Tous les articles par regisbertrand

A propos regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

Du côté des thèses

Diego CARNEVALE, « Morte e sepolture a Napoli. Tra Stato, Chiesa e mercato (XVIII-XIX secolo) / Mort et sépultures à Naples. Entre État, Église et marché (XVIIIe-XIXe siècle) », thèse en cotutelle franco-italienne, dirigée par Brigitte Marin et Anna-Maria Rao, soutenue le 26 janvier 2011 devant l’Université Federico II de Naples. Mention très honorable avec les félicitations.
Dans une capitale d’Etat qui connaît quatre dynasties successives pendant la période prise en compte et est, par sa démographie, une des principales villes d’Europe, analyse de l’évolution complexe de l’organisation des obsèques à travers la réglementation, les droits et taxes funèbres, de leur corps de personnels religieux et civils spécifiques, de leurs incidences religieuses, politiques et sociales. Etude également de l’évolution des espaces consacrés à la sépulture. Naples constitue au XVIIIe siècle un cas extrême de quasi généralisation des inhumations dans les lieux de culte urbains, au prix d’une organisation spécifique de leur sous-sol, les cimetières étant réservés aux pensionnaires des hôpitaux et aux non-catholiques. Etapes entre les dernières décennies du XVIIIe et les premières du XIXe siècle, de la genèse, de la réalisation et de l’organisation spécifique du grand cimetière de Poggioreale, hors de la ville. Reconstitution minutieuse d’un système original de gestion des corps morts dans un site d’exception.
R. Bertrand

Patrick HERVIEU, « Gestion funéraire et paléobiologie de sépultures collectives : l’exemple des caveaux au Moyen Âge et à l’époque moderne », thèse d’Anthropologie biologique sous la direction de Michel SIGNOLI, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II), Faculté de médecine, soutenance le 23 novembre 2010.
Sur un des aspects les plus complexes de la gestion funéraire, celui des inhumation (et transferts) en caveaux, jusqu’ici peu étudié, analyse détaillée des restes osseux de quatorze caveaux situés à Troyes, Grenoble, Martigues et Aix. Reconstitution de 249 individus en connexion anatomique (outre les cas d’ossements disloqués) et comparaison avec 379 sujets provenant du cimetière adjacent pour deux sites.
R. Bertrand

Myriam GILET « La mort des grands officiers militaires français, du règne de Charles V à la fin de l’Ancien Régime : réalités macabres et représentations corporelles », thèse d’histoire (spécialité d’Histoire militaire et études de défense) sous la direction de Bernard PESCHOT, Université de Montpellier III, soutenance le 11 décembre 2011.
La thèse prend en compte les connétables, amiraux et maréchaux de France sur une durée pluriséculaire qui compense partiellement le fait que les deux premières dignités ne sont plus pourvues, sauf une exception, après le règne de Louis XIII. L’auteur procède à un série d’études de cas, très précises et détaillée, avec une particulière attention au sort du cadavre et à son traitement.
R. Bertrand

regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

More Posts

A lire

Philippe BOUTRY, Pierre-Antoine FABRE, Dominique JULIA dir., Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux Révolutions, Paris, Ed. de l’EHESS, 2009, 2 vol, 903 p.
Un ouvrage collectif issu d’une grande enquête du C.A.R.E., qui devrait faire date dans la redécouverte par les historiens des reliques, laquelle a donné lieu en France depuis une quinzaine d’années à des travaux importants. Entre leur condamnation radicale par Calvin et leur destruction par les « religionnaires » puis les révolutionnaires (y compris les bolcheviks), l’époque moderne est, de façon croissante, l’ère du soupçon pour les reliques, surtout si elles sont réputées paléochrétiennes. Mais le besoin de « corps saints » ne tarit pas de la part des fidèles et des clercs, de même que  la multiplicité des pratiques collectives dont elles sont l’objet à travers l’Europe catholique (et orthodoxe) et l’Amérique latine.
R. Bertrand

Jean-Michel SANCHEZ, Jérusalem, Rome, Compostelle et … la Provence, reliques et reliquaires, Méolans-Revel, Editions grégoriennes, 2009, 207 p.
L’ouvrage, écrit par un spécialiste d’art religieux, envisage la plupart des questions soulevées par les reliques catholiques et leurs usages, en étudiant plus particulièrement des exemples du Sud-est français. De remarquables illustrations montrent l’ostension des restes dans les reliquaires et suggèrent combien les reliques ont constitué une forme de la présence visuelle des restes de corps morts dans les cultures anciennes.
R. Bertrand

Jacqueline Cuvier (avec la collaboration de Yannick Arnolfo), L’art funéraire à Nice, une histoire remarquable, un patrimoine méconnu, Nice, Fédération des associations du Comté de Nice, 316 p.
Cet ouvrage se situe dans le prolongement de la thèse sur les monuments funéraires de Nice soutenue par l’auteur en 2002, nourrie d’une très vaste et attentive enquête de terrain et d’archives. Tous les cimetières de Nice sont étudiés y compris les modestes enclos des hameaux du terroir, à travers des parcours commentés, accompagnés de notices biographiques, illustrés de nombreux clichés en couleurs. L’appartenance de la ville jusqu’en 1860 aux états de la couronne de Savoie, la riche clientèle cosmopolite attirée par le séjour hivernal (qui a créé les cimetières russe et anglais) puis celle des retraités de la Côte d’Azur, parfois illustres, confèrent un intérêt majeur à ce patrimoine funéraire d’une exceptionnelle variété et souvent d’une grande qualité qui forme un des plus beaux ensemble sculpté français, comme Ph. Ariès l’avait naguère remarqué. Des index et une pochette de plans des principaux cimetières permettent un repérage facile des monuments sur le terrain. La postface d’Olivier Vernier dégage l’apport et les richesses de ouvrage.

regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

More Posts