Daly, Architecture funéraire contemporaine. Spécimens de tombeaux, chapelles funéraires, mausolées, sarcophages, stèles, pierres tombales, croix etc, choisis principalement dans les cimetières de Paris (…), Paris, Ducher et cie, 1871, 1ère section-B, pl. 1 et 2.
Richard A. Etlin, The Architecture of Death. The Transformation of the Cemetery in Eighteenth-Century Paris, Cambridge et London, The M.I.T. press, 1984 et rééd. 1987, p. 43-49 (Desprez)

Le repos “éternel” des pestiférés? Marseille 1720-1723

Détail du plan du chevalier de Pierron, 1785 (col part). Le cimetière Saint-Martin est indiqué par sa croix centrale. L’enclos Silvy devait être à proximité.

Lors du paroxysme de peste qui frappa Marseille en 1720, pendant les mois d’août et septembre, on dut improviser des lieux d’inhumation des cadavres. Des fosses furent en particulier creusées à la hâte à proximité immédiate de la partie nord de l’enceinte, par-delà les lices extérieures. Lors de la « procession autour des murs de la ville de Marseille par dehors » qui eut lieu le 31 décembre de cette année mémorable, quand ce long cortège contourna le bastion d’angle qui se trouvait au carrefour des actuels boulevard Maurice-Bourdet et avenue Charles Nédélec, en face de la gare Saint-Charles, et qu’il commença à marcher en direction de la Porte d’Aix, il dut longer ces fosses hâtivement et mal comblées. Selon le récit de Jean Goujon, intendant de Mgr de Belsunce : « De mesme, et suivant toujours led[its] murs du mesme costé, lad[ite] procession a passé dans des simetiere ou [est] une tres grande quantité de mort de cette maladie contagieuse et dont la plus part desd[its] mort nestoit qua demy couvert et on y voyaient les testes, les bras et jambes de divers mort et ayant traverssé tous ces cadavres, Monsgr a donné la benedixion aux terroir de ces cartiers la. Puis arivant a la porte d’Aix, a donné la benedixion a la ville et suivant toujours jusque a la rue de la Bourgade (sans doute la rue du Bon-Pasteur), ou estant vis a vis a donné la benedixion a la Bourgade (le faubourg) ». L’évêque a lui-même mentionné ce passage éprouvant dans une lettre du 3 janvier 1721 à un de ses correspondants, l’abbé de Gay : « Mardi dernier, je fis une procession avec le Très Saint Sacrement, tout autour de la ville, nous passâmes par nécessité au milieu d’un cimetière de pestiférés mal couverts de terre, ce qui fust un spectacle d’horreur estonnant ».
Certains de ces terrains allaient donner lieu à un procès. On avait en particulier utilisé un enclos appartenant à Maître Silvy, primicier (on dit aujourd’hui président) de l’université d’Aix, qui fit assigner les échevins de Marseille devant la Chambre des Requêtes du Parlement, pour les faire condamner à acheter ses terres, comme l’avaient fait les consuls d’Aix pour des terrains privés où l’on avait creusé des fosses. Les échevins n’acceptaient que de le dédommager. Le 13 juillet 1723 la chambre interdit aux parties d’y « remuer et creuser la terre » pendant trois ans. Mécontent, Silvy fit alors appel devant la Grand’Chambre en se fondant sur la notion de « repos éternel » du droit romain qui l’empêchait à jamais de labourer son bien, « devenu comme sacré ». L’avocat général Gaspard de Gueidan (1688-1767) invoqua « la raison et la religion » (chrétienne) pour affirmer que « le repos des âmes ne dépend nullement de la situation de leurs corps et que quelque part que ceux-ci reposent et de quelque manière qu’ils soient traités, les âmes ne reçoivent du bien ou du mal que de leurs œuvres ». Il estima que nécessité avait fait loi pour utiliser ces terrains proches de la ville et qu’ils devaient être tenus « comme des champs de bataille que personne n’est jamais tenu d’acheter ». Il proposa cependant de porter à dix ans l’interdiction de remuer la terre et donc l’indemnité, car à ces « tas immenses de morts mêlés avec des hardes pestiférées » il convenait de « donner un temps suffisant pour être réduit en ossemens et en cendres ». On pourrait au bout d’une décennie transférer ces restes dans un cimetière. L’arrêt reprit ces conclusions le 13 décembre 1723.
Il ne semble pas en fait que ces terrains aient été couverts de maisons car les plans des XVIIIe et début du XIXe siècle, sinon plus tard, les montrent sous forme de jardins ou d’espaces voués à l’artisanat. Le cimetière de la paroisse Saint-Martin y fut transféré en 1777. L’enclos Silvy semble avoir été inclus ensuite dans le périmètre sanitaire du grand cimetière Saint-Charles, créé à partir de celui de Saint-Martin. S’y développa alors une sorte de bidonville connu sous le nom de « La Californie ».
On aura noté ces délais de trois et dix ans préalables à des labours sur les fosses. Lors de la rédaction du décret sur les sépultures du 23 Prairial an XII (12 juin 1804), Chaptal, ministre de l’Intérieur, proposa un laps de temps trois ans pour le renouvellement des fosses communes – le conseil d’État le porta à cinq ans. Par ailleurs un avis du conseil d’État du 13 janvier 1805 vint préciser qu’il conviendrait d’attendre dix ans avant de fouiller un cimetière désaffecté. À cette date, la jurisprudence imprimée est, en la matière, quasi inexistante et il ne serait pas impossible que le recueil des discours de Gaspard de Gueidan ait été consulté.
Régis Bertrand

Bibl. :

[Gaspard de Gueidan de Valabre], Discours prononcés au Parlement de Provence par un de messieurs les avocats généraux,  Paris, Quillau, 1739-1745, 3 vol., t. I, p. 174-200