Archives pour la catégorie Notes de lecture

Thomas Laqueur, The Work of the Dead, 2015

Thomas Laqueur, The Work of the Dead. A cultural history of mortal remains, Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2015, 711 p., ISBN 978-0-691-15778-8, 39.95 $

 

Dans son introduction, Thomas Laqueur part de l’anecdote de Diogène qui veut que son cadavre soit abandonné à la nature ; à un ami qui s’inquiète de ce que vont en faire les bêtes, Diogène répond : « Pose des armes à côté de moi. – Mais pourquoi, puisque tu ne pourras pas t’en servir ? – Alors pourquoi s’inquiéter de ce que me feront les bêtes ? ». Son livre entend montrer que Diogène a tort d’un point de vue existentiel : les corps morts nous ont toujours importé, et nous importent encore aujourd’hui. Pour en comprendre les raisons, Laqueur combine une approche anthropologique et une approche historique centrée sur l’espace nord-américain et européen, principalement britannique.
La première partie (The deep time of the dead) établit comment, dans la très longue durée, indépendamment des croyances ou des cultures, il a été impossible anthropologiquement de considérer le corps comme une chose et de le traiter comme tel. Le soin des morts, comme le tabou de l’inceste, est une sorte de ground zero de la civilisation. La façon de traiter ses morts marque pour les observateurs de tous les temps la frontière de l’humanité, mais aussi, dans sa variété, des civilisations – pour les opposer ou les hiérarchiser. Il existe certes une longue tradition, commencée notamment avec saint Augustin, qui prétend que le soin des morts ne sert que les vivants et que la munificence des tombeaux est une folie ; Mais d’autres signes témoignent du pouvoir prêté aux morts : les reliques ont été au centre d’une compétition économoico-politico-religieuse intense ; le respect des cadavres a traversé toutes les réformes religieuses. La croyance universelle dans les revenants renvoie à la façon dont leur corps a été (mal)traité. L’horreur du vandalisme des tombeaux est aussi universelle.
Il existe donc une volonté universelle de croire en une existence des morts. Car les morts « travaillent » pour nous : ils donnent un sens à notre vie, ils structurent l’espace public, ils fabriquent de la civilisation.

La deuxième partie (Places of the dead) rentre de plain-pied dans l’histoire, et s’intéresse à la nécrogéographie, c’est-à-dire aux espaces des morts. Elle est centrée sur la passage du churchyard au cimetière. Le cimetière paroissial reste pendant mille ans le lieu des morts : un lieu surpeuplé, hiérarchisé, clos où patiente la communauté des morts en attente de la résurrection, réglée par le local : certains en sont exclus de droit (suicidés) ou de fait, qu’ils soient trop pauvres, de passage ou adeptes d’une religion dissidente.
A partir du XVIIIe siècle, le cimetière offre un espace concurrent, non régi par la coutume, et où règnent le pluralisme religieux et le cosmopolitisme. Le cimetière ne reconstitue pas une communauté, mais une société, régie par les rapports sociaux et l’économie des affects familiaux. S’y joue une idolâtrie nouvelle des morts, qui ne sert pas les intérêts de Dieu ni l’eschatologie, mais des nouveaux dieux que sont la Mémoire et l’Histoire. Il ne résulte pas des « progrès » de la science en matière d’hygiène. Comme l’a très largement montré déjà R. Etlin (The Architecture of Death), dès le XVIIIe siècle apparaissent de nouveaux lieux pour les morts, inspirés par des considérations esthétiques et imités de l’Antiquité : Elysium, Arcadie.  Le Père-Lachaise (Paris, 1804) en devient la référence mondiale. Son extension va de pair avec une nouvelle sociologie des morts. De façon beaucoup plus tranchée que dans les churchyards, les funérailles des pauvres (pauper) se distinguent des funérailles convenables (proper). Alors que celles-ci se transforment en une parade résumant la trajectoire du défunt, les pauvres se voient menacés d’un traitement minimal et tentent désespérément d’éviter une fin « à la Diogène ». Exilés dans des cimetières à part, ils sont la proie des bodysnatchers, avant que l’Anatomy Act (1832) ne livre leur corps à la science et fasse d’eux des disruptive bodies par excellence. La pauvreté devient une catégorie administrative non seulement chez les vivants (Poor Law 1834), mais aussi chez les morts.
Très ancrée dans l’espace anglo-saxon, cette deuxième partie est beaucoup moins convaincante pour l’Europe du sud et la France en particulier, malgré de fréquentes références au Père-Lachaise qui restent dans la droite ligne d’Etlin. Elle ignore le rôle fondamental joué par l’Etat et les préoccupations de santé publique dans la législation des cimetières ; le décret de 1804 n’est pas mentionné ni étudié. Ce qui est mis en avant, à savoir la concurrence pour l’espace cimetérial dans un contexte de pluralisme religieux ne s’y applique pas.

La troisième partie (Names of the dead) décrit l’entrée dans l’âge du nécronominalisme où les noms sans corps et les corps sans noms sont devenus insupportables, parce que les noms des morts contiennent à nos yeux, comme les corps, la personne qu’ils ont été.
La diffusion de cette exigence est nouvelle. Au milieu du XIXe siècle, écrire et lire les noms des morts ordinaires est devenu non seulement une possibilité (grâce à l’essor des administrations depuis le XVIe siècle), mais une nécessité culturelle. Nommer les morts n’est pas un signe de la démocratie, c’est une part constitutive de celle-ci : il est devenu important que toutes les vies, si modestes soient-elles, ne sombrent pas dans l’oubli.
Laqueur s’intéresse particulièrement aux morts des guerres. Ceux-ci sont longtemps restés anonymes ; ce n’est qu’à partir du début du XIXe siècle, à Waterloo notamment, qu’on s’apitoie sur l’oubli de ces morts par milliers. Lors des guerres suivantes, la société civile se préoccupe du devenir des tombes et de l’identification des corps avant les Etats. La première Guerre mondiale marque l’avènement du nécronominalisme. Des efforts considérables sont déployés par l’administration, les soldats et les familles pour localiser les tombes et identifier les restes, pendant et après la guerre, ainsi que pour commémorer ceux dont les corps ont disparu ou sont impossibles à identifier. Les nécropoles, et surtout les monuments commémoratifs portant des milliers de noms érigés sur les champs de batailles, témoignent de cet effort. La tombe du « soldat inconnu » doit son succès au fait qu’elle symbolise le corps séparé de son nom : ce corps peut être chéri et revendiqué par n’importe qui. D’autres pratiques relèvent de cette logique, qu’il s’agisse des monuments matériels (le Mémorial des vétérans du Vietnam) ou du projet Yash Vadem destiné à retrouver et identifier les quatre millions de Juifs morts pendant la Shoah.

La dernière partie (Burning the dead) s’interroge sur l’âge de la crémation : Diogène aurait-il gagné ?
La promotion de la crémation, à la fin du XIXe siècle, semble constituer un épisode de désenchantement très poussé. Elle postulait l’appropriation des morts par ceux susceptibles d’en faire l’usage collectif le plus efficace et le plus hygiénique. En amont, la mort était rentrée, depuis les Lumières, dans le domaine de la biologie. A partir du moment où elle consistait en la cessation de la vie, l’âme n’avait aucune place dans cette définition ; et la mort devenait le travail par lequel la nature décompose le corps, humain ou animal. Selon Laqueur, pour les crématistes, le corps est un déchet qu’il faut traiter comme d’autres déchets jusqu’à le recycler en fertilisants. Mais cette conception de la crémation est restée marginale. Dès le XVIIIe siècle, il en existait d’ailleurs d’autres, qui renouaient avec les funérailles antiques dans le goût néo-classique. A travers la diversité des motivations des crématistes, mais aussi les efforts architecturaux pour dissimuler les fours derrière des bâtiments inspirés des temples, ou les traitements réservés aux cendres, très proches de ceux des corps, Laqueur montre combien la crémation continue à faire vivre les morts.  Là encore, les motivations plus complexes qui peuvent interférer dans le choix crématiste, dans des pays de culture catholique comme l’Italie ou la France où ce combat est indissociable de combats politiques, sont peu prises en compte. Transformer tous les crématistes en utilitaristes permet effectivement de prouver qu’ils ont échoué, mais à peu de frais, et sans répondre finalement à la diversité des chronologies nationales et encore aujourd’hui, des législations nationales sur les cendres.

Fondé sur un savoir encyclopédique couvrant les siècles et les continents, le livre de Laqueur hésite entre la somme et l’essai. Tel quel, il pose des questions stimulantes pour les historiens de la mort. Il compile les travaux de ses prédécesseurs (notamment sur les lieux de la mort) tout en ouvrant de nouvelles pistes, notamment autour du nécronominalisme. On pourra regretter cependant sa méconnaissance de bibliographie française ou italienne sur la question à l’exception d’Ariès, seul traduit.  Michel Vovelle, dont la somme sur le sujet est parue en 1983 est expédié en quelques lignes, et le renouvellement de l’historiographie française de la mort ces vingt dernières années à propos du cadavre est ignoré. De façon générale, le monde méditerranéen est hors cadre (notamment dans la deuxième partie) et les analyses qui s’appliquent au cas français mériteraient d’être discutées. Mais c’est le revers d’un travail ambitieux et toujours passionnant.

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

Notes de lecture : Viva la Muerte! Politica et cultura de lo macabro, Madrid, 2014

viva-la-muerte
Ce livre étudie, à travers un parcours pluriséculaire, « los mecanismos psicologicós y colectivos de representación de [la muerte] » et plus particulièrement cette imprégnation macabre qui semble un aspect significatif de la perception que les Espagnols et leurs voisins ont pu avoir de la culture ibérique : « España es un país que se deleita en la muerte » (p. 57). S’il est permis à l’auteur de ces lignes d’évoquer ses études dans l’enseignement secondaire français des années 1960, en un temps où l’on devait mémoriser « par coeur » des poèmes, les rares vers espagnols dont je me souvienne encore, à cause de leur étrangeté pour un adolescent français, sont des passages d’une œuvre de Gustavo Adolfo Bécquer, retrouvée d’ailleurs dans l’ouvrage : « Cerraron sus ojos / que aún tenía abiertos (…) ¡Dios mío, qué solos / se quedan los muertos! » et d’une autre, très connue, de Federico García Lorca : « Quién te ha quitado la vida / Cerca del Guadalquivir ? ». C’est dire d’emblée l’importance de ce travail, fondé sur d’amples recherches et nourri de nombreuses références, dont l’équivalent n’existe pas pour la France, pays où les études sur la mort se sont pourtant précocement développées dans le dernier tiers du XXe siècle, sans doute parce que le macabre n’y est pas considéré comme un éventuel élément constitutif d’une identité nationale. Rappelons en revanche que L’Homme espagnol de B. Bennassar, paru en 1975, renfermait significativement un dernier chapitre intitulé « Mourir bien » dont nombre de références se retrouvent dans le présent livre.
L’étude s’ouvre, comme l’annonce son titre, sur l’évocation de la cérémonie universitaire qui eut lieu à Salamanque le 12 octobre 1936 au cours de laquelle le général José Millán-Astray interrompit Miguel de Unamuno pour crier « ¡Mueran los intelectuales! ¡Viva la muerte! ». Les auteurs en offrent d’emblée une mise au point détaillée et précise, recoupant les sources, reconstituant les faits, les replaçant dans leur contexte. L’événement semble révélateur du double substrat qui contribue à nourrir voire exacerber la culture macabre espagnole à l’époque contemporaine : la violence politique et guerrière qu’incarne le général et aussi « la inteligencia pesimista » de Unamuno, soit le sentiment aigu de la décadence et du déclin de l’Espagne qu’a manifesté la Génération de 98.
Le mérite des deux auteurs est de proposer ensuite un vaste retour en arrière jusqu’au Moyen Âge à la recherche de ces antécédents macabres, fondé surtout sur les oeuvres littéraires et artistiques – peintures et pour le XXe siècle, films. Ils se montrent attentifs aussi aux travaux des historiens. Ils soulignent les différences avec des temps plus proches : « El peso determinante de la religión diferencia claramente la actitud medieval de la visión de nuestros dias » – il doit en rester cependant une imprégnation catholique implicite et diffuse. La circulation des modèles à travers l’Europe instruite est forte dès le Moyen Age. Les danses macabres peintes ou imprimées, les terreurs millénaristes ou les natures mortes baroques ne sont pas une particularité espagnole – d’autant que sont cités des écrits en « langue vulgaire » alors qu’une large partie des textes médiévaux est en latin, langue internationale d’alors – mais les auteurs soulignent p. 113 le très long succès espagnol du thème de la danse macabre. Remarque essentielle : il convient certes de recenser les échos ibériques de la face noire de la Renaissance, de la dimension macabre du baroque, de la « necrofilia romántica », mais aussi d’observer leur permanence et surtout leurs redécouvertes, relectures et réutilisations par les générations ultérieures, en particulier, ajouterais-je, lorsque se fixe entre XIXe et XXe siècle le grand récit des histoires littéraires et artistiques nationales, selon le tri sélectif des anthologies, recueils et manuels.
De fait ces héritages semblent revitalisés et même exaltés par la montée du nationalisme sur fond de déclin et, après la première guerre mondiale, par la « mitología de la muerte violenta », infligée ou reçue « por Dios y por España », du fascisme espagnol. L’étude de la guerre civile fait l’objet de développements importants, également attentifs à l’aménagement spectaculaire du Valle de los Caïdos comme aux exhumations des charniers. Néanmoins, parmi la trentaine d’illustrations que compte l’ouvrage, on note l’absence d’un des clichés les plus connus du conflit, qui montre des cadavres de religieuses extraits de leurs cercueils et exposés sur les marches d’une église. Un dernier chapitre et la conclusion, fort substantiels, reviennent si nécessaire en arrière et vont jusqu’aux mutations de l’époque la plus récente pour suivre, à travers par exemple l’impact de la corrida, du guerillero et plus récemment des attentats terroristes, l’image que les étrangers ont pu se former de « la España negra » et aussi celle de la « cultura de la muerte » chez les Espagnols eux-mêmes, reconnue sinon posée en principe par Unamuno ou bien Lorca. Les auteurs soulignent avec recul qu’il s’agit d’une « construcción intelectual ». Cependant les représentations collectives d’un peuple sont en soi un élément de sa réalité vécue, qu’elles influencent. Les recherches très récentes sur l’histoire fort évolutive des émotions et des affects auraient pu nuancer çà et là quelques remarques incidentes sur leur « expresión casi intemporal » – ainsi p. 145.
Des notes, une ample bibliographie et un index des noms cités achèvent de faire de ce livre un ouvrage de référence. Ajoutons que par la qualité d’une écriture alerte et la précision de ses formules, il se lit avec un intérêt soutenu. Il devrait inspirer d’autres recherches et susciter des réflexions et débats féconds.

Régis Bertrand
Rafael Núñez Florencio, Elena Núñez Gonzalez, ¡Viva la muerte! Politica y cultura de lo macabro, Marcial Pons, Ediciones de Historia, S. A., Madrid, 2014, 476 p. Isbn : 978-84-92820-96-2

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

Lo splendore della forma. La scultura negli spazi della memoria, de M. Felicori et F. Sborgi

Mauro FELICORI et Franco SBORGI, a cura de, Lo splendore della forma. La scultura negli spazi della memoria, [Roma], Luca sossella editore, 395 p. 2012, ISBN 978-88-97356-04-2

Ce livre élégant, très pertinemment illustré, est issu d’un colloque naguère tenu à Vérone à l’initiative de l’Association of Significant Cemeteries in Europe, présidée par Mauro Felicori, qui avait précédemment publié chez le même éditeur et dans la même collection Mauro Felicori, a cura de, Gli spazi della memoria. Architettura dei cimiteri monumental Europe, 2005. Il rassemble, outre une importante étude introductive de F. Sborgi, une trentaine de contributions*. Si l’Italie y est représentée par douze d’entre elles, d’autres portent sur l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Croatie, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Irlande, le Portugal, la Roumanie, le Royaume-uni, la Slavonie.  Une très grande variété de problématiques et de sujets sont examinés. Quelques auteurs étudient une thématique, l’identité sociale, les cimetières de la guerre ou les mémoriaux de l’holocauste. L’ensemble constitue, comme l’indique à juste titre la quatrième de couverture « la  plus complète et la plus à jour des réunions d’études d’histoire des arts à travers tout le continent » consacrée à un aspect majeur de l’art du XIXe et parfois du XXe siècle, longtemps très mal pris en compte par la recherche.

  • dont celle d’un membre de l’ANR, Régis Bertrand.

 

 

 

 

 

 

Anne Carol

Projet porté par Anne Carol, professeur d'histoire contemporaine à Aix-Marseille I et rattaché à l'UMR 6570 (Telemme) de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (Aix-en-Provence)

More Posts

Du côté des thèses

Diego CARNEVALE, « Morte e sepolture a Napoli. Tra Stato, Chiesa e mercato (XVIII-XIX secolo) / Mort et sépultures à Naples. Entre État, Église et marché (XVIIIe-XIXe siècle) », thèse en cotutelle franco-italienne, dirigée par Brigitte Marin et Anna-Maria Rao, soutenue le 26 janvier 2011 devant l’Université Federico II de Naples. Mention très honorable avec les félicitations.
Dans une capitale d’Etat qui connaît quatre dynasties successives pendant la période prise en compte et est, par sa démographie, une des principales villes d’Europe, analyse de l’évolution complexe de l’organisation des obsèques à travers la réglementation, les droits et taxes funèbres, de leur corps de personnels religieux et civils spécifiques, de leurs incidences religieuses, politiques et sociales. Etude également de l’évolution des espaces consacrés à la sépulture. Naples constitue au XVIIIe siècle un cas extrême de quasi généralisation des inhumations dans les lieux de culte urbains, au prix d’une organisation spécifique de leur sous-sol, les cimetières étant réservés aux pensionnaires des hôpitaux et aux non-catholiques. Etapes entre les dernières décennies du XVIIIe et les premières du XIXe siècle, de la genèse, de la réalisation et de l’organisation spécifique du grand cimetière de Poggioreale, hors de la ville. Reconstitution minutieuse d’un système original de gestion des corps morts dans un site d’exception.
R. Bertrand

Patrick HERVIEU, « Gestion funéraire et paléobiologie de sépultures collectives : l’exemple des caveaux au Moyen Âge et à l’époque moderne », thèse d’Anthropologie biologique sous la direction de Michel SIGNOLI, Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II), Faculté de médecine, soutenance le 23 novembre 2010.
Sur un des aspects les plus complexes de la gestion funéraire, celui des inhumation (et transferts) en caveaux, jusqu’ici peu étudié, analyse détaillée des restes osseux de quatorze caveaux situés à Troyes, Grenoble, Martigues et Aix. Reconstitution de 249 individus en connexion anatomique (outre les cas d’ossements disloqués) et comparaison avec 379 sujets provenant du cimetière adjacent pour deux sites.
R. Bertrand

Myriam GILET « La mort des grands officiers militaires français, du règne de Charles V à la fin de l’Ancien Régime : réalités macabres et représentations corporelles », thèse d’histoire (spécialité d’Histoire militaire et études de défense) sous la direction de Bernard PESCHOT, Université de Montpellier III, soutenance le 11 décembre 2011.
La thèse prend en compte les connétables, amiraux et maréchaux de France sur une durée pluriséculaire qui compense partiellement le fait que les deux premières dignités ne sont plus pourvues, sauf une exception, après le règne de Louis XIII. L’auteur procède à un série d’études de cas, très précises et détaillée, avec une particulière attention au sort du cadavre et à son traitement.
R. Bertrand

regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

More Posts

A lire

Philippe BOUTRY, Pierre-Antoine FABRE, Dominique JULIA dir., Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux Révolutions, Paris, Ed. de l’EHESS, 2009, 2 vol, 903 p.
Un ouvrage collectif issu d’une grande enquête du C.A.R.E., qui devrait faire date dans la redécouverte par les historiens des reliques, laquelle a donné lieu en France depuis une quinzaine d’années à des travaux importants. Entre leur condamnation radicale par Calvin et leur destruction par les « religionnaires » puis les révolutionnaires (y compris les bolcheviks), l’époque moderne est, de façon croissante, l’ère du soupçon pour les reliques, surtout si elles sont réputées paléochrétiennes. Mais le besoin de « corps saints » ne tarit pas de la part des fidèles et des clercs, de même que  la multiplicité des pratiques collectives dont elles sont l’objet à travers l’Europe catholique (et orthodoxe) et l’Amérique latine.
R. Bertrand

Jean-Michel SANCHEZ, Jérusalem, Rome, Compostelle et … la Provence, reliques et reliquaires, Méolans-Revel, Editions grégoriennes, 2009, 207 p.
L’ouvrage, écrit par un spécialiste d’art religieux, envisage la plupart des questions soulevées par les reliques catholiques et leurs usages, en étudiant plus particulièrement des exemples du Sud-est français. De remarquables illustrations montrent l’ostension des restes dans les reliquaires et suggèrent combien les reliques ont constitué une forme de la présence visuelle des restes de corps morts dans les cultures anciennes.
R. Bertrand

Jacqueline Cuvier (avec la collaboration de Yannick Arnolfo), L’art funéraire à Nice, une histoire remarquable, un patrimoine méconnu, Nice, Fédération des associations du Comté de Nice, 316 p.
Cet ouvrage se situe dans le prolongement de la thèse sur les monuments funéraires de Nice soutenue par l’auteur en 2002, nourrie d’une très vaste et attentive enquête de terrain et d’archives. Tous les cimetières de Nice sont étudiés y compris les modestes enclos des hameaux du terroir, à travers des parcours commentés, accompagnés de notices biographiques, illustrés de nombreux clichés en couleurs. L’appartenance de la ville jusqu’en 1860 aux états de la couronne de Savoie, la riche clientèle cosmopolite attirée par le séjour hivernal (qui a créé les cimetières russe et anglais) puis celle des retraités de la Côte d’Azur, parfois illustres, confèrent un intérêt majeur à ce patrimoine funéraire d’une exceptionnelle variété et souvent d’une grande qualité qui forme un des plus beaux ensemble sculpté français, comme Ph. Ariès l’avait naguère remarqué. Des index et une pochette de plans des principaux cimetières permettent un repérage facile des monuments sur le terrain. La postface d’Olivier Vernier dégage l’apport et les richesses de ouvrage.

regisbertrand

professeur émérite d'Histoire moderne d'Aix-Marseille université. Chercheur titulaire de l'UMR 6570 Telemme (Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix).

More Posts