Archives de catégorie : Actualités

Une nouvelle parution sur le patrimoine funéraire

La mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel publie un nouveau volume de la collectionDocuments & Méthodes, fruit d’une collaboration avec la cellule Patrimoine du service des Cimetières de la Ville de Paris. L’ouvrage, gratuit, est téléchargeable sur le site du ministère de la Culture (https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Publications-revues/Cimetieres-et-patrimoine-funeraire.-Etude-protection-valorisation) et sur la plateforme d’archivage pérenne HAL ( https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02484319 )
 
Vocabulaire, décryptage des symboles et de l’ornementation funéraire, ana­lyse des formes, exemples d’études de cimetières, protections patrimoniales et tentatives de plans de gestion, expériences de valorisation des bâtiments et des tombeaux, transformations en jardin public à l’occasion du passage au zéro phyto… sont autant de sujets abordés dans ce manuel. Sa vocation est d’apporter aux professionnels du patrimoine, comme aux gestionnaires des collectivités territoriales, aux associations locales, comme aux étudiants, des outils pour mieux comprendre ce patrimoine et lui permettre de trouver sa juste place parmi les marqueurs du territoire.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Appel à communication : les 40 ans du livre de Louis-Vincent Thomas, Le cadavre.

 

DE LA CHAIR, DES OS, DES IDEES
Le cadavre, de la biologie à l’anthropologie, 40 ans après.

Colloque international et interdisciplinaire
Marseille, du 17 au 19 juin 202

 

Atelier interdisciplinaire sur le fait mortuaire
ADES UMR 7268 (AMU, CNRS, EFS)

 

Appel à communications

En 2020, l’ouvrage de Louis-Vincent Thomas Le cadavre, de la biologie à l’anthropologie publié en 1980, aura 40 ans. Paradoxalement, alors que l’œuvre de l’anthropologue est très fréquemment mentionnée, le travail de l’auteur et cet ouvrage semblent encore mal connus. Nous proposons donc d’en discuter le propos et la postérité en demeurant fidèles à l’approche de son auteur, c’est-à-dire en mobilisant un large spectre d’approches disciplinaires. Il s’agira en effet de continuer à « rompre les frontières académiques et de disposer de clés d’entrée qui font […] éclater les spécialisations »[1], afin d’appréhender le cadavre en tant que fait social total.

Les 40 ans de l’ouvrage représentent ainsi pour notre collectif, bâti autour d’un intérêt commun pour le fait funéraire, une occasion d’interroger à nouveaux frais, et de façon critique, la portée de son contenu en replaçant le cadavre au centre des débats scientifiques qui se sont déployés au cours des dernières décennies. L’archéologie, l’histoire, le droit, la sociologie, l’anthropologie sociale ou la psychologie ont en effet investi la question de la mort sous cet angle, et de nombreux travaux nous offrent la possibilité de nourrir un riche débat sur l’objet « cadavre ». Plusieurs thématiques nous paraissent pouvoir ainsi être débattues lors de ces trois journées de travail.

1 – Approches pluridisciplinaires du cadavre

Le cadavre est un objet polysémique qui permet de penser et d’aborder la société de différentes façons ; il a à ce titre suscité l’intérêt de différentes disciplines. 

Chez les historiens, quelle place attribuer à la contribution de Louis-Vincent Thomas en regard d’autres travaux qui se sont intéressés à l’évolution de la perception du cadavre et des pratiques funéraires dans les grands champs de l’histoire des émotions ou de l’histoire du corps ?

Quel rôle l’ouvrage de Louis-Vincent Thomas a-t-il joué dans l’évolution des pratiques archéologiques contemporaines ? Comment a-t-il contribué à faire émerger le cadavre au cœur de l’archéologie ? Dans le champ de la sociologie de la mort, comment considérer l’apport du Cadavre, de l’anthropologie à la biologie ? L’ouvrage a-t-il participé à déplacer ou reformuler certaines problématiques ? Les anthropologues sociaux, pour leur part, peuvent-il travailler sur l’objet « cadavre » sans intégrer le regard de Louis-Vincent Thomas ? Les juristes, les philosophes, les éthiciens et les médecins ont-ils trouvé dans l’ouvrage publié en 1980 matière à nourrir leurs réflexions ? Les contributions attendues pourront retracer voire approfondir ces différentes approches disciplinaires du cadavre, qui obligent à poser aussi la question de(s) épistémologie(s) des approches scientifiques du corps mort.

2 – Le traitement du cadavre : objet sacré, déchet, marchandise, objet scientifique

Dans le prolongement de l’approche de Louis-Vincent Thomas il nous paraît nécessaire d’aborder le cadavre du point de vue de sa matérialité, et de poser la question des différents statuts attribués au corps mort, qu’il soit entier, fragmenté voire embryonnaire.

Nous souhaiterions à cet égard faire entendre des contributions qui examinent les différents régimes de valeur assignés au corps mort : depuis la chose sacrée (lorsque le corps mort ou ses fragments sont par exemple considérés comme des reliques, des biens patrimoniaux  inaliénables ou encore des appuis rituels de processus de deuil), jusqu’au déchet (lorsque les cadavres ou leurs parties sont considérés comme des rebuts ou des pièces anatomiques), en passant par le cadavre en tant qu’objet d’étude scientifique ou entendu comme une marchandise lorsqu’il devient un trophée ou qu’il fait l’objet d’une transaction commerciale.

Nombreux sont ceux qui se sont déjà intéressés aux différents processus (synchroniques et diachroniques) de qualification ou de disqualification des restes humains, pour notre part nous appelons des contributions qui restituent les trajectoires empruntées par les cadavres, en portant une attention singulière aux éventuels traitements différenciés dont font l’objet certaines de leurs parties, et qui permettraient de forger une typologie de la présence au monde des corps morts.

3 – Fantasmes et attitudes

Mais le cadavre fait l’objet d’usage et de modalités d’appropriation qui ne sont pas exclusivement d’ordre matériel. Les images du cadavre (photographies, films, dessins, imagerie médicale) ont suscité autant de travaux que d’interrogations notamment sur leurs mésusages et sur leurs portées éventuellement transgressives, comme sur le voyeurisme, ce « cannibalisme de l’œil », auquel elles peuvent donner naissance.

Nous souhaiterions recevoir des contributions portant sur les différents pouvoirs ou attributs symboliques conférés aux corps morts dématérialisés (fantômes, spectres, zombies, ancêtres) que ceux-ci soient envisagés du point de vue de la nuisance ou de la bienfaisance ; ces contributions pourraient prendre appui sur des études de textes littéraire, d’œuvres cinématographiques ou artistiques restituant des régimes fictionnels d’existences du corps mort.

Les propositions de communications orales (d’une durée de 30 minutes) devront comporter :

  • un titre,
  • un résumé d’une à deux pages,
  • une courte biographie de l’auteur et ses coordonnées complètes

Elles devront être adressées par mail avant le 15 janvier 2020 aux organisateurs de la manifestation à l’adresse : atelier.mort@gmail.com

La sélection des contributions sera communiquée à partir du 15 mars 2020.

Un texte abouti d’un volume maximum de 40 000 signes (espaces et bibliographie compris) sera demandé à l’issue de la manifestation pour insertion dans une publication collective.

 

Comité d’organisation

Anstett Elisabeth (CNRS, UMR 7268 ADES)
Brown Nathalie (Ministère de l’éducation nationale)
Richier Anne (INRAP, UMR 7268 ADES)
Schmitt Aurore (CNRS, UMR 7268 ADES)

 

Comité scientifique

Bonnabel Lola (DRAC SRA PACA, Aix-en-Provence, UMR 8215 Trajectoires)
Carol Anne (AMU, UMR 7303 Telemme, Aix-en-Provence)
Clavandier Gaëlle (Université Jean Monnet, Saint-Etienne, UMR 5283 Centre Max Weber, Lyon)
Moisseeff Marika (CNRS, UMR 7130 Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris)
Tzortzis Stéfan (DRAC SRA PACA, Aix-en-Provence, UMR 7268 ADES)

[1] Selon les termes très justement employés lors des débats restitués par l’ouvrage Louis-Vincent Thomas, passeur de frontières, 2018.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Parution : L’enfant et la mort dans l’Occident néolithique

Alain Beyneix, chercheur associé au CNRS,  pose son regard sur les tombes d’enfants. 

Les populations agropastorales européennes du VIe au IIe millénaire avant J.-C. ont connu un taux très élevé de mortalité infantile. Près de la moitié des nouveau-nés n’atteignaient pas l’âge adulte ! L’auteur s’est demandé si les enfants précocement décédés avaient vraiment fait l’objet d’indifférence comme on l’a longtemps supposé ou au contraire s’ils avaient bénéficié de soins accrus ? Après enquête, Alain Beyneix juge que par rapport aux adultes, les sépultures d’enfants témoignent du même investissement dans l’appareil funéraire. On remarque que des gestes précautionneux furent souvent apportés par les proches à la sépulture : architecture de la tombe, disposition soignée du corps, dépôt de mobilier parfois abondant et diversifié pouvant afficher la position sociale du jeune défunt jusque dans la mort. Visiblement, les nouveau-nés et les touts petits décédés précocement ne quittaient pas le cadre domestique. Les parents les ensevelissaient à l’intérieur de la maison ou à proximité de l’habitat. Peut être considérait-on alors que le petit enfant n’avait pas encore pris sa place dans le groupe social et qu’il restait dans l’environnement familial ou attaché étroitement à l’univers féminin. Passé le cap de la petite enfance, les jeunes disparus se retrouvent en plus grand nombre parmi les morts adultes. Ils recevaient alors le même traitement que leurs aînés mais en fonction de leur appartenance sociale. C’est ainsi que l’on peut expliquer la pluralité des comportements funéraires à l’égard des enfants : enfants valorisés, enfants relégués, enfants martyrs et victimes de violences interpersonnelles, enfants dépecés et probablement mangés…

L’enfant et la mort

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Parution : Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution

Chez Belin, parution de Anne Carol, Au pied de l’échafaud. Une histoire sensible de l’exécution, 336 p.
Préface de Georges Vigarello.

Résumé :
La peine de mort est abolie en France en septembre 1981 ; la dernière exécution a eu lieu en 1977. Depuis 1939, les exécutions n’étaient plus publiques et se déroulaient dans l’enceinte des prisons, devant quelques témoins. Il nous est donc difficile, aujourd’hui, d’imaginer ce qu’elles ont été. Nos représentations communes nous renvoient aux exécutions parisiennes du début du XXe siècle et à leur rituel bien rodé, que les journaux rappellent inlassablement : le réveil, la toilette, le verre de rhum, les quelques pas dans la lumière de l’aube.
L’objectif de ce livre est d’abord d’effacer cette distance, de replacer l’exécution dans le flot tumultueux du temps vécu, des sensations du corps ; de faire éprouver sa violence, de lui restituer, en somme, sa dimension sensible. Ce livre est en second lieu une tentative pour replacer le condamné au centre du récit et lui redonner une place d’acteur à part entière dans le déroulement de son châtiment. Il s’agit enfin de comprendre comment les dispositifs qui ont rendu l’exécution possible pour des hommes ordinaires ont fonctionné, puis se sont enrayés. Car peut-être faut-il penser que c’est le caractère insupportable de la mise en œuvre de l’exécution, autant que son spectacle, qui a conduit à la réformer, puis à l’abolir.

Summary :
Although death penalty was abolished in France in September 1981, the last execution took place in 1977. Since 1939, executions were not anymore made public and were taking place within the prison walls, before only a few witnesses. It is therefore difficult to imagine nowadays what and how these were. Common representations refer to Paris executions, from the beginning of the XXth century, and to their well-established rituals, relentlessly reminded in newspapers: the waking up, the toilet, the glass of rum, and the few steps in the dawn light.
The aim of this book is first to erase the distance, to shed light on the execution as the time lived, the bodily sensations, in order to experience its violence, and to retrieve, in a sense, its sensitive dimension. Second, this book is an attempt to give back a central role to the sentenced to death and present him or her as a fully-fledged player in the punishment proceedings. Finally, this book aims to understand how the measures which enabled the execution of ordinary men could function then cease. Perhaps one should think that it was the unbearable nature of the execution implementation, as much as its spectacle, which led to its reform and abolition.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Appel à communication : Perspectives interdisciplinaires sur le deuil compliqué

Le Laboratoire d’expertise et de recherche en anthropologie rituelle et symbolique de l’Université du Québec à Chicoutimi (LERARS-UQAC) organise son 3e colloque international.
Ce colloque aura pour thème principal le concept de deuil compliqué ou pathologique.

Pour l’appel à communication (clos le 15 janvier 2018): http://www.uqac.ca/lerars/colloque-2018-du-lerars-perspectives-interdisciplinaires-sur-le-deuil-complique/

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

15 juin 2017 : un colloque à Gand sur la sécularisation de la culture funéraire

Le 15 juin 2017 se tiendra à Gand un workshop international organisé par Christoph De Spiegeleer dans le cadre du Liberaal Archief : New perspectives on the secularization of funerary culture in 19th and 20th century Europe.

Seront mis en perspective notamment les processus de sécularisation en France, Roumanie, Luxembourg, Belgique, Grande-Bretagne et Italie.

Programme détaillé : programme secularization funerary culture

The celebration of the key human rites of passage without church ceremony was a major theme of the 19th-century ‘culture wars’ between anticlerical forces and religious authorities across Europe. Around the mid-19th-century the organisation of civil burials became an important strategy among European freethinkers to weaken the institutional power of religious bodies and clear the ground for new secular practices. During the last decades of the 19th century cremation also became politically and religiously charged in various European countries, as it became a field of experimentation by those seeking secular alternatives to established Christian rites. Christianity kept an important place in the interwar cult of the dead in countries such as France, Britain and Belgium. While secular funerals lost their militant and anticlerical character in Western Europe, communist regimes in Eastern Europe imposed/favoured secular funerals with varying success, following Marxist-Leninist atheism.

Historians have generally treated the history of conflicts over death rites between anticlerical forces and Catholic/Protestant/Orthodox authorities in purely national contexts, while the topic of secular funerals in communist states has not received a lot of consideration. This international colloquium/workshop brings together scholars working on the history of secularism, atheism and funerary culture in France, Belgium, Luxemburg, Italy, Britain and Romania. This colloquium will facilitate a comparative analysis of the importance of secular funerals to freethinkers around Europe. The aim of the colloquium is to discover transnational links, to compare Western and Eastern European patterns over a longer period of time and to refine our understanding of the various dimensions of the process of secularization.

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Journée d’études : Le traitement post mortem des corps

Mercredi 1er mars 2017 se tiendra à la MMSH (Aix-en-Provence) une journée d’études organisée par Telemme et le LAMPEA, et portée par José Lanzarote Guiral.
Elle permettra de croiser des approches différentes, de l’histoire à l’anthropologie en passant par l’archéologie.

Voir le programme : Affiche-JournéeEtude_2017

9:30 – Introduction
9:45 – José Lanzarote (AMU-CNRS, TELEMMe/LAMPEA) : « Crânes, squelettes et momies : L’exposition des restes humains dans les musées de préhistoire »
10:30 – Yaramila Tchérémissinoff (INRAP/LAMPEA) : « La gestion des restes humains dans les sépultures collectives néolithiques comme élément central du système funéraire (cadre théorique et présentation de cas) »
11:15 – Isabelle Rodet-Belarbi (INRAP/CEPAM) & Isabelle Séguy (INED/CEPAM) : « Le traitement des corps des enfants morts en période périnatale (France, périodes historiques) »

12:00 Pause méridienne

14:00 – Anne Carol (AMU-CNRS, TELEMMe) : « Un aspect transitoire du culte des morts : l’embaumement au XIXe siècle en France »
14:45 – Michel Signoli (AMU-CNRS, ADES): « Objectiver la violence dans les sépultures à recrutement militaire : le regard de l’anthropologue »
15:30 – Isabelle Renaudet (AMU-CNRS, TELEMMe) : « Le traitement du corps des disparus dans l’Espagne du XXe siècle : le retour des morts des vaincus »
16:15 – Débat final et conclusion

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Les médecins et la mort : programme du séminaire de l’EHESS/Centre Alexandre Koyré 2016-2017

Le séminaire d’Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps organisé à l’EHESS par Rafael Mandressi et Anne Carol portera largement cette année sur les médecins et le cadavre. Le programme est à consulter sur :

Mort et médecine au CAK (R. Mandressi, A. Carol)

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Appel à communications/ Call for Papers Transmortality. The Materiality and Spatiality of Death, Burial and Commemoration

Appel à communication pour un colloque les 3-4 mars 2017 à Luxembourg
Transmortality 2017
The Materiality and Spatiality of Death, Burial and Commemoration
Death, dying and burial produce artefacts and occur in a spatial context. The interplay between such materiality, spatiality and the bereaved who commemorate the dead yields interpretations and creates meanings that can change over time. In this conference, we want to explore this interplay by going beyond the consideration of simple grave artefacts on the one hand and graveyards as a space on the other to examine the specific interrelations between materiality, spatiality, the living and the dead.
We invite papers from all disciplines, from academics and professionals alike, to reflect on the materiality and spatiality of death, burial and commemoration – for example, concerning cemeteries and other spaces of remembrance. We suggest the following non-exhaustive list of themes:
–  Agency of materiality and spatiality
–  Theoretical considerations regarding materiality and spatiality in sepulchral culture
–  Innovative research methods in this field
–  Ethics in the study of death, burial and commemoration
–  Ideology and/or politics
–  Regional and cultural contexts, including migration and transborder issues related to sepulchral culture
We welcome and strongly encourage the submission of ongoing research projects, such as doctoral theses. There is no limit on disciplines, research fields, approaches, regions, periods, confessions, etc. This open invitation extends to professional groups and lay people concerned with taking care of those who are dying or bereaved, as well as of bodies that have already expired, and of memorialisation. However, all considered papers need to be explicit in their consideration of issues of materiality and spatiality in death, burial or commemoration.

There is no conference fee. Reimbursement for travel and/or accommodations costs might be possible upon application.

For more information about the conference, please visit https://transmortality.uni.lu/

Appel et renseignements : Call for Papers Transmortality 2017

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website

Parution : Aux origines des cimetières contemporains

Parution en mars 2016 du livre collectif dirigé par Régis Bertrand et Anne Carol
Aux origines des cimetières contemporains.
Les réformes funéraires de l’EurElectre_979-10-320-0045-8_9791032000458ope Occidentale (XVIIIe-XIXe siècle).

Le cimetière, tel nous les connaissons aujourd’hui, n’a pas toujours existé : il est apparu au tournant des XVIIIe et XIXe siècles dans l’Europe méridionale. Sa création et son organisation répondaient aux impératifs hygiénistes portés par les Lumières, et que le décret du 23 prairial an XII (1804) a érigés comme normes d’abord en France, puis dans l’Europe napoléonienne.
Ce livre retrace pour la première fois la genèse et l’évolution du cimetière contemporain et de la législation funéraire en France du XVIIIe siècle à nos jours. Il restitue les enjeux politiques, religieux et sanitaires de son « invention » et de sa gestion, les transformations de son usage, reflet des sensibilités nouvelles à l’égard de la mort et du développement du « culte » du souvenir des morts.
Il établit aussi un panorama de ses avatars en Europe (Italie, Espagne, Portugal, Belgique, Angleterre…), offrant ainsi une chronologie fine des réformes funéraires et du rôle qu’y joue le modèle français. A ce titre, et par la reproduction en annexe des principaux textes de loi français sur les cimetières entre 1776 et 1904, il devrait constituer une référence pour l’histoire des pratiques mortuaires et mémorielles modernes.
Introduction (R. Bertrand, A. Carol)

Première partie : LE DECRET DU 23 PRAIRIAL AN XII : ANTECEDANTS ET POSTERITE EN FRANCE
1 – Le cimetière ancien : les morts parmi les vivants (Régis Bertrand)
2 – Inhumer les morts hors des églises et des villes ? (Régis Bertrand, Rafael Mandressi)
3 – Prémices d’un cimetière nouveau dans le dernier tiers du XVIIIe siècle (Régis Bertrand)
4 – Révolution et Consulat : origines et genèse du décret du 23 prairial an XII (Régis Bertrand)
5 – Le décret de prairial précisé (1804-1870) (Régis Bertrand)
6 –Perception et gestion sanitaires des cimetières au XIXe siècle (Anne Carol)
7 – Le décret de prairial en question (1870-1905) (Régis Bertrand)
8 – Que reste-t-il du décret de prairial ? La législation funéraire française aux XXe et XXIe siècles (Olivier Vernier)

Deuxième partie : IMPACT ET DIFFUSION DE LA LÉGISLATION FUNÉRAIRE FRANCAISE EN EUROPE
9 – Le décret de prairial et l’architecture funéraire. Etudes de cas du Grand Empire (Frédéric Bertrand)
10 – La formation du cimetière contemporain en Belgique (Xavier Deflorenne)
11 – Le cas portugais (Michèle Janin-Thivos)
12 – Du camposanto à la nécropole : législation et pratiques funéraires en Espagne au XIXe siècle (Isabelle Renaudet)
13 – L’impact de l’édit de Saint-Cloud : permanences et nouveautés dans l’administration de la mort en Italie (XVIIIe-XIXe siècles) (Serenella Nonnis)
14- Bologne : à l’avant-garde de la réforme funéraire en Italie (Gian Marco Vidor)
15 – Naples : une réforme difficile (Diego Carnevale, Brigitte Marin)
16 – D’autres modèles ? Les cimetières anglo-saxons (Frédéric Bertrand)

Conclusion (Régis Bertrand, Anne Carol)

ANNEXES
1. Déclaration royale de 1776
2. Décret du 23 prairial an XII
3. Principaux textes législatifs français de 1843 à 1904

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts - Website